YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Saint Seiya, édition Deluxe (T9)
Masami Kurumada
Kana

Shiryu a choisi d’affronter seul Shura, le Saint d’Or du Capricorne. C’est lui qui a tué Aiolos alors que le Saint d’Or du Sagittaire sauvait Athéna du Grand Pope. Shura est pourvu d’une arme terrifiante : Excalibur. L’épée légendaire peut être s’incarner dans n’importe lequel de ses membres et rien ne résiste à son tranchant, pas même le mythique bouclier du Dragon. Shiryu se retrouve rapidement sans protection, à la merci des coups de Shura qui connait son secret : la griffe du dragon, cette partie du coeur qu’il rend sans défense en portant son attaque. Le Saint de Bronze a conscience qu’il ne lui reste plus qu’une solution : utiliser le coup ultime du Dragon. S’il est certain de vaincre son adversaire, il va aussi devoir se sacrifier pour porter une telle attaque.



Seiya et Shun passent sans problème la maison du Verseau. Camus, le Saint d’Or protégeant ce temple, sait très bien qu’il va devoir affronter son disciple. Milo l’a prévenu, Hyoga n’est plus celui qu’il a emprisonné dans un cercueil de glace, au coeur de la maison de la Balance. Maître contre élève, et l’avantage passe vite du côté de l’expérience. Les coups de Hyoga n’ont aucun effet sur Camus et celui-ci semble encore assuré de vaincre le Saint du Cygne. Il lui révèle toutefois le secret de leur combat : le vainqueur sera celui qui approchera le plus le zéro absolu en portant ses attaques. Toutefois, le jeune Saint se relève encore et encore et parvient même à briser un nouveau cercueil. Le duel s’avère plus compliqué que ne l’avait prévu le Saint du Verseau. Pendant ce temps, Seiya et Shun ont atteint la dernière maison, celle défendue par Aphrodite du Poisson. Et ses armes sont des plus perverses : des roses rouges dont le parfum et les piqûres des épines retirent peu à peu les cinq sens.

JPEG - 60.6 ko

Voici donc la dernière ligne droite de l’arc du Sanctuaire. Nos héros affrontent les trois derniers Saints d’Or. Le combat contre Shura est, avouons-le, très décevant, surtout si vous avez d’abord vu l’animé. En effet, pour une fois, le dessin animé est plus intéressant et s’attarde beaucoup plus sur la psychologie de ce Saint. Dans le manga, il apparaît même au même niveau que Death Mask, selon Aphrodite, alors que dans l’animé, c’est tout le contraire. Il est sensé être le plus fidèle défenseur d’Athéna et rend la justice par Excalibur. D’ailleurs, il n’attaque pas les Saints de Bronze dans son temple pour ne pas le souiller du sang des traîtres. C’est aussi ainsi qu’il considère Aiolos. Masami Kurumada ne donne pas une bonne image dans le manga de ce Saint qui montrera son vrai visage durant l’arc d’Hadès.

Camus reste fidèle à lui-même et le combat contre Hyoga est sans surprise. Nous aurons droit à une petite leçon de physique appliquée avec la notion de zéro absolu, véritable notion de chimie. Le combat tire un peu en longueur et n’offre en fait que moyennement d’intéret.

Le combat contre Aphrodite est plus intéressant, tout d’abord car ce Saint nous est parfaitement inconnu. Le manga en fait l’assassin du maître de Shun, alors que l’animé ne lui donnera pas autant de courage. Aphrodite a la particularité d’utiliser une arme... Impossible me diriez-vous, cela est interdit par la loi des Saints d’Athéna ! En fait, ce sont des fleurs, des roses. C’est intéressant car cela est parfaitement en harmonie avec ce personnage, au physique androgyne voire très efféminé. Son nom même porte à confusion puisqu’il s’agit de celui de la déesse de la beauté. Il n’utilise pas la force brute mais des roses : rouges, noires et la plus dangereuse la blanche. Le symbole des couleurs est aussi intéressant par rapport aux caractéristiques des trois fleurs. C’est aussi l’occasion de mettre réellement en valeur le personnage de Shun, laissé un peu de côté par la série ou n’en donnant qu’une image peu flatteuse. Il va totalement se révéler et nous montrer sa puissance. Au final, Seiya est loin d’être le plus puissant des Saints de Bronze et pourrait même être le plus faible. Mais j’entre là dans une querelle mythique des fans de « Saint Seiya » pour déterminer qui est le plus fort des Saints de Bronze et je ne m’y enfoncerai pas plus.

Ce tome s’achève par le début du duel opposant Seiya au Grand Pope ou plus exactement Saga des Gémeaux. La double personnalité du Saint d’Or est bien mise en avant ainsi que le terrible compte-à-rebours pour sauver Saori.


Saint Seiya, édition Deluxe (T9)
- Auteur : Masami Kurumada
- Traducteur : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Kana
- Collection : Big Kana
- Format : 145 x 210, noir et blanc - sens de lecture original
- Nombre de pages : 236 pages
- Date de parution : 2 août 2012
- ISBN : 9782505014614
- Prix : 9,25 €


A lire sur la Yozone  :
Saint Seiya, la série culte
Saint Seiya, édition Deluxe (T1)
Saint Seiya, édition Deluxe (T2)
Saint Seiya, édition Deluxe (T3)
Saint Seiya, édition Deluxe (T4)
Saint Seiya, édition Deluxe (T5)
Saint Seiya, édition Deluxe (T6)
Saint Seiya, édition Deluxe (T7)
Saint Seiya, édition Deluxe (T8)


SAINT SEIYA –ULTIMATE EDITION- © 1985 BY MASAMI KURUMADA / SHUEISHA Inc.
© Edition Kana - Tous droits réservés


Frédéric Leray
1er septembre 2012






JPEG - 32.7 ko



JPEG - 44.1 ko



JPEG - 36.4 ko



JPEG - 54.3 ko



JPEG - 28.4 ko



WebAnalytics