Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Chroniques de Sinistre-sur-mer (les), tome 2 : Gargantis
Thomas Taylor
Seuil, roman (Grande-Bretagne), fantastique, 341 pages, juin 2021, 14,90€

Les habitants de Sinistre-sur-Mer se battent pour une bouteille en forme de poisson trouvée sur la plage par Mme Fossile. Le docteur Thaliassi la réclame pour son musée, tandis que les pêcheurs y voient une relique de saint Sombre, leur ancêtre légendaire qui a tenu en échec Gargantis, un monstre terrifiant capables de déclencher des tempêtes, comme celle qui frappe justement la petite station balnéaire en ce moment. Et c’est sans parler de l’homme à la capuche et son étrange tentacule, qui vient de débarquer au Grand Nautilus. Aussi, quand Lady Kraken confie la bouteille à son Trouveur d’Objets Égarés, le jeune Herbert Lemon sent les ennuis arriver... Et la curiosité de son amie Violette ne va pas aider !



A peine remis de l’affaire de la Malamandre, qui leur avait valu de rudes émotions (et à nous également), Herbie et Violette sont de retour pour résoudre une affaire au cœur même de l’Histoire de Sinistre-sur-Mer. Tout le monde se dispute cette drôle de bouteille, gravée de scriptus sinistrus, un langage codé indéchiffrable, et qui recèle quelque chose qui produit de la lumière. Malgré les refus d’Herbie, Violette finit par l’ouvrir, et en sort une petite fée ! Que faisait-elle enfermée là ? Grâce aux lectures de Violette, les deux amis la relient à l’histoire de saint Sombre, et vont donc à la rencontre des pêcheurs, une population bourrue et pas si loin des pirates, qui fait soigneusement profil bas durant la saison touristique, et reprend possession du port sitôt les étrangers repartis. Ils sont dirigés d’une main de fer par Boadicée Bates, et les enfants découvrent qu’elle est en affaires avec l’homme à la capuche, tous ligués pour aller chasser et détruire Gargantis, le monstre qui provoque la tempête. car comme on dit : “Gargantis endormi, Sinistre est à l’abri ; Gargantis ouvre un œil, Sinistre est un cercueil”.
Avec l’aide de Flam Westerley, un jeune pêcheur marginalisé à cause de idées farfelues de son oncle disparu - comme un bateau à moteur électrique - ils vont approcher du Vortiss, un tourbillon au milieu des récifs des Crocs, une zone dangereuse. Enfin, si Herbert accepte de monter sur un bateau, chose dont il s’abstient depuis que le sing-sirène du bibliodispensaire lui a prescrit un certain livre : Dans les profondeurs sombres et glacées de la mer.

On retrouve dans Gargantis tous les bons ingrédients d’un roman fantastique jeunesse, et qui ont déjà fait le succès de Malamander : deux jeunes héros complémentaires, plus ou moins intrépides, un passé nébuleux, des personnages hauts en couleur, une narration à la première personne très pratique pour distiller au lecteur pensées secrètes, références et sensations fortes (comme la passion pour les cookies au caramel et l’aversion pour la navigation). Mais surtout, un Méchant mystérieux, dissimulé dans un ample ciré à capuche, et affublé d’un tentacule (!?) : on imagine très vite le Davy Jones de « Pirates des Caraïbes » là-dessous ! Si on ajoute un petit bernard-l’hermite mécanique et la fée dans la bouteille, la recette d’un bon moment de lecture est complète. L’humour omniprésent et les références habilement saupoudrées par l’auteur sont la cerise sur le cupcake.

Je m’en voudrais de davantage révéler l’intrigue, et vous laisse apprécier la découverte aux côtés des deux jeunes enquêteurs. Le découpage permet à l’auteur de nous faire revenir dans les lieux emblématiques de la ville découverts dans le premier tome, et nous en révèle d’autres. L’histoire nous permet surtout de creuser un peu plus le mystère des origines d’Herbert Lemon, car elles sont présentes en creux tout le long : la méfiance des pêcheurs envers celui qu’ils considèrent toujours comme un étranger, échoué sur la plage dans une caisse de citron ; cette prophétie du singe-sirène qu’il voit comme un avertissement...
Au travers du personnage de Flam, l’auteur appuie encore davantage sur la place des marginaux, des éléments satellites dans cette communauté, l’opposant au groupe compact des pêcheurs. Il forme un trio naturel avec Herbert et Violette, lui aussi à la recherche de sa famille, suite à la disparition de son oncle.
Enfin, comme dans tout bon roman jeunesse, derrière l’action trépidante se dévoile la leçon que les choses ne sont pas toujours ce qu’on croit, et qu’elles dépendent souvent de notre point de vue (comme nous l’a appris Obi-Wan Kenobi) ou de celui qu’on nous a imposé. Et que les monstres ne sont pas toujours... enfin, si, là, celui avec le tentacule, c’est vraiment pas un gentil. Garanti.

Tout cela se prêterait sans mal à une transposition sur grand écran, avec en sourdine la petite voix intérieure du jeune Trouveur d’Objets Égares pour ne rien perdre de sa façon de penser.
En attendant la concrétisation de cet espoir, « Gargantis » offre à petits et moins petits 350 pages d’aventures, d’émotions et de rire de qualité, à défaut d’envie de prendre la mer.


Titre : Gargantis (Gargantis, 2020)
Série : Les chroniques de Sinistre-sur-mer, tome 2
Auteur : Thomas Taylor
Traduction de l’anglais (Grande-Bretagne) : Amélie Sarn
Couverture : George Ermos
Éditeur : Seuil Jeunesse
Collection : 9-12 ans
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 341
Format (en cm) : 20,5 x 14 x 2
Dépôt légal : juin 2021
ISBN : 9791023512168
Prix : 14,90 €



Nicolas Soffray
16 juillet 2021


JPEG - 23.7 ko



Chargement...
WebAnalytics