YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Le phénomène Death Note
Tsugumi Ohba et Takeshi Obata
Kana

Les Dieux de la Mort existent. Ils ont le pouvoir de condamner n’importe qui en écrivant son nom dans le livre des morts, le Death Note. Les Dieux de la mort vivent dans l’Autre monde mais parfois ils viennent sur Terre et, parfois, ils oublient un Death Note.
Et le destin va amener Light Yagami à découvrir le Death Note du Dieu de la Mort, Ryuk. Il apprend vite le pouvoir de ce livre mais aussi les règles d’utilisation qui s’y attachent...



L contre Kira (tome 1 à 7)

Pour qu’un humain puisse tuer un autre humain par l’intermédiaire du Death Note, il doit connaître le visage de sa victime et l’orthographe exacte de son nom (ce qui en Japonais prend un sens tout particulier compte tenu des différents idéogrammes). Une autre solution, pour parer le problème du nom, est d’emprunter les yeux du Dieu. Avantage : le nom est tout de suite connu. Désavantage : votre durée de vie diminue de moitié…

Mais Light Yagami n’est pas n’importe quel quidam. C’est un cerveau extrêmement brillant et le fils du chef de la police de Tokyo. Pourtant, la possession du Death Note va révéler en lui une autre personnalité, un vengeur invisible qui tue les pires criminels par l’intermédiaire du livre des morts : Kira. Mais jouer les dieux vengeurs n’est pas un travail tout à fait légal et, très vite, les services de police mondiaux vont mettre à la poursuite de ce mystérieux Kira un profiler tout aussi énigmatique : L. Le duel peut donc commencer : Kira découvrira-t-il l’identité de ce mystérieux L avant que celui-ci ne l’arrête ? Jusqu’où iront les deux duellistes pour remporter la partie d’échec qu’ils se jouent ?

Si L peut paraître, à première vue, comme étant un profiler un peu fou à la Jarod de la série “Le caméléon”, c’est aussi un être calculateur, semblant ne ressentir aucun sentiment pour personne, prêt à utiliser des méthodes peu catholiques pour obtenir toutes les informations qu’il cherche.
Le duel sera sans pitié et les mains des deux protagonistes se tachent d’un sang qu’ils ne font jamais couler directement. On en vient même, à force, à se demander lequel des deux est le plus antipathique.
Le long de cette série, de nombreux personnages annexes vont venir égayer ou au contraire assombrir le monde de nos deux pugilistes. Tout d’abord l’équipe de police poursuivant Kira est composée en particulier du père de Light. Ensuite d’autres Dieux de la mort vont faire leur apparition, comme Rem, tous accompagnés d’un Kira, comme la jeune et un peu fofolle Misa Amane.

Mais l’objectif de Light reste toujours le même : donner au monde l’image qu’il souhaite, et pour cela, se débarrasser de L. Et l’objectif de L reste toujours le même : arrêter le premier et seul vrai Kira à ces yeux, Light. Un seul sortira vainqueur (pour ceux qui veulent garder le suspens, passer directement à notre dernière partie)…

JPEG - 19.2 ko

Near et Mello (tome 8 à 12)

Rien ne semble pouvoir arrêter Kira maintenant que L est mort. Pourtant, un nouveau logo vient remplacer le L calligraphié sur les écrans de la police : un N. Il s’agit d’un mystérieux Near, venu prendre la relève et aussi venger L. Mais si Near utilise les mêmes méthodes que son prédécesseur, un autre génie profiler se lance à la chasse de Kira : Mello. Ce dernier n’a aucun scrupule et n’hésite pas à utiliser tout ce qui peut lui être profitable.

Ce nouveau jeu du chat et de la souris sera désastreux : le président des Etats-Unis se suicide, le monde semble s’avouer vaincu devant les terrifiants pouvoirs de Kira et même le nouveau président des USA abandonne toute poursuite contre lui. Le nouveau monde de Light n’est plus une utopie, Kira est devenu une icône, les principales nations se sont avouées impuissantes face à lui. Et les adeptes de Kira se multiplient dans le monde, poussés par la chaîne de télévision Sakura TV.
Near découvre peu à peu les engrenages assemblés par Light : sa fausse relation amicale avec la journaliste Takada, messagère de Kira, et surtout l’existence d’un bras droit vengeur en la personne de Mikami. Le temps des observations tire à sa fin et Near est prêt pour l’ultime rencontre avec Light, avec Kira. Et pour lui donner une bonne raison d’accepter le face à face, il enlève Misa. Le duel se déroulera dans un hangar désinfecté et tous les acteurs de ce drame devront être présents.

JPEG - 22.9 ko

L’action est plus présente dans ces derniers tomes de “Death Note” et beaucoup plus trépidante que dans les premiers volumes. Il faut dire la confrontation L–Kira était propice aux longues réflexions et aux duels de raisonnement. Le personnage de Mello a introduit un côté plus violent et moins en finesse que le personnage de Near, obsédé par les jouets en tout genre et très proche du mental de L.
Le dernier tome est un final digne d’un “Règlements de compte à Ok Corral”. Les options sont réduites : ou Near réussit à piéger Kira et délivrer le monde de ce dictateur au Death Note, ou Kira réussit à tuer Near et tous les témoins qui pourraient encore le gêner seront condamnés, sans compter un monde lui étant entièrement dévoué.

La rencontre Light-Near s’annonce pleine de surprises, avec une inconnue : quelle sera la part de Mello dans ce final dramatique ? Chaque protagoniste semble connaître à l’avance l’action de l’autre, mais Light semble aussi avoir toujours ce petit temps d’avance qui lui a permis de battre le premier L. Near pourra-t-il surpasser celui qui lui servait d’exemple et vaincre Kira ?

Une œuvre phénoménale

Avec un scénario fantastique de la qualité de “Death Note”, il ne faut pas s’attendre à un manga d’horreur simpliste où les cadavres pleuvent. Bien au contraire, “Death Note” est un manga extrêmement bien scénarisé, qui nous offre un duel entre deux génies, deux cerveaux surdoués qui n’auront de cesse de jouer à « attrape-moi si tu le peux » avant un échec et mat fatal. “Death Note” est donc un manga très psychologique, qui pousse les personnages à révéler jusqu’aux parcelles les plus cachées de leur personnalité.
Ne cachons pas notre plaisir, les rebondissements fusent sans arrêt, les défis intellectuels et les joutes verbales des deux L – Light et L – sont de petits bijoux. Les dessins sont très riches en détails et d’une grande qualité graphique. Le travail en binôme sur ce manga est d’une efficacité sans pareil, chacun des auteurs œuvrant plus à l’européenne qu’à la japonaise.

Ce manga atypique vous demandera beaucoup d’attention par les longs discours et explications des théories des deux camps. Peu d’actions mais ce manga psychologique est loin des classiques shonen, ce qui en fait un splendide ovni.

Un bijou à découvrir !


A lire sur la Yozone :
- Death Note (T1 à 2)
- Death Note (film 1)
- Death Note 2 : The Last Name


Death Note (T1 à 12)
- Scénario : Tsugumi Ohba
- Dessin : Takeshi Obata
- Traducteur : Guillaume Abadie
- Éditeur français : Kana
- Collection : Dark Kana
-  Format : 115 x 175, noir et blanc - sens de lecture original
- Date de parution : janvier 2007 à octobre 2008
- Prix : 6,25 €


© Edition Kana - Tous droits réservés



Frédéric Leray
30 novembre 2008






JPEG - 54.3 ko
Light et Ryuk



JPEG - 56.3 ko



JPEG - 21.3 ko



JPEG - 19.1 ko



JPEG - 70.9 ko
Near et Mello



JPEG - 24.2 ko
Misa Misa et Rem



JPEG - 65.7 ko



JPEG - 15.6 ko



JPEG - 17.1 ko



JPEG - 15.9 ko



JPEG - 16 ko



WebAnalytics