YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Billy Bat (T5)
Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki
Pika

Etats-Unis, 1960. Diane et Tony partent pour commencer une nouvelle vie à Dallas. En réalité, le père du jeune homme veut tester sa force de caractère et ses convictions en l’envoyant dans le Sud s’occuper de leur filiale locale de Golden Cola, la petite marque de soda qui compte devenir une très grande. Mais un couple formé d’un blanc et d’une noire enceinte de surcroit n’est pas bien vu dans le fief du Ku Klux Klan. Et Tony va vite découvrir l’influence du clan dans les petites villes locales en étant témoin bien malgré lui d’un lynchage en règle. Et quand il découvre que le shérif ressemble trait pour trait au chef de la bande cagoulée, tout espoir s’échappe de lui. Pourtant, Diane n’est pas femme à se laisser impressionner par des racistes, clan ou pas.



Kevin Yamagata raconte son retour aux Etats-Unis à Smith : son appartement vidé, la trahison de Chuck Culkin, plus que son partenaire, le second père de Billy Bat, et surtout les visions que lui impose cette maudite chauve-souris. Mais le temps presse, il leur faut impérativement arrêter Oswald avant qu’il n’ait réalisé l’impensable. Toutefois, les oeuvres de la chauve-souris ne rencontrent aucune opposition. Déjà Oswald reçoit sa première vraie mission : tirer sur un ancien général, fervent opposant du rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba. Pour Lee, c’est l’occasion ou jamais de montrer de quoi il est capable et quitter ce petit boulot minable qu’il n’a pas choisi. Et pour immortaliser l’événement, une petite photo s’impose...

JPEG - 29.4 ko

Ce cinquième tome de « Billy Bat » nous amène à deux périodes de ce récit. Nous retrouvons notre couple multiracial dans l’Amérique des années 60. Pour ceux qui l’auraient oublié, Naoki Urasawa nous racontait l’histoire de cette jeune mariée noire devant épouser un riche héritier blanc dans le tome 2. Il est encore une fois difficile de voir le lien avec les actes de la chauve-souris, même si l’entreprise Golden Cola commence à se retrouver dans des cases, de façon plus ou poins insidieuse.

Au-delà de l’histoire fil rouge, ce récit est l’occasion pour le mangaka d’évoquer le sujet du racisme dans le sud des Etats-Unis en particulier du Ku Klux Klan. Naoki Urasawa est cette fois très militant, et on peut facilement le comprendre, ce sujet étant certainement une honte pour un pays comme les Etats-Unis. Ce n’est malheureusement pas un conte du passé, mais bien une réalité gangrenant ce fameux sud. Toutefois, comme à son habitude, le mangaka ne va pas tomber dans le manichéisme mais rendra ses personnage plus complexes, même si son retournement de situation était très prévisible. En tout cas, le mangaka nous dépeint cette jeune noire au caractère bien trempé comme une véritable héroïne de roman, une nouvelle Rosa Parks. Le génie de conteur de Naoki Urasawa transcende encore une fois ce qui pourrait n’être qu’un second « Mississipi Burning », et qui au final est un superbe plaidoyer sur la tolérance.

La seconde partie du tome revient sur Kevin Yamagata et Lee Harvey Oswald. Naoki Urasawa entre des deux pieds dans la théorie du complot, nous expliquant cette fois très précisément comment devait se passer l’assassinat de Kennedy. Le mangaka reprend les grandes lignes de l’explication donnée par Oliver Stone dans son « JFK ». Mais bien sûr, s’y ajoute le fantastique incarné par la chauve-souris. Urasawa va jusqu’à reprendre sur une de ses planches une des photos les plus connues du tueur présumé de Kennedy, qu’il décrit clairement comme incapable de tirer sur le président et surtout de le toucher mortellement. Mais le mangaka introduit aussi une idée intéressante, sans pour le moment l’exploiter : et si Kevin était en fait maître de son destin à travers son dessin ? Cette partie sera toutefois entièrement dédiée à la théorie du complot, sous bien des aspects et bien des angles. Rien d’original sauf évidemment, quand Naoki Urasawa est au crayon et y rajoute le plus qui transforme une banalité en idée de génie.

Oui, « Billy Bat » est encore une fois une oeuvre magistrale, impossible à prévoir et toujours passionnante.


Billy Bat (T5)
- Auteur  : Naoki Urasawa
- Co-auteur  : Takashi Nagasaki
- Traducteur  : Sylvain Chollet
- Éditeur français : Pika
- Collection : Seinen
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Nombre de pages : 192 pages+4 pages couleur
- Date de parution : 5 décembre 2012
- Numéro ISBN : 978-2-8116-0975-7
- Prix : 8,05 €


A lire sur la Yozone :
Billy Bat (T1 et 2)
Billy Bat (T3)
Billy Bat (T4)


© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
12 janvier 2013






JPEG - 24.7 ko



JPEG - 34.7 ko



JPEG - 33.1 ko



JPEG - 33.2 ko



WebAnalytics