Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




H2G2, tome 1 : Le Guide du Voyageur Galactique
Douglas Adams
Gallimard, Folio SF, n°219, roman traduit de l’anglais (Grande-Bretagne), saga spatiale loufoque, 303 pages, juillet 2005, 6,10€

Arthur n’aime pas les jeudis. Et ce jeudi, les galères s’amoncèlent avant même sa première tasse de thé. On veut démolir sa maison, soi-disant sur le tracé d’une déviation. Tandis qu’il proteste de manière non-violente, allongé devant les bulldozer, son ami Ford, un gars un peu bizarre mais sympa, le tire de la gadoue pour l’emmener au pub. Là, devant six pintes, il lui révèle qu’il vient de Bételgeuse, et qu’accessoirement la Terre va être détruite dans les douze minutes par les Vogons, de tatillons et repoussants fonctionnaires galactiques, pour construire une déviation de route spatiale.
Heureusement, Ford, rédacteur au Guide du voyageur galactique, a le truc pour être pris en stop par les vaisseaux. Les voilà ainsi embarqués sur un croiseur vogon, avant d’en être proprement éjectés après une éprouvante déclamation de poésie...
Et c’est alors qu’ils flottent dans le vide glacé de l’espace que l’Improbable se produit : ils sont recueillis par le Coeur-en-Or, le premier vaisseau à calculateur d’Improbabilité. Vaisseau fraîchement volé par Zaphod Beeblebrox, le Président de la Galaxie, à la recherche de la mythique Magrathéa...



« Le Guide du Voyageur Galactique » est un livre culte. Moi-même, je m’en veux de ne pas l’avoir lu plus tôt. Mais bon, je ne dois pas être le seul... L’occasion d’étaler une science fraîchement acquise.

Avant


Tout a commencé par une émission radiophonique à la BBC, fin des années 70. C’est sur ce matériau que Douglas Adams, personnage tellement sérieux qu’on le surnomme “le 5e Monty Python” (même si ces derniers sont déjà 5 !) commence à rédiger, de 1979 à 1992, les 5 tomes de la plus célèbre trilogie de science-fiction absurde et spatiale : “H2G2, The Hitchhicker’s Guide to the Galaxy”.
Soit donc les aventures d’Arthur Dent, un Anglais moyen, rescapé de la destruction de la Terre par les Vogons, et qui va vivre des aventures plus loufoques les unes que les autres.

Le livre devient rapidement culte, et c’est encore aujourd’hui un vrai plaisir de le lire. On lui reprochera peut-être une certaine brièveté, mais après tout, ce n’est que le premier tome sur cinq, et on enchainera rapidement sur « Le Dernier restaurant Avant la Fin du Monde », puisque c’est là que nos voyageurs se dirigent lorsqu’ils quittent Magrathéa, sidérés par leurs découvertes et encore sous le choc de l’attaque subie. Nul doute qu’il va falloir creuser la cervelle de Zaphod pour comprendre pourquoi on leur en veut à ce point...

Pour pallier à la rapidité de cette chronique (qui est un encouragement à vous jeter sur ce bouquin, si ce n’est pas déjà fait), je me permettrai un petit historique, aidé en cela de la postface signée Robbie Stamp, qui clôt l’édition Gallimard (2005, 2010).

Radio : ok, livres : ok, cinéma...


Vous avez sans doute vu le film sorti en 2005 (et dont l’affiche a été reprise en couverture du Folio SF de 2005). Comme on le découvre dans cette postface, donc, l’adaptation au cinéma fut longue et douloureuse. En deux mots, cela faisait presque 20 ans qu’elle était dans les cartons. Adams s’est épuisé sur les scénarios successifs, les studios ont tous plus ou moins lâché le projet... Le décès de Douglas Adams en 2001 relance la machine, un mal pour un bien, et le film sortira enfin. Très bon et parfaitement dans l’esprit d’Adams, il satisfera largement les fans comme les néophytes. (Voir aussi l’interview de Robbie Stamp sur la Yozone.)

Le film est majoritairement basé sur le contenu de ce premier tome du « Guide du Voyageur Galactique ». D’autres éléments s’y ajoutent, pour l’étoffer et surtout lui donner une cohérence, un début, un milieu et, très important : une fin. Car le livre se termine bien moins positivement !

L’édition française... ou les éditions


C’est Denoël, dans la collection Présence du Futur, qui publie initialement les romans de Douglas Adams. La série passera par plusieurs noms successifs : Le premier tome s’intitulera initialement « Sac à dos pour les étoiles » ! Puis, « Le Routard Galactique », et provoquera presque un procès avec un célèbre éditeur de guides de voyage dénué d’humour. Ce sera ensuite « Le Guide galactique », et lorsqu’en 2000 Gallimard rachète les droits, ce sous-titre sera conservé... jusqu’à la réédition de 2005, qui devient simplement « H2G2 ».
Facile, non ? en fait, à l’image des romans : pourquoi faire simple quand on peut faire absurde ?

La traduction est signée Jean Bonnefoy. Seule différence entre les versions Denoël et Gallimard, et ainsi que précisé en avertissement dès ce premier « H2G2 » en 2005, les noms des personnages et des lieux. Si Jean Bonnefoy avait fait preuve d’audace autant que d’habileté dans sa traduction, la sortie du film sur les écrans mondiaux motive un retour à la VO. Arthur Accroc redevient Arthur Dent, Ford Escort, Ford Prefect (l’absurde de ce choix patronymique à son arrivée sur Terre en devient moins évident pour nous Français), et Zappy Bibicy, Zaphod Beeblebrox...

Pas de quoi casser cinq pattes à un canard vénusien, ni relancer le débat “traduire, est-ce trahir ?”. Faites comme moi, chinez les vieux Présence du Futur sans négliger la dernière édition intégrale de Gallimard, et faites-vous une collection bien hétéroclite des 5 tomes de la trilogie d’« H2G2 »...

Euh, en fait, six, puisque avec l’aval des héritiers, Eoin Colfer, auteur acclamé d’« Artemis Fowl » (et d’autres choses), a reçu l’insigne honneur d’écrire le sixième tome de cette trilogie. Affaire à suivre sur la Yozone...


Titre : Le Guide du Voyageur Galactique (The Hitchhicker’s Guide to the Galaxy, 1979)
Série : H2G2, tome 1 (sur 5+1)
Auteur : Douglas Adams
Postface : Robbie Stamp
Traduction de l’anglais (Grande-Bretagne) : Jean Bonnefoy, Nicolas Botti (postafce)
Couverture : Affiche du film, Touchstone Pictures
Éditeur : Gallimard (édition originale : Denoël, Présence du Futur, 1982)
Collection : Folio SF
Site Internet : page roman (site éditeur)
Numéro : 219
Pages : 303
Format (en cm) : 10,8 x 17,8 x 1,4
Dépôt légal : juillet 2005
ISBN : 2070319016 (réédition 2010 : 9782070437436)
Prix : 6,10 €



H2G2 sur la Yozone :
La trilogie en cinq volumes par Douglas Adams
- Tome 1 : « Le Guide du Voyageur Galactique »
- Tome 2 : « Le Dernier Restaurant avant la Fin du Monde »
- Tome 3 : « La Vie, l’Univers et le Reste »
- Tome 4 : « Salut, et Encore Merci pour le Poisson »
- Tome 5 : « Globalement Inoffensive »
et la fin (?) par Eoin Colfer
- Tome 6 : « Encore une Chose »

Le film de Garth Jennings
La critique
L’interview exclusive de Robbie Stamp (producteur)


Encore une chose : Ce mois de décembre 2010 ans après la naissance d’un type -qui n’allait pas se faire que des amis dans son village au point de ne pas pouvoir fêter son 33e anniversaire tranquillement- étant sujet à une certaine instabilité spatio-temporelle (et je ne vous parle même pas de la météo), il est possible que certains articles ne soient pas accessibles alors que d’autres, à la tomaison pourtant postérieure, le sont. Merci de réessayer plus tard, dans un délai compris entre 24h et 10 millions d’années.


Nicolas Soffray
11 décembre 2010


JPEG - 19.5 ko
L’affiche du film



JPEG - 19.2 ko
Dernière édition en date : 2010



JPEG - 16 ko
L’édition de la discorde !



WebAnalytics