Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Eden des Sorcières (L’) (T1)
Yumeji
Ki-oon

Autrefois, plantes et animaux vivaient en harmonie, jusqu’à l’arrivée de l’homme. Incapable de comprendre le langage des autres êtres vivants, il n’a éprouvé aucun scrupule à leur faire du mal. Faune et flore ont alors décidé de fuir et de se cacher, abandonnant leurs bourreaux à leur sort. Voilà donc des centaines d’années que le monde n’est plus qu’une vaste étendue de sable et de pierre, à l’exception des oasis où se cachent les sorcières. Comprenant le langage des plantes, appelées amurds, il leur est permis de vivre à leurs côtés.



La petite Pilly a grandi dans un de ces sanctuaires aux côtés de Toura, une puissante sorcière qui essaye désespérément de lui voir développer ses pouvoirs, Malgré tous ses efforts, elle n’entend pas la voix des amurds et n’arrive pas à avoir un beau jardin. Toura lui donne une graine qui lui sera utile pour trouver l’Eden, lieu sacré que seules quelques élues ont la possibilité de découvrir. Elle n’est jamais sortie de son oasis et n’a aucune envie de partir. Mais quand l’état de Toura s’aggrave brutalement, elle se décide à sortir de son cocon pour essayer de trouver un médicament dans le monde des humains, dont elle ignore tout.

Ce qu’elle découvre est hostile, avec des humains qui tiennent les sorcières injustement coupables de la disparitions de la végétation. Elle assiste à l’exécution violente d’une femme coupable de sorcellerie, brûlée vive sur la place publique. Totalement apeurée, un homme la prend alors sous son aile et la calme. En confiance, elle lui avoue être une sorcière et l’invite à venir dans son oasis pour examiner Toura. Naïve, elle n’a pas imaginé un seul instant qu’il viendrait avec toute une troupe… Les hommes armés s’introduisent dans leur cachette, tout semble perdu, quand soudain la fameuse graine donnée par Toura donne naissance à un énorme loup, mi- animal mi- végétal, du nom de Oak.

PNG - 221.9 ko

Nous voilà dans un monde aride et hostile où l’homme a fait disparaitre toute la végétation. Les sorcières vivent repliées sur elles-mêmes dans des oasis de verdure et font pousser de belles plantes. Les humains vouent une haine aveugle envers ces dernières et n’ont de cesse de les exterminer. La scène de mise à l’échafaud est particulièrement crue dans le trait sanglant de Yumeji.
“L’Eden des Sorcières” nous rappelle de nombreux mangas avec des sorcières, mais celui-ci nous entraine rapidement dans son histoire. Pilly est jeune et insouciante. Elle est confrontée pour la première fois à la haine humaine et n’a plus son mentor à ses côtés pour la guider. Sa naïveté lui joue de mauvais tours mais peut également lui permettre de porter un regard neuf sur les humains : après tout, sont-ils tous mauvais ? Oak semble avoir été missionné par Toura pour l’accompagner et la protéger, mais il n’est pas très tendre avec elle et ne la considère pas encore comme sa maitresse. Leur relation va forcément évoluer au gré de l’avancement de l’histoire.

Yumeji nous propose une belle histoire pleine de promesses avec de très beaux décors détaillés. Le début du périple de Pilly est assez classique pour le moment, mais elle va évoluer avec Oak. Elle va peut-être même aimer le monde des humains ? Je veux bien faire un bout de chemin avec elle.

En route pour la quête du paradis perdu !


L’Eden des Sorcières (T1)
- Série : L’Eden des Sorcières
- Auteur : Yumeji
- Traducteur : Géraldine Oudin
- Éditeur français : Ki-oon
- Collection : Seinen
- Format : 13 x 18 cm
- Pagination : 184 pages en noir et blanc - Sens de lecture original
- Date de parution : 1er juillet 2021
- Numérotation ISBN : 9791032710036
- Prix public : 7,90 €


© Ki-oon - Tous droits réservés



Anne Schnebelen
5 juillet 2021




JPEG - 39.7 ko



PNG - 67.4 ko



PNG - 64 ko



PNG - 56.1 ko



PNG - 61.8 ko



Chargement...
WebAnalytics