Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Kill Bill volume 1
Film américain de Quentin Tarentino (2003)
26 novembre 2003


Genre : film de sabre
Durée : 1h52

Avec Uma Thurman (La mariée), David Carradine (Bill), Lucy Liu (O-Ren Ishii), Daryl Hannah (Elle Driver), Vivica A. Fox (Vernita Green), Michael Madsen (Budd/Sidewinder), Michael Parks (Earl McGraw), Sonny Chiba (Hattori Hanzo), Chiaki Kuriyama (Go Go Yubari), Julie Dreyfus (Sofie Fatale), Chia Hui Liu (Johnny Mo)

Pour son quatrième long-métrage en tant que réalisateur, Quentin Tarentino, qui nous avait laissé, il y a déjà 6 ans, avec un « Jackie Brown » en demi-teinte, nous revient au meilleur de sa forme aux commandes d’un film en deux partie (la sortie du volume 2 étant prévue pour mars prochain) hommage au cinéma d’exploitation - ces productions de genre peuplées de nana sexy, de bagnoles rutilantes, de bastons démentielles et de morceaux de musique qui décoiffent - fortement influencé, du moins pour ce volume 1, par le western spaghetti, le film de Kung-fu, les séries télévisées, l’animation japonaise (l’un des chapitres les plus sanglants nous étant présenté sous la forme d’un « animé ») et surtout le film de sabre. Tout débute avec l’arrivée impromptue d’un commando de tueurs, les Vipères Assassines, à la cérémonie de mariage de Bill (David Carradine), leur chef. En quelques minutes, Bill et ses acolytes massacrent les invités et laissent pour morte la mariée (Uma Thurman) et l’enfant qu’elle porte. Quatre ans plus tard, la jeune femme se réveille sur un lit d’hôpital, le crâne consolidé par des plaques de métal. Ancienne tueuse émérite du clan de Bill, l’ex Black Mamba décide de reprendre du service et, mue par le besoin irrépressible de se venger, se lance sur les traces de ses anciens partenaires avec la ferme intention de les exterminer. Attention, ça va saigner. En effet, à partir de cette trame prétexte, l’auteur de « Pulp Fiction », déchaîné, nous embarque dans une de ses narrations aux multiples flash-back où humour noir et combats à l’arme blanche règnent en maîtres. Embrochages, décapitations, démembrements, le scénariste-réalisateur natif de Knoxville s’en donne à cœur joie et filme avec une grande virtuosité les chorégraphies de haute volée signées Yuen Wo-Ping (« Matrix », « Tigre et Dragon ») soulignées par une bande son aux mélanges surprenants (on notera l’utilisation répétée de bribes du générique de la série « L’homme de fer » et « Le frelon vert »). Le casting est une totale réussite. Les acteurs (enfin, surtout les actrices dans cette première partie) crèvent littéralement l’écran à commencer par Uma Thurman (tombée enceinte avant le début du tournage, Tarentino qui avait écrit le rôle pour son actrice fétiche a préféré repousser le tournage que de la remplacer) tout simplement impériale, Lucy Liu, en chef de la maffia de Tokyo, Chiaki Kuriyama (« Battle Royale ») en garde du corps perverse, Julie Dreyfus en interprète de choc, sans oublier Vivica A. Fox ou encore Daryl Hannah. Accumulant clins d’œil et références aux productions sur les arts martiaux, Tarentino offre un rôle de choix à Sonny Chiba, une combinaison jaune à la Bruce Lee à son héroïne, alors que les hommes de mains nippons du Crazy 88 se retrouvent affublés de costumes noirs à la « Reservoir Dogs » et de masques façon Kato (encore Bruce Lee dans la série « Le frelon vert »). Une petite merveille jubilatoire que Tarentino conclut sur un rebondissement des plus dramatiques. On attend déjà la suite.

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Quentin Tarantino
Scénario : Quentin Tarantino, Uma Thurman

Producteur : Lawrence Bender
Producteurs associés : Koko Maeda, Dede Nickerson,
Producteurs exécutifs  : Erica Steinberg, E. Bennett Walsh, Bob Weinstein, Harvey Weinstein

Musique originale : Lily Chou Chou, RZA, D.A. Young
Image : Robert Richardson
Montage : Sally Menke
Distribution des rôles : Johanna Ray
Création des décors : Yohei Taneda, David Wasco
Direction artistique : Daniel Bradford
Décorateur de plateau : Sandy Reynolds-Wasco
Création des costumes : Kumiko Ogawa, Catherine Marie Thomas
Son : Scott Sanders

Production : Miramax Films, A Band Apart, Super Cool ManChu
Distribution : TFM Distribution
Effets spéciaux : Centro Digital Pictures Ltd. , K.N.B. EFX Group Inc.


Bruno Paul
26 novembre 2003



JPEG - 9.8 ko



JPEG - 4.7 ko



JPEG - 4.9 ko



JPEG - 6.5 ko



JPEG - 5 ko



WebAnalytics