Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Les nouvelles de Catherine Dufour
L’acroissement mathématique du plaisir
Le Bélial

Catherine Dufour, voilà une nana sortie indemne de la maison des sept nains il y a sept ans (cela ne s’invente pas !), qui se fait une réputation de Pratchett sauce francophone avec sa série « Quand les dieux buvaient » parue chez Nestiveqnen.
Elle poursuit son parcours d’excellence avec « Le Goût de l’immortalité », ouvrage de SF à contre-sens total de cette fantasy foldingue qui a fait son succés.

Le bouquin paru chez Mnémos ramasse le Prix Bob Morane, le Prix Rosny Aîné et le Grand Prix de l’Imaginaire... pas partageuse la Miss !!!



Pas mécontente qu’on parle d’elle un peu partout dans les salons hype de la jet set SF, elle plante un uppercut au foie de ceux qui pensaient qu’elle abandonnerait facilement les prix concernant les nouvelles.
KO absolu, elle reçoit en 2007 le Grand Prix de l’Imaginaire catégorie nouvelle pour « L’Immaculée conception », une novella parue dans la revue Lunatique.

Car des nouvelles, elle en a semé un peu partout (même dans Lanfeust Mag !), et beaucoup disent que c’est dans cette forme plus courte qu’elle est la meilleure. Avis repris par Richard Comballot, émissaire des éditions Le Bélial pour former un premier recueil des meilleurs textes de Catherine Dufour.
Sous le titre « L’acroissement mathématique du plaisir », il réunit 20 textes essaimés entre les revues Bifrost, Lunatique, Faeries ou les anthologies des éditions L’Oxymore ou Mnémos. Et 7 inédits, et oui, toujours ce chifre qui semble marquer le destin littéraire de celle qui s’est imposée comme une des voix les plus originales de l’Imaginaire francophone ces sept dernières années.
Imaginaire car l’auteure balaye un spectre large que Comballot résume très bien ainsi : « ce recueil présente dans un joli florilège ses différentes »veines« , qui vont du conte noir au récit futuriste, de l’hommage respectueux à l’hénaurme, nous invitant à explorer sans à priori ses univers intérieurs. Se dégage de l’ensemble un parfum, une voix... une humanité... tandis que se dessinent, ou plutôt se devinent, à travers les mots, quelques cicatrices bien réelles... »

Science-fiction, fantastique et fantasy… les nouvelles de Catherine Dufour trouvent un premier endroit pour se réunir et se laisser flatter par les mots du préfacier Brian Stableford. Et comme si on ne pouvait déjà être conquis par cette formidable sélection, les éditions Le Bélial, se rappelant qu’elles sont éditrices de la revue Bifrost, nous font le plaisir d’une postface par l’auteure, d’un entretien mené par R. Comballot et d’une biblio préparée dans les chaudrons de Maître Sprauel.

Merci à Olivier Girad, Richard Comballot et tous ceux qui ont permis ce recueil paru en septembre 2008.
C’est en tout cas le livre (recueil de nouvelles) le plus excitant qui me soit tombé sous la main ces derniers mois !
Couverture par un grand : Philippe Caza.


L’acroissement mathématique du plaisir
- Auteure : Catherine Dufour
- Recueil réuni par Richard Comballot
- Couverture : Philippe Caza
- Editeur : Le Bélial
- Pagination : 448 pages
- Date de publication : septembre 2008
- ISBN : 9782843440830
- Prix public : 20 €


Des critiques ou billets sur SON OEUVRE EN ZONE YO :

L’Ivresse des Providers (Henri Bademoude)
Le Goût de l’immortalité (Ketty Stewart)
Le Goût de l’immortalité (Henri Bademoude)
L’Immortalité moins six minutes (Henri Bademoude)
Délires d’Orphée (Hervé Thiellement)

INTERVIEW EXCLUSIVE DE CD, juillet 2007, par HB

Le SITE de la dame


Fabrice Leduc
14 octobre 2008


JPEG - 19 ko
Un premier recueil des nouvelles de Catherine Dufour aux éditions Le Bélial



JPEG - 18 ko
Série « Quand les dieux buvaient » parue chez Nestiveqnen



JPEG - 18.3 ko
« Le Goût de l’immortalité » chez Mnémos.



Chargement...
WebAnalytics