Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Yoshiyuki Sadamoto à Japan Expo
Conférence du samedi 05 Juillet 2008
Japan Expo 2008

Conversation sur la carrière de ce designer et mangaka, character designer des films et séries produits par le studio d’animation Gainax dont il est un des fondateurs.
Son nom est bien sûr associé au manga et anime « Neon Genesis Evangelion »



C’est dans le cadre du festival Japan Expo 2008 qu’avait lieu cette conférence dédiée à Yoshiyuki Sadamoto.
Un jeu de questions / réponses entre l’artiste et le public, le samedi 05 Juillet.

Le texte qui suit est une retranscription de la conférence dans l’esprit.
Il ne s’agit pas des paroles même de l’artiste concerné (d’ailleurs, il y avait déjà le filtre du traducteur…).

On note des modifications au niveau du scénario de « Neon Genesis Evangelion » entre sa version manga et l’anime .
Quelles en ont été les motivations ?

C’est la ligne directrice qui est adaptée.
A chaque fois, je récupère le scénario de l’épisode animé et je le suis globalement.
Il peut tout de même y avoir quelques petits changements.

Les modifications de design ont été critiquées en ce qui concerne « Nadia et le secret de l’eau bleue »

Quand nous avons commencé, il s’agissait d’un projet NHK.
Quelques temps avant, c’était un projet d’adaptation de « Vingt mille Lieues sous les mers », idée de Hayao Miyazaki.
NHK a ressorti le projet et après consultation de plusieurs studios, c’est Gainax qui a été choisi et tout naturellement je m’y suis attelé.
Le réalisateur voulait un combat entre deux sous-marins.
C’est ainsi que le projet s’est peu à peu éloigné du concept originel.

Quand est-ce que le manga « Neon Genesis Evangelion » finira ?

J’étais en train de rattraper le retard.
Mais comme je travaille sur le film en ce moment, j’ai mis le manga en stand-by.
Le manga suit la trame fixée et les films ne l’influencent pas.
C’est juste que je ne peux pas travailler en même temps sur les deux, que là je suis sur le film et donc le manga attend.

J’ai beaucoup de projets, pas forcément tous liés à Gainax d’ailleurs.
Pour le moment, je ne peux pas en dire plus, je suis plutôt occupé en tout cas.

Est-ce vous vous attendiez à avoir de telles réactions d’enthousiasme de la part d’otaku lors de la création des personnages de « Neon Genesis Evangelion » ?

Lorsque les personnages ont été conçus, y compris pour celui de Rei Ayanami, nous ne nous attendions pas à cette réaction.
Je ne sais toujours pas comment ça s’est fait, on m’avait demandé un personnage un peu sombre et je me suis inspiré de chansons d’un groupe de jeunes filles mentionnant une fille recouverte entièrement de bandages.

Que lisez-vous pour vos loisirs et est-ce que ça vous inspire ?

En fait, je lis beaucoup de romans, notamment de jeunes auteurs.
Egalement Philip K. Dick.
Cela fait travailler mon imagination, j’essaie d’imaginer les personnages.

Après plus de dix ans, voir que vous avez toujours un tel succès à l’étranger, notamment pour « Neon Genesis Evangelion », comment le ressentez-vous ?

Evidemment ça me fait énormément plaisir.
En même temps, ça me met une énorme pression.
Actuellement, je suis très pris sur « Neon Genesis Evangelion » et n’arrive pas à passer à autre chose.

Votre dessin est très anguleux, avez-vous toujours dessiné comme ça ?
Qu’en est-il des inspirations mystiques ?

Je ne suis pas doué pour les personnages féminins.
Quand on m’a demandé de travailler sur « Nadia », j’ai beaucoup étudié, avec de très diverses sources d’influences.
Déjà le character design de Nadia détonnait et ce fut un succès.
Ayant vu ça, j’ai essayé de conserver cette voie originale tant dans l’animation japonaise de l’époque que celle actuelle.

Il est vrai que « Neon Genesis Evangelion » aborde la genèse et la religion occidentale.
Nous, les Japonais, n’avons pas pris ça de façon mystique mais plus comme une façon d’alimenter le mystère.
Peut-être certains chrétiens ont-ils été choqués mais ce n’était pas le but du tout, il s’agissait juste d’un cadre.

Sur quelle partie passez-vous le plus de temps en animation ?
Quand vous manquez d’inspiration, comment redémarrez-vous ?
Combien de temps cela prend-il pour réaliser une planche de « Neon Genesis Evangelion » ?

En ce qui concerne le processus créatif : au début je discute avec le réalisateur et le scénariste puis je commence à designer les costumes, on en rediscute avec le staff, puis j’affine les personnages, etc.
C’est loin d’être un processus personnel isolé.
Le temps dépend vraiment des cas.
La partie dessin en elle-même n’est pas très longue.
Parfois, ça vient tout de suite, certains jours c’est autre chose.
Dans ces derniers cas, je m’obstine.

Pour la production d’un épisode de vingt-quatre pages d’« Eva », je récupère le scénario de la partie que je vais adapter.
Une à deux semaines pour le découpage, disons dix-quinze jours pour que tout soit bouclé dans ma tête.
Ensuite j’appelle des assistants, un ou deux, et je commence les roughs, ils m’assistent dans le dessin.
En une semaine, cette phase est bouclée.
Bref pour le manga, cela me prend deux semaines et demi voire trois semaines pour un épisode.
Mais là, c’est complètement en stand-by, puisque je travaille pour l’animation.


A lire aussi sur la Yozone :
- Japan Expo 2008
- Deux Yonautes à Japan Expo
- 20th Century Boys, grand prix au Japan Expo 2008

Lien :
Japan Expo, organisatrice de cette conférence




Kevin Alessio
31 juillet 2008




JPEG - 30.2 ko
Pilgrim (design pour la pochette de l’album d’Eric Clapton)



JPEG - 71.6 ko
Neon Genesis Evangelion #1 (manga)



JPEG - 51.2 ko
Route 20 (manga)



JPEG - 42.4 ko
Alpha (artbook)



JPEG - 44.7 ko
Der Mond (artbook)



Chargement...
WebAnalytics