YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Qui a tué Bambi ?
Film français de Gilles Marchand
24 décembre 2003


Genre : thriller
Durée : 2h06

Avec Sophie Quinton (Isabelle / Bambi), Laurent Lucas (Dr. Philipp), Catherine Jacob (Véronique), Yasmine Belmadi (Sami), Michèle Moretti, Valérie Donzelli, Jean-Claude Jay, Thierry Bosc, Lucia Sanchez

Présenté hors compétition aux récentes Utopiales, le festival international de Science-Fiction qui se déroulait en novembre 2003 dans la ville de Nantes, ce premier long-métrage de Gilles Marchand n’est à proprement parler ni SF ni fantastique mais un thriller qui mêle thématique à la Georges Franju et ambiance à la David Lynch. Il faut dire qu’il se passe de drôles de choses dans l’enceinte ultra-moderne du centre hospitalier où la jeune Isabelle (Sophie Quinton) vient de débuter son stage d’infirmière. Certains patients se réveillent sur la table d’opération, alors que d’autres, des jeunes et jolies femmes, tombent dans le coma, quand elles ne disparaissent pas mystérieusement la veille de leur intervention. Rapidement, l’élève-infirmière, intriguée, s’intéresse au comportement suspect du Dr Philipp (Laurent Lucas), cet as de la neurochirurgie qui s’évertue à l’appeler Bambi et qu’elle croise régulièrement dans l’hôpital au beau milieu de la nuit....

Pour sa première réalisation, Gilles Marchand, que l’on connaissait pour ses talents de scénariste (« Harry, un ami qui vous veut du bien », « Ressources humaines »), réussit pratiquement un coup de maître. Certes, si « Qui a tué Bambi ? » n’est pas exempt de petits défauts, comme certaines longueurs ou une narration un peu alambiquée, la mise en images est particulièrement soignée, la partition musicale inspirée et la direction d’acteurs maîtrisée. Laurent Lucas (« Harry, .... »,« Tiresia ») s’avère parfait en médecin manipulateur, Catherine Jacob fidèle à elle-même et la jeune Sophie Quinton, dont c’est le premier long-métrage, est en tout point étonnante.

De plus, le réalisateur, loin des clichés du genre, n’hésite pas à prendre des risques et choisit de conclure son intrigue sans en dévoiler toutes les clés. Un parti pris qui laissera certainement sur le carreau les spectateurs venus consommer un divertissement calibré, mais qui devrait séduire les cinéphiles adeptes du beau, du surprenant et de climats étranges.

En tout cas, après le récent et excellent « Cette femme là » de Guillaume Nicloux, Gilles Marchand confirme à son tour la viabilité d’un cinéma de genre made-in-France. On ne peut que s’en féliciter.
_

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Gilles Marchand
Scénario : Vincent Dietschy et Gilles Marchand

Producteurs : Caroline Benjo, Carole Scotta

Musique originale : Alex Beaupain, Carlos Dalton, François Eudes, Lily Margot, Doc Mateo
Image : Pierre Milon
Montage : Robin Campillo
Distribution des rôles : Constance Demontoy, Richard Rousseau
Création des décors : Laurent Deroo
Création des costumes : Virginie Montel, Isabelle Pannetier
Son : Frédéric Ullmann

Production : Centre National de la Cinématographie (CNC), Haut et Court, L’Atelier de Production Centre-Val de Loire, La Sofica Sofinergie 5, La Sofica Sogicinéma, Le Studio Canal+, M6 Films, Région Centre
Distribution : A-Film Distribution, Haut et Court


Bruno Paul
24 décembre 2003






JPEG - 7.3 ko



JPEG - 2.8 ko



JPEG - 3.5 ko



JPEG - 4.6 ko



WebAnalytics