YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Vampire Hunter D, Bloodlust
Edition DVD simple – TF1 Vidéo
2 juin 2006

Dans un village retiré, la jeune Charlotte est enlevée par un lord vampire, Meier Link. Le père de la jeune fille a mis la tête du vampire à prix et le redouté vampire hunter D accepte le contrat de 20 millions de dollars. Mais il ne sera pas le seul sur la piste de la calèche du lord, les frères Markus sont aussi de la partie. Un quatuor de fous furieux : Borgoff, le chef de la bande et expert dans le tir à l’arbalète, Kyle aux shurikens géants, Nolt au marteau gigantesque et le dernier Grove, capable de créer un double astral surpuissant. Mais surtout, au sein du groupe se trouve la belle Leila. La jeune femme, dont la famille fut massacrée par des vampires, est devenue une tueuse sans pitié et pourtant, en rencontrant le Dhampyr D, elle tombe sous le charme ténébreux du demi-vampire. Toutefois, la chasse passe avant tout et la calèche a déjà atteint la dangereuse cité de Barberoy.



Nous voici plongé dans ce futur où les vampires avaient pris le pouvoir après une catastrophe nucléaire. Toutefois, avec le déclin de leurs pouvoirs se formèrent des groupes dédiés à leur éradication : les vampire hunters. Parmi ces hunters, un être particulier, mi-humain, mi-vampire, un Dhampyr : D. S’il peut supporter le soleil, il ne doit pas être exposé trop longtemps sous peine de perdre ses forces. Mais sa quête est de poursuivre les vampires, comme une rédemption. Taciturne, son seul ami est une forme de parasite dans sa paume gauche.

Bloodlust” reprend la nouvelle du tome 3 du manga “Vampire Hunter D. C’est donc cette version vampirique de “Roméo et Juliette” qui fut choisie pour faire revivre le Dhampyr. Un premier film reprenait les aventures de D en 1985. Typique des graphismes de l’époque, la version de 2000 profite avantageusement des progrès techniques. Mais revenons au scénario. Nous retrouvons donc les protagonistes créés par Hideyuki Kikuchi, en particulier les frères Markus. Toutefois, le personnage de Leila n’a pas le côté tragique du manga. Tout d’abord, il n’y a plus de lien de parenté avec les autres membres du groupe, Kawajiri lui invente une famille massacrée par les vampires. L’ambiguïté de ses rapports avec ses frères devait être trop politiquement incorrect pour une version destinée à l’exportation. Mais soit, cela n’enlève rien à l’intérêt de cette histoire.

JPEG - 49.7 ko

L’intéressant reste le couple Charlotte – Meier. Leur amour est toujours aussi pur et le confit interne de D devant ce couple rompt le manichéisme qui apparaissait dans la lutte contre les vilains vampires. Ayant rejeté d’introduire un second parasite comme pour la version originale, Yoshiaki Kawajiri nous propose une fin inédite, plus difficile pour D, mais aussi moins pessimiste que dans le manga. Il introduit un nouveau personnage, qu’il relie à D afin de rendre leur affrontement plus intéressant. Ces modifications n’enlèvent rien à la force du récit, mais on sent toutefois l’influence du marché américain sur des éléments qui auraient pu choquer les petites natures américaines.

Mais la grande réussite de cet animé réside aussi dans le traitement de l’image. Sans utiliser l’image de synthèses ou la 3D, l’animation est d’une grande qualité et les dessins, disons le franchement, magnifiques. Entre les scènes dans le jardin abandonné ou l’affrontement final dans le château, Yoshiaki Kawajiri nous démontre encore une fois l’attention qu’il met dans la réalisation de son animation. Entre “Ninja Scroll” et “X”, la série TV, on retrouve à la fois des scènes d’actions parfaitement scénarisées et découpées, extrêmement fluides et ne laissant aucune place à l’imperfection, mais aussi des décors à couper le souffle, aux allures gothiques mais avec une palette de couleurs collant à la perfection à chaque lieu. L’intérieur de la calèche illustre parfaitement le soin mis pour chaque meuble, chaque tenture.

Après donc un premier film qui a mal vieilli, “Bloodlust” est l’exemple même d’un excellent animé en 2D. S’appuyant sur un scénario toujours aussi passionnant, Yoshiaki Kawajiri a réalisé son œuvre ici de référence.


- Titre original : Vampire Hunter D, Bloodlust
- Réalisateur : Yoshiaki Kawajiri
- Scénario : Yoshiaki Kawajiri
- D’après l’œuvre de : Hideyuki Kikuchi
- Producteur : Mataichiro Yamamoto et Masao Maruyama
- Compositeur : Marco D’Ambrosio
- Studio d’animation : Mad House
- Production : Mad House, Movic Inc.
- Année de production : 2000

DVD 9- Zone 2- pal
- Format image : 19/9
- Audio : Stéréo 5.1
- Durée : 1h45
- Langue : Japonais - Anglais – Français
- Sous-titres : Français
- Navigation  : lecture des épisodes en bloc ou au choix
- Éditeur : TF1 Vidéo
- Sortie : 2 juin 2006
- Prix public conseillé : 14,99 € (DVD)


© Mad House - TF1 Vidéo - Tous droits réservés


Frédéric Leray
20 février 2010






JPEG - 37.7 ko



JPEG - 6.1 ko



JPEG - 11.1 ko



JPEG - 10.6 ko



JPEG - 6.1 ko



JPEG - 9.1 ko



JPEG - 10.8 ko



JPEG - 5.7 ko



JPEG - 9.1 ko



JPEG - 8.2 ko



JPEG - 10.2 ko



JPEG - 8.5 ko



WebAnalytics