YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Julie, Chevalier de Maupin
Mini-série française de Charlotte Brändström (2004)
Sortie édition 2 DVD : 9 décembre 2004 (France)


Diffusée par TF1 courant 2004, « Julie, Chevalier de Maupin » bénéficie d’une sortie DVD ultra rapide. Ce n’est pas en soit un mal tant la série, malgré son succès populaire, n’a peut-être pas été vue par les passionnés d’aventures fantastiques. Préjugés -toujours mauvais d’avoir des préjugés- néfastes, je l’avais également consciencieusement zappée lors de son passage.

Pourtant, il s’agit bien de l’adaptation du fort recommandable « Mademoiselle de Maupin », roman de Théophile Gautier (« Capitaine Fracasse », « Le Spirite » et « Le Roman de la Momie », etc). Baudelaire disait déjà « Théophile Gautier, le poète impeccable et le parfait magicien ès lettres françaises ». Nous confirmons car ce grand succès littéraire du 19ème siècle dont l’action se situait à l’époque du Roi Soleil réserve bien des surprises. Cette série composée de deux téléfilms (plus de 3 heures d’actions et de mystères) en reprend les grandes lignes. Voici donc le parcours initiatique d’une jeune fille victime d’un complot, à la recherche de son passé et dont la volonté de vivre sera exacerbée par sa passion du chant. On se dit feuilleton de capes et d’épées et... patatra, on a bien tort. C’est que « Julie, Chevalier de Maupin » s’ouvre sur une scène de messe noire avec un bébé enlevé afin d’être sacrifié, que la seconde scène nous présente une guérisseuse - sorcière assez inquiétante qui n’est pas sans rappeler le look des révérendes-mères du « Dune » de David Lynch, le reste du téléfilm oscillant entre un pôle réel et historique (l’époque, les décors, les combats) et un versant plus fantastique (initiés, messes noires, pentacles et cie).

Il y a bien sûr la petite romance censée donnée une légitimité grand public à tout cela même si on doute de son utilité. M’enfin, considérons que quand on est une jolie jeune femme qui botte les fesses des méchants avec un certain talent, on a aussi le droit d’être courtisée. Du point de vue de la réalisation, les décors sont particulièrement soignés, les payasages superbes, les cascades bien chorégraphiées et la mise en scène efficace. Quant aux acteurs, coproduction internationale oblige, le casting est d’envergure (Pierre Sermoni, Pierre Arditi, Thure Riefenstein, Jürgen Prochnow, Marisa Berenson, etc,.). Cependant, de ce tableau d’honneur, on retira Pierre Arditi qui nous paraît surjouer un poil trop le méchant de service mais le pari s’avère finalement gagnant car la jeune Sarah Biasini (Julie) et fille de Romy Schneider, est tout bonnement épatante. Tantôt boudeuse et garçonne ou charmeuse et très femme, elle réalise une grande partie de ses cascades, monte à cheval, se bât, chante, court, saute et vole presque avec beaucoup d’enthousiasme, de conviction et de réalisme. Il s’agit d’une réelle trouvaille et d’une actrice à la passion juvénile et rafraîchissante, parfaite dans son rôle. Pourvu que ça dure !

Bien sûr, tout n’est pas parfait dans ce téléfilm. On regrette le ton volontairement gentil et badin de certains dialogues. La reconstitution versaillaise fait parfois un peu cheap dans les scènes d’extérieurs. Plutôt que d’opter volontairement pour une exploitation plus noire des aspects fantastiques de l’intrigue, on reste souvent borderline afin de ne pas dérouter l’éternelle « ménagère de plus de ? ». Générosité et bonté d’âme obligent, on pourrait quand même lui prêter un talent à supporter des téléfilms à l’imaginaire plus conséquent. Après tout, n’est-ce pas la même ménagère qui se régale aussi des « X Files » ou de « Stargate » ? La musique originale est plutôt réussie -malgré une trop grande omniprésence- et propose même un thème principal s’incrustant durablement dans vos oreilles. Mais foin de toutes ces petites choses qui ne sont que détails de maniaque, si tous les téléfilms français nous plaisaient autant, on regarderait moins de séries étrangères !

Au finish, l’édition DVD s’avère plus que généreuse en proposant la série sur un DVD et les bonus (un making of d’une heure, en fait) sur l’autre. La délicate attention (avec écran explicatif SVP) des sous-titrages pour sourds et malentendants étant une excellente chose que nous ne cesserons jamais de réclamer sur le moindre DVD passant à portée de nos mirettes, on confirme : du beau et bon travail.

Stéphane Pons

FICHE TECHNIQUE
Réalisation : Charlotte Brändström.
Scénario : Pierre Paul
Adaptation et dialogues : Bruno Dega d’après l’œuvre de Théophile Gautier
Avec la participation de Sarah Biasini (Julie de Maupin), Pietro Sermonti (Gaspard), Pierre Arditi (Charles de Florensac), Thure Riefenstein (Séranne), Jürgen Prochnow (Baron Hengen), Gottfried John (d’Armagnac), Marisa Berenson (Madame de Maintenon), Julia Stemberger (Agnès Dormes), etc,.
Durée : 2 fois 96 mn (approx).
Édition-distribution : TF1 Vidéo
Presse : Nathalie Chambon assistée de Tamara Bruchet (7 à Voir, Aubervilliers)
Sortie DVD : 9 décembre 2004
Prix conseillé : 26,99

DVD 1 : les téléfilms
DVD 9, zone 2, Pal. Menu d’accueil et menus intermédiaires en français. Animations sur fond graphique.
Format d’image : 16/9 compatible 4/3.
Versions sonores : DD 2.O et DD 5.1
Sous-titres : sourds et malentendants (avec écran d’explications des zones, couleurs, etc,.).
Chapitres : 10 par épisode avec écran intermédiaire et titre de chaque chapitre.
Liens internet : via un lecteur de DVD Rom vers le site de TF1 Vidéo

DVD 2 : les bonus
DVD 5, zone 2, Pal.
« Sarah, Chevalier de Maupin » : documentaire en forme de Making Of avec interviews, extraits de la série, du tournage, cascades, etc,. (VF et VO ST en français si acteurs ou techniciens étrangers).
« Liens internet » : liens vers le site de TF1 Video via ordinateur et lecteur de DVD Rom.

APPRECIATION GLOBALE
Une excellente adaptation du roman de Théophile Gautier dans une version énergique, juvénile (au bon sens du terme) et entraînante. Sarah Biasini est parfaite dans le rôle de Julie de Maupin. Une édition double DVD au transfert numérique parfait (son et image). Making of intéressant même si l’on regrette qu’il n’y en ait pas un peu plus sur le second DVD (Making Of d’une heure, c’est un peu light). Passez outre vos préjugés pour cette édition de « Julie, Chevalier de Maupin », agréable et surprenante.


Stéphane Pons
9 février 2005






JPEG - 53.6 ko



JPEG - 35.5 ko



JPEG - 32.4 ko



JPEG - 20.8 ko



WebAnalytics