YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Appleseed Ex-Machina
Shinji Aramaki
Edition collector 2 DVD – Warner Home Video et Keep Case (réédition)

Après une guerre qui faillit anéantir la race humaine, les survivants tentent de se réunir sous une forme d’utopie, la cité d’Olympus. Ils créèrent pour les servir une forme de vie, les bioroïdes. Pour maintenir la paix et la sécurité, le gouvernement d’Olympus mit en place une unité spéciale de police, l’E.S.WA.T. Dans ce nouveau monde, une nouvelle menace terroriste apparaît à travers un groupuscule formé de cyborgs de combat. Après quelques prises d’otages, leur action prend une tout autre ampleur. Profitant de l’organisation d’un colloque pour la paix, organisé par Olympus, ils réussissent à prendre possession du cerveau des êtres cybernétisés et provoquent une véritable guerre civile au sein de la cité.



Nous retrouvons Deunan et Briareos, maintenant membres de l’E.S.W.A.T. Lors d’une opération pour délivrer des otages rassemblés dans une cathédrale par des cyborgs armés jusqu’aux dents, Briareos est gravement blessé par une explosion. Nike profite de cette occasion pour donner à Deunan un nouvel équipier. Mais ce n’est pas n’importe quel soldat, il s’agit d’un bioroïde né de l’ADN de Briareos et nommé Tereus. Deunan est sous le choc de voir de nouveau les traits de l’homme qu’elle aime et non plus son masque de cyborg. Mais cette nouvelle association et ces terroristes qui tentent de prendre possession de tous les êtres cybernétiquement modifiés vont fortement mettre à l’épreuve leur relation. Car contre toute attente, Briareos perd totalement le contrôle de ses actes.

JPEG - 48.6 ko

Après le succès du film « Appleseed », version 2004, l’équipe technique se trouvait devant un véritable défi pour réaliser une suite. Mais plutôt que de suivre, plus ou moins, des scénarios existant dans le manga de Masamune Shirow, le choix s’est porté sur une histoire originale, analysant la relation entre Deunan et Briareos sous un angle de vue différent de ceux développés par Shirow : comment aurait évolué leur relation si Briareos n’était pas devenu un cyborg ? L’histoire des terroristes venus de Poséidon apparaît alors comme secondaire et juste une occasion de réaliser des scènes d’action, il faut être objectif, à couper le souffle.

L’arrivé de John Woo à la production va avoir un effet immédiat dans la réalisation du film. A la limite, la première scène de l’attaque de l’église est caricaturale à l’extrême des films de maître Woo. Entre l’envol de colombes, les sauts au ralenti, la recharge des armes scénarisée, on se croirait dans un remake de « Volte Face ». Ce genre de clins d’œil se répétera durant tout le film, et si cela n’est pas désagréable, on quitte totalement l’ambiance plus brute de décoffrage et moins clean du manga. Certains trouveront aussi un petit côté Borgs de « Star Trek Next Generation » dans la prise de possession de l’esprit des humains ou une version cybernétique d’une attaque de zombies dans les scènes d’émeute, et ils n’auront pas tout à fait tort.

Et surtout, et là c’est un avis personnel, le passage du japonais à l’anglais comme langue originale fut un véritable choc. J’adhère assez difficilement à ce choix de pur markéting pour vendre le film à l’étranger et là je parle des États-Unis car les véritables amoureux de japanimation ne peuvent concevoir de visionner leur film ou série autrement qu’en Japonais.

Parlons maintenant un peu du graphisme. L’équipe technique a choisi de pousser encore plus loin la 3D développée pour le premier film. Leur désir était de mettre en avant plus de détails et rendre encore plus réalistes les scènes d’action. Alors quel a été le résultat ? Si certaines scènes sont bluffantes de réalisme comme l’attaque du robot de chantier, d’autres donnent plus l’impression de se retrouver dans un jeu vidéo uniquement constitué de cinématique. Et le résultat est alors en dessous des attentes : des personnage aux visages lissés par des teintes trop monochromatiques, des décors en méplats peints, les ramenant à un effet 2D basique.

Cette alternance d’excellent et de bof laisse une impression d’insatisfaction au final, même si on se rappellera inévitablement les scènes stupéfiantes qui nous font parfois douter qu’il ne s’agit en fait que d’images réalisées par ordinateur.


- Titre original : Appleseed Saga - Ex Machina
- Réalisateur : Shinji Aramaki
- Scénariste : Kiyoto Takeuchi
- D’après le manga de : Masamune Shirow
- Producteur : Terence Chang, Joseph Chou, Hidenori Ueki, Naoko Watanabe, John Woo
- Chara-Designer : Masaki Yamada
- Mecha-Designer : Takeshi Takakura
- Images de synthèse : (CGI) Yasuhiro Ohtsuka, Yuusaku Toyoshima
- Compositeur : Haruomi Hosono

Coffret 2 DVD
DVD 9- Zone 2- pal
- Format image : 16/9
- Audio : Stéréo 2.0 – 5,1
- Durée : 1h40
- Langue : Français – Anglais - Néerlandais
- Sous-titres : Français -Anglais - Néerlandais
- Editeur : Warner Home Video, Keep Case (réedition)
- Sortie : 18 juin2008 – 4 février 2009 (réédition)
- Prix public conseillé : 15 €, 17€ (réédition)


© 2007 Shirow Masamune/Seishinsha – Ex machina Film Partners et Warner Bros Entertainment- Tous droits réservés



Frédéric Leray
19 décembre 2009






JPEG - 27.7 ko



PNG - 53.5 ko



JPEG - 8.4 ko



JPEG - 8.8 ko



JPEG - 7.5 ko



JPEG - 7.1 ko



JPEG - 7.9 ko



JPEG - 5.6 ko



JPEG - 10.3 ko



JPEG - 9.5 ko



JPEG - 28.8 ko



WebAnalytics