YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Rose Ecarlate (La) (T5)
Patricia Lyfoung
Delcourt

Comme pour tous les albums de cette série, celui-ci commence par la rencontre entre nos deux justiciers masqués et le couple de bourgeois habituel. Avec cependant une nuance, cette fois, pour ces derniers puisqu’ils ne se seront pas dépouillés par la Rose Écarlate et le Renard mais, qu’au contraire, ceux-ci leur restitueront une bourse. Je vous laisse le soin de découvrir comment et pourquoi.



Toujours sur les traces de ceux qui ont tué son père, Maud et son compagnon Guilhem se retrouvent à Istanbul à deux doigts de démasquer le mystérieux chef de leurs ennemis. Et de péripéties en péripéties, d’alliances en trahisons, Maud et Guilhem se retrouveront séparés. Maud sera recueillie par ses grands-parents maternels et, à cette occasion, elle en apprendra un peu plus sur le passé de ses parents. Guilhem, de son côté, se verra plus ou moins contraint de s’associer avec un mercenaire au service de ses ennemis pour pouvoir faire route à l’est, dans l’espoir de retrouver Maud. Il pourrait même y croiser son père, vu dans la région il y a deux ans environ.

JPEG - 45 ko

Je ne connaissais pas cette série avant d’avoir cet album entre les mains. Du coup, je me suis procuré les précédents pour connaître un peu le passé des personnages. En feuilletant l’album, je n’étais pas très enthousiaste, le dessin me faisant penser à un mélange entre la BD francophone et le manga. Pour l’exemple, l’expression des visages est typique des graphismes nippon. Par contre, pour le reste, le dessin fait plus penser à l’école franco-belge. Et le mélange des deux, qui ne m’attirait pas trop au départ, passe finalement bien. Ou disons plutôt que l’on s’y habitue assez rapidement.

JPEG - 56.5 ko

Patricia Lyfoung, scénariste et dessinatrice de la série, a su ainsi se créer un univers propre, un style bien à elle. Son scénario est très bien construit et je pense que cela devait faire un moment qu’elle trainait cette idée avec elle : on sent bien qu’elle sait où elle va et comment elle y va. Il ne semble y avoir guère de place pour l’improvisation dans son histoire. Et même si certains trouveront un parallèle entre cette série et le dessin animé “Lady Oscar” (dont le titre original est “La Rose de Versailles”), rien de plus normal puisque c’est de ce dessin animé qu’est née la passion de l’auteur pour les costumes et le romantisme.

JPEG - 26.2 ko

Malgré tout le talent de conteur de Patricia Lyfoung, je n’accroche pas entièrement à son dessin mais je comprends cependant mieux le pourquoi du succès de librairie de cette série. J’attends toutefois avec une certaine impatience le prochain album. Enfin surtout les premières planches puisque je suis curieux de savoir quelle sera l’idée pour se faire encore une fois se rencontrer nos héros et le couple de bourgeois. J’adore les crises de nerfs de notre bourgeoise et le côté placide de notre bourgeois face à tous ces coups du sort. Je pense d’ailleurs qu’ils sont aussi pour beaucoup dans le succès de la série.


(T5) Je serai toujours avec toi
- Série : La Rose Ecarlate
- Scénario : Patricia Lyfoung
- Dessin : Patricia Lyfoung
- Couleurs : Philippe Ogaki
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Néopolis
- Dépôt légal : avril 2009
- Pagination : 48 pages couleurs
- ISBN : 978-2-7560-1558-3
- Prix public : 9,95 €


© Pour les illustrations : Patricia Lyfoung, Delcourt


Peps37
12 décembre 2009






JPEG - 29.5 ko



JPEG - 28.9 ko



JPEG - 29.4 ko



JPEG - 28.6 ko



WebAnalytics