YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ces Garçons qui Venaient du Brésil
Édition Simple DVD (nouveau master) – Opening Video
1O juin 2009

Ezra Lieberman, le chasseur de nazis, comprendra-t-il pourquoi un étrange complot visant à éliminer 94 hommes à travers le monde est le résultat d’une incroyable machination d’anciens membres du 3ème Reich dirigés par l’atroce et funeste criminel docteur Mengele ?
Image et son quasi parfaits pour cette édition Opening remise à neuf (version restaurée) d’un classique des classiques du genre. Inspiré tout à la fois par des faits réels et une thématique SF avant-gardiste pour l’époque, le film reste encore aujourd’hui marquant.



LE SUJET


Ezra Lieberman est un chasseur de nazis vivant en Autriche avec sa femme lorsqu’il reçoit un étrange appel d’Amérique du Sud. Un informateur le prévient que d’anciens criminels nazis préparent 94 assassinats d’illustres inconnus à travers le monde !
D’abord incrédule, Ezra Lieberman comprend qu’il se passe bel et bien quelque chose lorsque son informateur disparaît dans la plus grande discrétion et que les premiers meurtres étranges surviennent.
Peu à peu, le chasseur de nazis va découvrir quel étrange et horrible scénario est en train de se mettre en place.

CE QUE L’ON EN A PENSÉ


Adaptation très rigoureuse du roman éponyme de Ira Levin (« Les Femmes de Stepford », « Rosemary’s Baby »), « Ces Garçons qui Venaient du Brésil » est incontestablement un des films événements des années 78/79. Interdit au moins de 16 ans en France et dans de nombreux autres pays lors de sa sortie en salle (parfois même au moins de 18 ans), le scénario du film mixe très habilement (comme dans le roman) la réalité, l’histoire et la fiction, voire la science fiction la plus pure.
Réalité et présent d’une époque tourmentée, une bonne partie du film se déroule dans le contexte des dictatures fascistes sud-américaines (au Paraguay) où étaient alors encore réfugiés bon nombre d’anciens criminels nazis en fuite (dont le fameux docteur Mengele qui décèdera quelques mois après la sortie du film). Ègalement, leur traque par un célèbre « chasseur de nazi » s’inspire directement du personnage de Simon Wiesenthal (décéde en 2005) qui participa à l’arrestation de plus de 1000 criminels nazi et dont un centre dédié à la mémoire de la Shoa porte aujourd’hui le nom.
L’histoire, car en extrapolant dans un contexte contemporain sur la base du complot d’anciens nazis, le scénario n’oublie pas de pointer les méfaits criminels de ces tristes et abominables sires. « Ces Garçons qui Venaient du Brésil » cible justement les atrocités de la Seconde Guerre Mondiale (au cas où quelques imbéciles incultes en auraient fait l’impasse) tout en pointant l’incroyable tolérance des dictatures sud-américaines (soutenues par les Etats-Unis) sur les comportements présents de ces criminels, voire leur implication dans le fonctionnement de ces régimes fascistes.
Fiction et science fiction car l’idée force d’Ira Levin, reprise à la lettre par le scénario du film, s’aventure sur les chemins du clonage (pûrement théorique en 1978) en imaginant l’incroyable (attention spoiler !). Soit la résurrection d’une presque centaine de petits Hitler via ce procédé.
Le tout est traîté sur le mode du thriller d’espionnage et s’appuie sur une distribution d’envergure : Gregory Peck (le Dr Josef Mengele) est époustouflant, Laurence Olivier (Ezra Lieberman) plante un Simon Wiesenthal crédible tout en travaillant sa ressemblance physique avec la figure historique, James Mason (Eduard Seibert) étale sa classe de dandy désabusé mais déterminé (et la froideur détachée qui va avec) et le jeune Bruno Ganz apparaît en alibi scientifique résumant les visées et les difficultés éthiques du clonage en deux minutes. Quand à Jeremy Black, le gamin interprétant le rejeton cloné, il est tout simplement effrayant et à la hauteur du défi à relever -de l’innée ou de l’acquis aussi et par conséquent.
Franklin J. Schaffner filme tout cela avec une sécheresse bienvenue, ajoutant une distance émotionnelle dans sa réalisation (la caméra bouge assez peu mais les angles sont multiples), sensation soutenue par une photographie à l’aspect clinique (images très froides) et des maquillages que l’on croirait absents par instants. Gregory Peck-Dr Mengele affichant un visage d’une blancheur cadavérique proprement glaçante.
Si la fin du film, à la limite du gore pour l’époque, peut faire sourire aujourd’hui, c’est surtout pour des raisons techniques (sang rouge vif surréaliste). Pour le reste (99%), rien n’est à jeter dans « Ces Garçons qui Venaient du Brésil », œuvre emblématique d’un cinéma qui se confrontait à l’imaginaire tout en travaillant des sujets bien réels, concrets et inscrits dans les problématique de son temps.

JPEG - 66.2 ko


L’ÉDITION DVD


Le film et rien que le film, mais via un transfet numérique basé sur une version restaurée quasi impeccable. Comme à l’habitude, on préférera la VO (rien que pour les accents et le jeu originaux des acteurs) même si la VF a plus de clarté dans les dialogues (mais au détriment des ambiances). La photographie peut surprendre par son aspect quasi artificiel, mais elle est pensée ainsi afin de soutenir le propos scénaristique et une réalisation au cordeau de Franklin J. Schaffner (qui n’était pas le premier venu).
Inutile de le préciser, cette nouvelle édition DVD est techniquement quasi parfaite car on se doute bien que les seuls défauts apparents viennent du master original restauré et nom des procédés de transferts numériques utilisés.

CONCLUSION


Une belle édition DVD qui se recentre sur l’essentiel pour un prix abordable et permet la mise à disposition d’un classique du genre. On peut regretter l’absence de tout bonus (même ceux de l’ancienne édition double DVD).
Ceci dit et noté, l’essentiel, c’est bel et bien le film avant tout.

CES GARÇONS QUI VENAIENT DU BRÉSIL ÉDITION SIMPLE DVD

Titre : Ces Garçons qui Venaient du Brésil
Titre original : The Boys from Brazil
Durée : 1h59’54’’
Année de production : 1978
Sortie en salle France : 30 mai 1979
Interdit en salle au moins de 16 ans lors de sa sortie, Tous Public aujourd’hui
Film thriller-SF americano-britannique (1978)
Réalisation : Franklin J. Schaffner
Scénario : Heywood Gould
D’après le roman de : Iran Levin
Musique : Jerry Goldsmith
Distribution : Gregory Peck (Dr. Josef Mengele), Laurence Olivier (Ezra Lieberman), James Mason (Eduard Seibert), Lilli Palmer (Esther Lieberman), Uta Hagen (Frieda Maloney), Jeremy Black (Jack Curry/Simon)
Production : Robert Fryer, Stanley O’Toole, Martin Richards

ÉDITION DVD
Edition Simple DVD, Digipack
DVD9 (6,51 Go), Zone 2, Pal, Couleur
Éditeur : Opening
Lien DVD Opening : le DVD
Références DVD : EDV 701 - Asin B0026S1XP0
Presse : Darkstar (Paris)
Parution : 10 juin 2009
Prix Public conseillé : 16,99€

JPEG - 46.9 ko


Menus : disponibles en Français
Image : 16/9 compatible 4/3
Format : 1.78
Son : Anglais, Français (en Dolby Digital 2.0, version d’époque retravaillée)
Sous-titres : Français
Chapitres : 14 (avec extraits des scènes dans le menu)


© DVD : Opening 2009



Stéphane Pons
9 juillet 2009






JPEG - 20.1 ko



JPEG - 33.7 ko



JPEG - 6.4 ko



JPEG - 6.2 ko



JPEG - 6.1 ko



JPEG - 7.4 ko



JPEG - 28.9 ko



WebAnalytics