Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Star Trek 2009 (XI)
Film de science fiction américain de J.J. Abrams (2009)
6 mai 2009

****



Durée : 2h08
Genre : Space Opera - SF

Avec : Chris Pine (James T. Kirk), Jimmy Bennett (James T. Kirk enfant), Zachary Quinto (Spock), Eric Bana (Nero), Simon Pegg (Montgomery « Scotty » Scott), Winona Ryder (Amanda Grayson), Karl Urban (Leonard « Bones » McCoy), John Cho (Hikaru Sulu), Zoe Saldana (Uhura), Bruce Greenwood (Christopher Pike), Ben Cross (Sarek), Anton Yelchin (Pavel Checkov), Leonard Nimoy (Spock Prime), Jacob Kogan (Spock enfant), Majel Barrett-Roddenberry (voix VO de l’Enterprise), etc,.

Quelques années après le décès tragique de son père lors d’un combat spatial épique contre un mystérieux et gigantesque vaisseau surgit de nulle part, le jeune homme James T. Kirk est recruté par Starfleet et intègre la célèbre « Academy ». Mais alors que le pater familias s’était sacrifié avec son vaisseau pour sauver son équipage ainsi que sa femme en train d’accoucher du bambin, quelques années plus tard, James T. Kirk n’a pas encore fait grand chose de sa vie. Tête brûlée au comportement de rebelle en révolte perpétuelle contre l’autorité, il va pourtant croiser la route d’autres élèves qui vont devenir ses compagnons d’aventures spatiales.
Mais dans l’espace infini rôde toujours cette étrange menace qui semble bien avoir pris pour cible la planète Vulcain, la Terre et certains futurs officiers du plus célèbre Starship Enterprise de tous les temps...

J.J. Abrams, scénariste, réalisateur et producteur talentueux au parcours télévisuel sans tâche (« Felicity », « Alias », « Lost », « Fringe »), s’attaque au mythe de « Star Trek » pour sa seconde réalisation sur grand écran après la réussite « Mission Impossible 3 ».
Récit en forme de « prequel » à tout ce qui suivra, il adopte néanmoins le principe de la revisitation thématique de la totalité de la franchise (TV et cinéma) pour construire son Star Trek. Est-ce à dire que J.J. Abrams en profite pour tout chambouler de A à Z ? Non, absolument pas !
À l’occasion de la réalisation de ce onzième opus, il parvient même à nous offrir le grand film de « Star Trek » que nous attendions depuis des lustres. Un objet spatial et visuel en forme de divertissement SF, space opera ultime où les grands principes humanistes de la saga -et son humour sous-jacent- ne sont pas jetés dans un trou noir dont ils ne ressortiraient jamais. Une aventure ébouriffante au souffle épique incontestable qui brasse quelques uns des grands thèmes du genre (voyages dans le temps, planet opera, batailles spatiales, hautes technologies et débrouilles incroyables).
Pour accomplir ce petit tour de force, J.J. Abrams fait du neuf avec du vieux et utilise donc une histoire de paradoxes temporels pour initier un contenu inédit avec la substantifique moelle de la création de Gene Roddenberry.
L’intrigue de base est assez simple : un vaisseau gigantesque et effrayant (une architecture à la Gaudi pour un résultat en forme de cauchemar graphique à la Druillet) venu d’un très lointain futur débarque sans préavis et pile poil au moment où le petit James T. Kirk va naître sur le vaisseau spatial de son père. Pour sauver sa progéniture, seule une dernière manœuvre kamikaze laisse une chance au fils. Pas de hasard scénaristique dans cette intro choc, le suicide solitaire et héroïque du père signe l’entrée dans la vie et dans l’espace du fils. Elle symbolise donc parfaitement la passation de pouvoir d’un homme légendaire à celui dont la destinée est de le devenir tout autant.
Aucune trahison dans cette introduction, après presque un demi-siècle d’histoires diverses et variées, les Trekkies seront enchantés et forcément séduits. Le public lambda ne sera pas perdu par l’aventure non plus. Cette introduction tragique et tonitruante justifiant d’emblée et très logiquement toutes les péripéties qui suivront ensuite.
Effets spéciaux époustouflants, rebondissements à répétition, clin d’œil multiples aux canons de la saga, hommages répétés ainsi qu’une vraie et grande distribution des rôles, contribuent à créer cette forme de cinéma d’un genre a priori mineur (distraire via l’incroyable) qui tend au majeur par ses qualités universelles. Après tout, raconter une histoire étonnante dont le suspense vous scotche dans le blanc des yeux du narrateur est l’essence même d’un des premiers plaisirs de l’homme, et ce depuis la nuit des temps. En tout cas depuis qu’il est en état de communiquer avec ses congénères.

Aucun doute ne subsiste à la projection de cet opus. Les fans seront séduits par un résultat qui dépasse les espérances, et cerise sur l’Enterprise, les ignorants du sujet découvriront un excellent space opera qui ne nécessite pas non plus de connaître son monsieur Spock (et autres amis aux costumes bizarres) sur le bout des doigts.
Seule petite critique liée à ce « Star Trek », son classicisme formel qui nous renvoie à la SF cinématographique des années soixante, balayée en son temps par le chef d’œuvre de Kubrick (« 2001, L’Odyssée de l’Espace »).

Au-delà du respect pour la franchise « Star Trek » dont fait preuve J.J. Abrams dans chaque plan, il y a aussi cet amour des acteurs (présences heureuses de Zachary Quinto, Simon Pegg, Eric Bana, Karl Urban, et du toujours excellent Bruce Greenwood) qui solidifie l’ensemble. Une expression du professionnalisme typiquement hollywoodien, confié aux bonnes mains, qui distrait intelligemment le spectateur moyen en respectant totalement ses attentes. Donc, bravo !

De 7 à 77 ans et sans aucun restriction pour tous les amateurs d’espaces infinis où tout peut arriver.

PS : bonne nouvelle complémentaire, J.J. Abrams travaille déjà sur un douzième opus de la saga Star Trek.

PPS : film revu ce week-end en salle au tarif prohibitif habituel (10€ et des brouettes) dans une bonne VF avec enfants et tout et tout. Salle bondée et heureuse et confirmation des premières sensations. Deux heures de grand spectacle et pas une seconde d’ennui au finish.

FICHE TECHNIQUE

Titre original : Star Trek

Réalisation : J.J. Abrams
Scénario : Alex Kurtzman, Roberto Orci
D’après la saga créée par : Gene Roddenberry

Producteur : J.J. Abrams, Damon Lindelof
Coproducteur : David Witz
Producteur associé : David Baronoff
Producteur exécutif : Bryan Burk, Alex Kurtzman, Roberto Orci, Jeffrey Chernov

Photographie : Dan Mindel
Musique : Michael Giacchino
Montage : Mary Jo Markey, Maryann Brandon
Directeur artistique : Curt Beech, Dennis Bradford, Keith P. Cunningham, Luke Freeborn, Beat Frutiger, Gary Kosko
Décors : Scott Chambliss
Costumes : Michael Kaplan
Casting : April Webster, Alyssa Weisberg
Directeur de production : David Witz, Jeffrey Chernov, Stratton Leopold

Production : Paramount Pictures (USA)
Distribution : Paramount Pictures (USA), Paramount Pictures France (France)
Presse : Muriel Kintziger, Anne Sophie Nguyen Phung

LIENS) YOZONE

=> Critique DVD Yozone édition simple
=> Teaser (vost)
=> Spot (vost)
=> Film annonce (vost)
=> Film annonce (vf)

SITE INTERNET

Site officiel (en Français)
Site officiel (en Anglais)
Site des fans du film - Star Trek Fan Kit (en Français)


Stéphane Pons
6 mai 2009



JPEG - 13.5 ko



JPEG - 10.3 ko



JPEG - 7.1 ko



JPEG - 4.6 ko



JPEG - 6.9 ko



JPEG - 7 ko



JPEG - 8.9 ko



JPEG - 6.7 ko



JPEG - 7 ko



JPEG - 7.1 ko



JPEG - 9.2 ko



JPEG - 8.9 ko



JPEG - 5.7 ko



JPEG - 10 ko



WebAnalytics