YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Sleeper Cell Intégrale Saison 1
Coffret 4 DVD - Paramount Home Entertainment (France)
3 mars 2009

Darwyn Al-Sayeed, noir et musulman, sort de prison et prend contact avec un extrémiste islamiste. Recommandé par un co détenu, il est aussitôt adopté par ses futurs collègues en terrorisme. Ce que personne ne sait, c’est qu’en fait, Darwyn est le seul agent du FBI infiltré dans un réseau qui va passer à l’action.

Mini-série aux valeurs pédagogiques et à la volonté didactique, « Sleeper Cell » travaille son sujet au plus près pour faire dans le crédible. Mission accomplie dans une première saison de dix épisodes attachante où l’on regrette quand même un DVD de bonus ultralight.



LE SUJET


Musulman intègre et humaniste, Darwyn est aussi noir et un agent infiltré du FBI. C’est également et officiellement, un ancien taulard obligé de fréquenter des croyants peu recommandables qui ont opté pour une pratique radicale de leur religion.
Son parcours, souvent chaotique, propice à la paranoïa, est aussi une épreuve personnelle engendrant un comportement schyzophrénique. Rester du bon côté en fréquentant des êtres, parfois attachants, qui eux ont basculé dans la folie, n’est pas simple...
La mission de Darwyn est complexe, dangereuse et doit absolument être réussie pour sauver quelques milliers de vies. Y parviendra-t-il, that is the question ?

CE QUE L’ON EN A PENSÉ


Série post 11 septembre évidente, « Sleeper Cell » (litt. Cellule Dormante) narre dans les détails les plus fouillés, l’infiltration par le FBI d’un groupe terroriste préparant un attentat de grande envergure sur le sol américain.
Utiliser un agent noir qui sera la tête d’affiche de la série était déjà un risque télévisuel, même pour le marché américain. S’éloigner des clichés du genre pour présenter cet homme du Bureau Fédéral d’Investigation comme un musulman fervent, pratiquant un Islam tolérant et décomplexé, faisait monter d’un cran la difficulté.
Bravo aux scénaristes, grâce à des épisodes très écrits et structurés, ils orientent la thématique du show sur deux pistes passionnantes. L’intrigue basique, c’est-à-dire le suspense récurrent (va-t-il désamorcer la menace sans y perdre la peau ?) et la vie de l’agent infiltré, obligé de gérer sa pratique religieuse et sa vie personnelle au jour le jour à l’opposé de ses croyances et de ses convictions.
Loin, très loin des effets quasi SF de « 24 Heures Chrono », « Sleeper Cell » se démarque par une volonté permanente de faire vrai et réel.
Ben oui, in the real life, le FBI suit ses agents avec des GPS améliorés qui plantent (ou ne fonctionnent pas) quand le mec est au Mexique, n’a pas que des personnels au top quand il s’agit de gérer une filature, se prend la tête avec la police locale et pire, ne peut pas déplacer un satellite en appuyant sur un petit bouton. Pas de super Mac, écran 30’’ non plus, mais des bureaux anonymes avec de vieux PC qui servent tout autant à envoyer deux ou trois courriels persos que des rapports Top Secret. Et puis, pour les rencards anonymes, les Sex Shops, c’est très bien aussi.
On le comprend, « Sleeper Cell » ne fait pas dans l’esbrouffe mais s’évertue à prouver que tous les Musulmans ne sont pas de dangereux terroristes et que les agences de renseignements ont été obligées de mettre les mains dans le camboui pour tenter de règler les futurs problèmes.
Si la série fonctionne sur le mode de la lenteur et peut étonner en évitant par principe l’agitation permanente, « Sleeper Cell » séduit et passionne par l’intensité de ses aspects profondément humains.
On pourra toujours contester (ou discuter) la composition de la cellule terroriste (leur âge, leurs nationalités), il n’en reste pas moins que la sauce prend et se construit à travers de remarquables scénarios parfaitement interprétés par des acteurs totalement convaincants.
À priori détestables, les terroristes en deviennent même presque attachants sur la fin. Sans accès de caricature, leurs différents parcours sont abordés et, par exemple, l’évolution de l’ancien skinhead Français, devenu un extrémiste religieux fervent, est marquante. Personnage un peu bas du casque au départ, on le voit parfois douter, s’interroger et devenir réellement intéressant au fil des épisodes.
La mini-série, qui dispose dès cette première saison d’une vraie conclusion, n’en est que plus addictive au finish.

LES DVD


Côté langues et sous-titres, rien à dire ; on privilégiera évidemment la VO dans un 5.1 efficace, quoique rarement exploité, fautes d’effets sonores saisissants. L’image est aussi parfaite dans son transfert, même si la volonté de la réalisation est de donner à voir des images de la vie de tous les jours, sans éclairages futuristes.
Par contre, on est franchement critique sur le contenu du DVD de bonus (certes, accompagné du dernier épisode de la série), dont seul un petit making of d’une quinzaine de minutes fait fiigure de miettes pour le téléspectateur qui souhaitait en savoir plus.
On espérait autre chose et le sujet serait sorti renforcé d’une exploitation plus sérieuse des principes de la série, de son fonctionnement ainsi que des options scénaristiques choisies. Plutôt décevant, quoi.

CONCLUSION


Série surprenante et à l’ancienne (finalement), cette édition de la première saison de « Sleeper Cell » est une bonne surprise qui ne peut que retenir l’attention. On espère que la seconde saison est du même niveau. Si c’est bien le cas, on est candidat à la suite sans une once de soupçon mal placés.
Dommage cependant que cette édition Zone 2 perde quelques bonus et les commentaires de certains épisodes par rapport à l’édition Zone 1 (ce que les premières infos diffusées sur le Net ne laissaient pas deviner, par ailleurs).
Conclusion ? Lisez la Yozone, vous tomberez au moins sur des critiques qui regardent les DVD avant de vous en parler !

JPEG - 18.4 ko

SLEEPER CELL


COFFRET 4 DVD - INTÉGRALE SAISON 1

Titre : Sleeper Cell
Production : Showtime Network Inc. (USA, 2005)
Saison : 1
Nombre de saisons tournées : 2 (10 & 8 épisodes, série arrêtée).
Interdit au moins de 12 ans
Distribution : Michael Ealy (Darwyn Al-Sayed), Oded Fehr (Faris Al-Farik), Henri Lubatti (Llija Korjenic), Melissa Sagemiller (Gayle Bishop), Alex Nesic (Christian Aumount), Blake Shields (Thomas Allan Emerson), James Legros (Agent Spécial Ray Fuller), etc.
Bande originale : RythmBank Records

Coffret : 4 DVD : 4 pochettes simple au format slim
Références : EDV 14 - EN 112925
Parution : 3 mars 2009
Presse Internet : Way to Blue (Londres, Paris)
Presse France : FHCom (Paris)
Site Internet : la série (site officiel), page Facebook officielle
Distribution : Paramount Home Entertainment

Pal, Zone 2, Couleurs, 3 DVD9, 1 DVD5
Épisodes : 10 (4 DVD) & Bonus : 1 DVD
- DVD 1 : La Maison des Martyrs - La Cible - Le Nerf de la Guerre
- DVD 2 : Le Prophète - L’Entraînement - La Famille
- DVD 3 : Le Jeune Afghan - L’Agent Serxner - Le Jour d’Avant
- DVD 4 : Youmud Din - bonus « Connais ton Ennemi ».

BONUS
- Connais ton Ennemi (15mn 18s, VO, 4/3, avec ou sans ST) : Petit making-of centré sur le rôle et les conseils du FBI et quelques interviews des acteurs et de la production. Trop léger, la série méritait plus.

Durée totale : 560 minutes approx.
Format image : 1.78:1 (16/9 compatible écrans 4/3)
Langues : Anglais (VO) en DD 5.1, Allemand, Français et Italien en
Sous-titres : Allemand, Anglais, Danois, Finois, Français, Italien, Néerlandais, Norvégien, Suédois, option sans.
Chapitres : 5 par épisode (sans menu dédié)

Prix public conseillé : 29,99€

JPEG - 26.1 ko

© 2009 Showtime Networks Inc. Tous droits réservés.


Stéphane Pons
17 mars 2009






JPEG - 16.7 ko
Sleeper Cell, une mini-série en 10 épisodes plutôt attachante et réussie (© 2009 Showtime Networks Inc.).



JPEG - 9.5 ko



JPEG - 10.9 ko



JPEG - 10.5 ko



JPEG - 14.2 ko



WebAnalytics