YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Compagnons de Baal (Les)
coffret 2 DVD (Koba Films Vidéos)
Sortie DVD, septembre 2004


Genre : Thriller Fantastique (série TV, 1968)
Durée : 7 épisodes de 33 mn environ

Avec Jean Martin (Hubert de Mauvouloir), René Dary (le commissaire Lefranc), Jacques Champreux (Claude Leroy), Claire Nadeau (Françoise Cordier), Gérard Zimmerman (Pierrot), René Lefèvre (Pépère), Raymond Bussières (Diogène), Jean Herbert/Popeck (Joseph), Germaine Ledoyen (Mme Robin), etc,.

« Le premier des rois est Baal, le démon tricéphale qui règne dans la partie orientale de l’enfer. A combien de légions commande-t-il ? Il commande à 66 légions ! »

C’est par cette phrase, ô combien significative que Les Compagnons de Baal se reconnaissent. De cette organisation mystérieuse, nous apprendrons très vite que son objectif est de dominer le monde en usant et en abusant de tous les expédients possibles (assassinats, vols, enlèvements, chantages, etc,.). Seuls le journaliste Claude Leroy (Jacques Champreux - également scénariste, il s’était réservé le rôle du héros) et la secrétaire Françoise Cordier (Claire Nadeau) vont s’opposer aux plans machiavéliques du Grand Maître des Compagnons, Hubert de Mauvoloir (Jean Martin). C’est qu’en plus du pouvoir absolu les Compagnbons de Baal préparent l’arrivée du Diable sur Terre et vénèrent Baal, un des principaux démons de l’enfer !

Après le succès de “Belphégor” (1965), la télé française lançait en 1968 la diffusion de cette série fantastique. Cependant, face à la noirceur de l’intrigue, la série “Les Compagnons de Baal” ne fut diffusée qu’en seconde partie de soirée et avec un carré blanc à la clef (inscription déconseillant fortement la projection aux jeunes à l’époque). Si l’on précise qu’elle inspira également des dessins satyriques au Canard Enchaîné et qu’elle ne fut rediffusée qu’à partir de 1980, on mesure mieux l’impact qu’elle eut en son temps et à quel point les moeurs télévisuelles ont évolué depuis.

Si aujourd’hui, le jeu de certains acteurs paraît par intermittence outré, si les cadrages et la qualité du noir et blanc sentent beaucoup “Les 5 dernières minutes” (première période) et une sorte de théâtre filmé, il faut reconnaître que l’on accroche fortement à l’intrigue et à l’esthétique angoissante et forcée mise en place par Pierre Prévert (le frère du poète Jacques Prévert). La musique de Henri Sauguet est également très impressionante et distille une mélodie des plus entêtantes.

Jacques Champreux, scénariste et acteur, fut-il inspiré par son héritage familial -petit-fils de Louis Feuillade , le réalisateur des premiers « Fantomas » (1913-14), « Judex » (1917) et formateur de René Clair et Louis Feyder), par sa passion avérée pour les sociétés occultes et les romans populaires ou plus probablement par les deux, il n’en livre pas moins une histoire profondément originale et fantastique. De ce fantastique plausible et réel, souvent bien plus terrifiant que les barriques de sang déversées par le cinéma actuel, on retiendra aussi la volonté d’impliquer toutes les couches sociales françaises dans l’intrigue -Les Compagnons de Baal sont aussi bien garagistes qu’élus de la Nation. Les performances de certains acteurs comme Raymond Buissières (extra en journaliste mélancolique et passablement alcoolisé) ou une des premières apparitions de Jean Herbert avant qu’il ne devienne l’humoriste Popeck, s’avèrent de tout premier plan. Bref, l’intrigue se veut aussi exploratrice des moeurs et des usages d’une époque afin d’être plus crédible. On passe ainsi de la ville à la campagne (de la capitale à la France profonde), du Paris de tous les jours aux cavernes inexplorées de son sous-sol (jour et nuit), des ateliers au cimetierre (vie et mort) et cette dualité volontaire est plus que logique et bien pensée.

On notera aussi le renforcement de l’image réaliste de la série par l’intrusion de scènes typiques et désopilantes (un garde chasse qui demande au Maire du village si l’on touche une prime quand on trouve un fou, un Gendarme s’entraînant à la pêche au lancer devant sa caserne, etc,.).

Au finish, une série française finalement assez méconue car peu rediffusée, qui regorge d’idées intéressantes et mérite une bonne dose d’attention. Il fut un temps où les idées des uns et le talent des autres faisaient fie des genres ou des goûts de la ménagère de plus de 50 ans pour explorer tous les imaginaires télévisuelles possibles... O tempora, O mores comme disait l’autre !

Stéphane Pons

FICHE TECHNIQUE
Titre original : Les Compagnons de Baal
Réalisation : Pierre Prévert
Scénario original et dialogues : Jacques Champreux
Adaptation : Jacques Champreux et Pierre Prévert
Photo : Jean Graglia
Son : Michel Lemoine et Michel Tournet
Décors : Jean Allan et Jean-Louis Crozet
Costumes : Francine Zaborska
Montage : Françoise Fitoussi et Armand Leibovitch
Musique : Henri Sauguet
Production : ORTF

Première Diffusion : Août-septemre 1968 (1ère chaîne)
1. Le secret de Diogène : diff. le 29 juillet 1968
2. Les mystères de l’île Saint-Louis : diff. le 5 août 196
3. Le spectre rouge : diff. le 12 août 1968
4. L’inquiétant professeur Lomer : diff. 19 août 1968
5. La nuit du huit de Trèfle : diff. 26 août 1968
6. L’héritage de Nostradamus : diff. 2 septembre 1968
7. L’éveil de Liliane : diff. 9 septembre 1968

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES EDITION DVD
Format image-vidéo : plein écran, 4/3 (Pal, zone 2), format d’origine 1.33. Menus en français. 2 DVD9 (simple face, double couche), durée totale : 6h36.
Format son : français en 2.0.
Sous-titres : néant.
Collection : Mémoire de la Télévision - Année 1968
Soutien : CNC et archives de l’INA.
Distribution : Warner Home Vidéo France
Edition : Koba Films Vidéo (EDV 354)
Presse : Nathalie Chambon (7 à voir)

DVD 1
Menu d’introduction sur la collection « Mémoire de la Télévision » par Pierre Tchernia, (1’03). Lecture automatique d’extraits de la série (1’15). Lecture en continue des 3 épisodes (1, 2 et 3) via l’option « film ». Accès directs aux 3 premiers épisodes via l’option « chapitre ».
DVD 2
Lecture automatique d’un extraits de la série (45").Lecture en continue des 4 épisodes (4, 5, 6 et 7) via l’option « film ». Accès directs aux épisodes via l’option « chapitre ».

BONUS
DVD 1 : Filmographies de Pierre Prévert (Réal.), Jacques Champreux (Scén. Acteur), Claude Nadeau (Actrice), Jean Herbert/Popeck (acteur), Jean Martin (Acteur) et Gérard Zimmerman (acteur).
DVD 2 : Néant.

APPRECIATION GENERALE
Un grain typique des séries télévisuelles françaises des sixties, pas désagréable. Quelques légers tressautements d’images et surexpositions -volontaires ?- sur certaines scènes. Un son très correct avec quelques légères saturations dans les dialogues et un peu de souffle -déjà présent sur la bande d’origine, sans doute. Pas de défauts majeurs en terme de transfert compte tenu de la qualité globale des images d’époque. Une réédition très agréable qui réjouira les passionnés ou archivistes des séries TV et/ou Fantastiques. Une excellente occasion pour découvrir le travail de Pierre Prévert ainsi que celui des pionniers de la télé française.


Stéphane Pons
6 décembre 2004






JPEG - 22.6 ko



JPEG - 7.7 ko
Attention ! photos couleurs mais série en N & B !



JPEG - 8.2 ko



WebAnalytics