YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Taïga Rouge (T1)
Perriot et Malherbe
Dupuis

Transbaïkalie, hiver 1920. Ferdynand Ossendowski a dû fuir Saint-Petersbourg, laissant derrière lui le souvenir de la belle Natacha… Son parcours sera truffé d’embuches et d’ennemis, mais il va aussi rencontrer l’amitié dans le guerrier Djam Gordou. Sa science des armes et sa connaissance des âmes seront pour Ferdynand le garant de sa survie. Car, entre les gardes rouges et les cosaques blancs, il ne fait pas bon voyager dans ces contrées déchirées par la révolution…



Nous voici plongé dans la Russie bolchevique. L’après Révolution d’octobre est marqué par la poursuite des Russes Blancs, les derniers fidèles du tsar Nicolas II et de tout ce qui n’est pas assez « rouge ». C’est dans ce contexte politique passablement perturbé que Ferdynand fuit vers la Mongolie et cherche à atteindre l’océan ou le Tibet. Mais le monde qui l’environne est hostile et, pour y survivre, il doit apprendre à se battre. Sa rencontre avec le guerrier Djam est alors une forme de bénédiction pour lui. Pourtant, leur chevauchée ne sera pas de tout repos. En fuyant une troupe de bolchevique, il rencontre Touchegoun Lama, un mystique tibétain voyant en lui un personnage clé pour le peuple mongol. Et Ferdynand aura beau vouloir fuir cette destinée, elle le rattrapera inévitablement, le faisant entrer dans les rangs des combattants du baron Ungern von Sternberg, un noble mystérieux.

JPEG - 26.6 ko

Taïga Rouge” nous plonge donc dans les steppes mongoles, sur les pas de Ferdynand ce médecin qui n’était pas assez communiste pour les commissaires politiques. Nous suivons sa course effrénée, qu’il conte à la mystérieuse Natacha, la femme qui semble avoir aimée mais dont nous ne savons pas grand-chose de plus. Ce discours nous laisse d’ailleurs quelques doutes sur la santé mentale de Ferdynand. Mais la compagnie de Djam le remet dans le droit chemin et l’oblige à prendre part à l’histoire de la Mongolie.

Le scénario de Malherbe est assez surprenant mais nous garde accroché aux pas de Ferdynand. On retrouve le goût des grandes sagas russes, où les grands espaces sont un élément majeur de l’aventure, et les steppes de Mongolie sont un lieu idéal, digne de l’épopée de “Michel Strogoff”. Les dessins de Perriot nous immergent parfaitement dans cet univers, entre la simplicité du graphisme et l’efficacité du trait.

Un nouveau titre digne du vingtième anniversaire de la collection Air Libre qui a remporté le Prix Jeune Talent 2009 organisé conjointement par Virgin Megastore, dBD et le Figaro Magazine.


Taïga Rouge (T1)
- Scénario  : Arnaud Malherbe
- Dessin : Vincent Perriot
- Couleurs :Ruby
- Éditeur : Dupuis
- Dépôt légal : 18 juin 2008
- Format : 210x290 mm
- Pagination : 80 pages couleurs
- Prix public : 15 €
- Numéro ISBN : 2-8001-4186-2


© Editions Dupuis - Tous droits réservés


Frédéric Leray
11 février 2009






JPEG - 20.4 ko



JPEG - 23.3 ko



JPEG - 23.9 ko



JPEG - 25.5 ko



WebAnalytics