YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Hellboy 2, Les légions d’or maudites
Fantastique germano-américain de Guillermo Del Toro (2008)
29 octobre 2008

*****



Genre : Fantastique, adaptation de comics
Durée : 1h59

Avec Ron Perlman (Hellboy), Selma Blair (Liz Sherman), Doug Jones (Abe Sapien /LeChamberlain/L’ange de la Mort), James Dodd (Johann Krauss), Jeffrey Tambor (Tom Manning), John Alexander (Johann Krauss), Luke Goss (Prince Nuada), Anna Walton (Princess Nuala), Seth MacFarlane (la voix de Johann Krauss), John Hurt (Professeur Trevor ’Broom’ Bruttenholm), Brian Steele (Mr. Wink / Cronie Troll / Cathedral Head / Fragglewump), Andrew Hefler (Agent Flint), Iván Kamarás (Agent Steel), Mike Kelly (Agent Marble), …..

Il est dit qu’à l’aube des temps, humains et créatures fantastiques vivaient ensemble en harmonie. Mais l’homme, frustré de ne posséder aucun pouvoir, décida de le conquérir par la force du nombre. Le sang d’une multitude d’elfes, d’ogres et de gobelins fut répandu durant la guerre contre l’homme et Balor, le Roi des Elfes, désespérait en contemplant à perte de vue les collines ensanglantées de ses terres. Mais un jour, Black Smith, le maître des gobelins, proposa au Roi de lui fabriquer une armée mécanique composée de soldats en or invulnérables. Une couronne magique fut également forgée pour que seul le roi des elfes puisse la commander. La puissance des légions d’or n’avait pas d’égal. Mais dans son infinie sagesse, le roi des Elfes, effrayé par l’implacabilité de ses soldats sans âme, décida de conclure une trêve. La couronne fut alors scindée en trois parties. Une pour les humains et deux autres pour lui-même . En échange, les hommes s’engagèrent à vivre dans les villes et les créatures magiques dans les forêts. Quant aux légions d’or, elles furent placées en sommeil dans un lieu secret enfoui sous la terre. Mais après des siècles de soumission, le fils rebelle du Roi, le prince Nuada, s’est mis en tête de réveiller les armées mortifères et de libérer les créatures fantastiques du joug de l’homme. Hellboy, et les mutants du Bureau de Défense et Recherches Paranormales vont devoir tout tenter pour contrecarrer ses funestes desseins.

C’est vrai qu’à lire comme ça, l’introduction de ce second volet d’Hellboy au cinéma renvoi immanquablement au « Seigneur des anneaux ». Alors sachant que Guillermo Del Toro s’apprête à tourner « Bilbo le Hobbit », on pourrait se dire que ces légions d’or maudites sont en quelque sorte un galop d’essai pour le prochain grand film du cinéaste mexicain. Rassurez-vous, il n’en est rien. Si personnellement j’avais été un peu déçu par le premier « Hellboy » (principalement en raison du trop long combat du Diable Rouge contre le monstre numérique un peu chip, surtout pour un cinéaste de trempe de Del Toro), le réalisateur de « Blade II » faisait part de la même frustration lors de la présentation de son nouvel opus à l’occasion de l’avant-première organisée à Paris à l’UGC Cité les Halles. Mieux qu’une simple correction de tir, il expliquait avoir passé 4 ans à peaufiner le script avec Mike Mignola (le créateur de Hellboy) et être parvenu à fondre leurs univers respectifs en un métrage épique de près de 2 heures. Un constat partagé par les membres de la rédaction de la yozone, et en particulier Fredéric Leray, notre nouveau responsable BD, qui en a profité pour rédiger la critique du film.

Bruno Paul


Voici donc la seconde adaptation de l’oeuvre de Mike Mignola, « Hellboy », par l’incontournable Guillermo del Toro. Et ce duo a encore réussi à nous surprendre.

Ne nous posons pas de questions philosophiques sur la fidélité du film au comics, la présence de Mignola pour la rédaction du script est la seule preuve nécessaire pour nous rassurer. Savourons plutôt et applaudissons l’esprit si imaginatif d’un artiste comme del Toro.
Tout d’abord, nous sommes scotchés par la beauté de ses créatures : la sublime irréalité de l’Ange de la Mort, même s’il n’apparait qu’assez brièvement, marquera indéfiniment les esprits par son charisme, puis il y a les petits fées aux dents si bien aiguisées, à la voracité terrifiante.
Ensuite, « Hellboy 2 » est truffé de scènes d’anthologie : jamais vous n’oublierez le duo des crooneurs de service, Abe et Hellboy ou la scène d’interrogation d’une fée dentée, hilarante.
Coté baston, vous ne resterez pas en reste ! L’affrontement final avec l’armée d’or et le prince Nuada oscille entre combat de mecha et ballet d’art martial.

Mais Hellboy, c’est aussi une forme de romantisme, moins présente dans le premier opus. Le duel face à l’élémentaire de la forêt s’achève sur une atmosphère d’une incroyable poésie et ce contraste avec le combat la précédant lui donne une force stupéfiante.

Entre baston et romantisme, humour et drame, del Toro nous inonde de son incomparable talent, offrant 2h d’une merveilleuse féerie.

Fredéric Leray


FICHE TECHNIQUE

Titre original : Hellboy II : The Golden Army

Réalisation : Guillermo Del Toro
Scénario : Guillermo Del Toro et Mike Mignola d’après la bande dessinée de Mike Mignola

Producteurs : Lawrence Gordon, Lloyd Levin, Mike Richardson, Joe Roth
Coproducteurs : Mike Mignola, John Swallow
Producteur exécutif : Chris Symes

Musique originale : Danny Elfman
Image : Guillermo Navarro
Montage : Bernat Vilaplana
Distribution des rôles : Zsolt Csutak, Jeremy Zimmerman
Création des décors : Stephen Scott
Direction artistique : Anthony Caron-Delion, Peter Francis, John Frankish, Paul Laugier, Mark Swain, Judit Varga
Décorateur de plateau : Elli Griff, Zsuzsa Mihalek
Création des costumes : Sammy Sheldon
Maquillage : Mike Elizalde
Son : Christopher Barnett, Martin Cantwell, Scott Martin Gershin, Martín Hernández, Peter Zinda
Cascades : Bradley James Allan

Production : Dark Horse Entertainment, Internationale Filmproduktion Eagle, Lawrence Gordon Productions, Mid Atlantic Films, Relativity Media (in association with), Universal Pictures
Distribution : Universal Pictures International France

Relation presse : Sylvie Forrestier

LIEN(s) YOZONE

=> Le dossier du film

INTERNET

Le site officiel : http://www.hellboy-2.fr/



Bruno Paul
Frédéric Leray
28 octobre 2008






JPEG - 26.7 ko



JPEG - 10.6 ko



JPEG - 8.6 ko



JPEG - 19.8 ko



JPEG - 10.3 ko



JPEG - 11.2 ko



JPEG - 11.9 ko



JPEG - 10.9 ko



JPEG - 11.9 ko



JPEG - 8 ko



JPEG - 11.4 ko



JPEG - 13.3 ko



JPEG - 12 ko



WebAnalytics