Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




À la Pointe de l’Épée
Ellen Kushner
Calmann-Levy, roman, traduction (américain), Heroic-Fantasy, 296 pages, octobre 2008, 20€

« À la Pointe de l’Épée » nous brosse l’histoire de Richard St Vière et de son compagnon Alec.
Richard, le meilleur tueur à gages de la ville loue son épée aux nobles de la colline avec une redoutable efficacité.
Il ne nourrit de passion pour quiconque à part peut-être Alec, l’érudit débarqué de nulle part.
Pris dans le jeu de pouvoir des nobles de la colline, il va devoir choisir entre son honneur de bretteur et son attachement pour son compagnon. Entre les deux son cœur balance, mais y a-t-il vraiment un cœur qui bat dans la poitrine de cet homme-là ?

Des scènes de duels succèdent aux scènes de cour, parsemées çà et là de quelques rares moments d’émotion.




Voici un livre qui a failli me tomber des mains à plusieurs reprises. Je n’arrivais à m’intéresser ni aux personnages, ni à l’intrigue. Et encore quand je parle d’intrigue, je suis généreux...
En effet Saint-Vière passe son temps à trucider n’importe qui juste pour un sourcil levé, un regard trop appuyé ou pour défendre Alec qui passe son temps à provoquer les autres en parfait érudit décadent candidat au suicide.
En parallèle nous suivons les tribulations de Lord Michael Godwin, noble désœuvré, qui folâtre à droite et à gauche, tel un petit marquis qui se fait mener en bateau par les grands de ce monde. On le suit dans diverses péripéties pour l’abandonner aux deux tiers du roman, exilé dans les domaines familiaux..

Bref, rien ne va plus, nous errons de chapitre en chapitre, de scènes en scènes lorsque justement arrive une pièce de théâtre, et là tout prend son sens (enfin pour moi en tout cas, c’est mon avis et je le partage).
Kushner écrit son roman comme une pièce de théâtre filmée. Et ce qui gêne au début commence à prendre un peu plus de sens. Les décors passent au second plan et ne sont que des prétextes, les raccourcis nous étouffent moins. Tout est polarisé sur la confrontation entre plusieurs caractères opposés qui se heurtent et s’entrechoquent dans l’espoir de se complaire ou de se détruire.
Sexe, pouvoir, argent, petites et grandes trahisons, nous voici de retour dans le monde des humains. Tout ce qui paraissait amplifié et surjoué reprend de la mesure et de la scansion au rythme des épées.

Il n’en demeure pas moins un goût d’inachevé pour ce qui semble plus un travail de romancière adepte d’un atelier d’écriture qu’un roman accompli. On peut néanmoins se surprendre à attendre le dénouement qu’on devine surtout dans la résolution de la relation des deux amis et amants Richard et Alec.
Arriveront-ils un jour à trouver un équilibre ?
Seront-ils capables d’exprimer leurs sentiments au milieu du jeu d’acteur et de dupe que la société et la vie leur imposent ?

Lisez ce livre si vous en avez envie, vous y trouverez la réponse.

PS : Il s’agit précisément du premier ouvrage publié d’Ellen Kushner en 1987. Il sera suivi de « The Fall of the Kings », puis de « The Privilege of the Sword ».

Titre : À la Pointe de l’Épée (Swordpoint, 1987)
Auteur : Ellen Kushner
Traduction : Patrick Marcel
Couverture : Alain Brion
Éditeur : Calmann Levy
Collection : Heroic-Fantasy
Pages : 286
Format (en cm) : 15,4 x24 (poche, broché)
Dépôt légal : octobre 2008
Code Hachette 5181425
ISBN : 978 2 702139523
Prix : 20€


Hilaire Alrune
27 septembre 2008


JPEG - 73.8 ko



Chargement...
WebAnalytics