Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Surveillance
Film américain de Jennifer Chambers Lynch (2008)
30 juillet 2008

****



Genre : Thriller
Durée : 1h38

Film interdit aux moins de 12 ans présenté “Hors Compétition” lors du Festival de Cannes 2008.

=> Le fillm annonce en vost

Avec Julia Ormond (Elizabeth Anderson), Bill Pullman (Sam Hallaway), Pell James (Bobbi Prescott), Ryan Simpkins (Stephanie), French Stewart (Jim Conrad), Kent Harper (Jack Bennet), Cheri Oteri (Maman), Michael Ironside (Le capitaine Billings), Caroline Aaron (Janet), Hugh Dillon (Steven), etc.

Sam Hallaway (Bill Pullman) et Elizabeth Anderson (Julia Ormond) sont deux agents du FBI. Ils enquêtent sur une série de meurtres ultra-violents qui viennent d’avoir lieu dans une bourgade perdue des Etats-Unis. Ils interrogent trois témoins : un policier, une droguée et une fillette de 8 ans. Ces trois personnes sont les seuls survivants d’une tuerie orchestrée par deux tueurs sans scrupules. Mais les versions de l’histoire diffèrent selon les témoins…

Les relations entre les personnages sont construites par binômes ; les agents du FBI, dont le passé semble renfermer un secret douloureux, Bobbi et son ami, enivrés par des drogues et qui subissent la situation comme dans un brouillard, la famille (la mère et le beau-père, le fils et la fillette), les deux policiers (qui n’hésitent pas à abuser de leur autorité pour traumatiser les voyageurs), les tueurs, les policiers plus amateurs que flics, le capitaine et la secrétaire.

Second film de Jennifer Chambers Lynch, la fille de David, « Surveillance » est un thriller étonnant. Interdit aux moins de 12 ans pour sa violence et ses scènes de torture psychologique, le film ne laisse pas indifférent. Filmées aux plus près, ces séquences sont parfois insoutenables tant les bourreaux font preuve de cruauté. Dans « Surveillance », les limites sont dépassées et les tortionnaires d’hier peuvent facilement devenir les victimes d’aujourd’hui.
La perception du bien et du mal, assez nette au début du film, devient floue au fil de la narration. A la fin, on ne sait plus qui est bon et qui est mauvais, tant aucun des personnages n’est en mesure de relever les autres. Ils sont menteurs, sombres, calculateurs, psychopathes, ...

Si le bien et le mal se brouillent, la vérité est malmenée. L’histoire est construite comme un puzzle. Les récits des uns s’emboîtent avec ceux des autres, bien qu’ils ne correspondent pas à la réalité. Le spectateur découvre l’histoire dans son ensemble à deux niveaux : ce qui s’est réellement passé et ce que les protagonistes racontent.
Par exemple, la jeune Bobbi (Pell James) raconte qu’elle a eu un entretien pour un job alors qu’en fait, elle rencontrait un dealer. Seul le spectateur voit ce qui est la vérité. Mais ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il est emporté dans un vaste tissu de mensonges et de contre-vérités.
D’ailleurs, les témoins sont interrogés et filmés par l’agent Hallaway (Bill Pullman). Le spectateur voit une version de l’histoire au travers le filtre qu’est l’écran vidéo. La cinéaste joue avec les niveaux de réalité et la mise en abyme.
Toutefois, elle garde une constance et ne s’aventure pas, comme son père, dans les méandres de la narration éclatée et discontinue. La clarté qui s’en dégage démontre une grande maîtrise tant du scénario que du montage, comme le firent avant elle Christopher Nolan dans « Memento » ou Paul Haggis dans « Collision ».

Côté réalisation et mise en scène, on retient l’originalité des points de vue et des choix des plans, une image saturée de lumière, une sublimation des personnages, la multiplication des gros plans qui entraînent le spectateur au cœur de l’action et une musique enivrante.
Julia Ormond et Bill Pullman méritent une mention spéciale grâce à la subtilité du jeu de l’acteur et à la sensualité de l’actrice. Les autres acteurs sont eux aussi remarquables.

La fin est surprenante, inattendue et parfaitement amorale.

Portrait d’une Amérique tordue où violence et abus de pouvoir règnent en maître, « Surveillance » est un thriller habilement mené qui ne laissera personne indifférent.

Âmes sensibles s’abstenir.

FICHE TECHNIQUE

Titre original : Surveillance

Réalisation : Jennifer Chambers Lynch
Scénario : Jennifer Chambers Lynch, Kent Harper

Producteur : Marco Mehlitz, Kent Harper
Producteur exécutif : David Lynch, Gary Hamilton, Jeff Geoffray, Walter Josten

Photographie : Peter Wunstorf
Musique originale : Todd Bryanton
Monteur : Daryl K. Davis
Décors : Sara McCudden
Costumes : Cathy McComb, Sonja Clifton-Remple
Son : Michael Playfair
Casting : Lina Todd

Production : Lago Film (Belgique), Arclight Films (USA), Blue Rider Pictures (USA)
Distribution : Wild Bunch Distribution (France)
Presse : Jérôme Jouneaux, Matthieu Rey, Isabelle Duvoisin (France, Paris)

YO-LIENS

=> Le fillm annonce en vost

INTERNET

Le site officiel : http://www.surveillance-lefilm.com



Céline Bouillaud
26 juillet 2008






JPEG - 23.5 ko



JPEG - 10.7 ko



JPEG - 15.8 ko



JPEG - 7.6 ko



JPEG - 11.3 ko



JPEG - 9.8 ko



JPEG - 8.2 ko



JPEG - 9.3 ko



WebAnalytics