YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Dying God
Édition Simple DVD (Néo Publishing)
1er juillet 2008


Une série de meurtres tous plus horribles les uns que les autres troublent les nuits glauques du milieu interlope d’une cité d’Amérique du Sud (Buenos Aires).
Des prostitués sont retrouvées violées, sauvagement assassinées, l’utérus perforé, les entrailles à l’air sans que rien n’explique vraiment cet étrange épidémie de meurtres horribles.
Fallon (James Horan), inspecteur au passé sérieusement encombré et au présent de flic ripou qui assume ses défauts, est chargé de l’enquête. Il va décider de lancer un appel à l’aide auprès des souteneurs de la ville afin de traquer le tueur et s’appuyer sur Chance (Lance Henriksen), le caïd des caïds.
Mais alors qu’ils cherchaient un ou plusieurs serial killers, ils vont se trouver confronter à un monstre de légende venu du fond des âges : le « Kurupi ».

Petit budget (500 000 dollars), tournage à l’arrache (22 jours, pas le temps de plaisanter en route), localisation à Buenos Aires (budget toujours) et casting pas si réduit que ça (Lance Henriksen, James Horan, Enrique Liporace, Agathe de La Boulaye, etc), tournage en HD, effets spéciaux à l’ancienne, le Monster Movie, genre dans lequel s’inscrit totalement ce « Dying God », nécessite deux ingrédients vitaux à son accomplissement : la passion et une histoire qui se tient.
Super !
Évidemment, il ne s’agit pas d’un chef d’œuvre non exempts de défauts, mais ce n’était pas le but du jeu. Malgré la somme des contraintes qu’il véhicule derrière lui, ce film ne manque pourtant ni de passion, ni d’une histoire.
Comme quoi, avec de l’envie, de la volonté, des copains et quelques liens tissés au fil du temps, on peut se lancer dans l’aventure et réaliser ce que le système Français (CNC, aides and so on) ou Hollywoodien (gros budget et/ou omniprésence des producteurs) ne permet plus. Faire son film, adapter son truc, se confronter avec un imaginaire choisi de A à Z et pousser son bouchon jusqu’au terme de l’aventure que l’on a mise sur les rails.

Fabrice Lambot a bien pris soin de laisser au temps du temps et à ses scénaristes (argentins puis français) de lui pondre un sujet fantastique crédible. S’appuyant sur une ancienne légende Amazonienne, il inscrit ici son film dans un contexte moderne et contemporain (la ville, ses bas-fonds, son milieu, etc). Et si le réalisateur avoue par ailleurs une passion véritable pour le Giallo avec plusieurs scènes qui y font référence, c’est étrangement du côté des Monster Movies de la période Universal que l’on pense. Passé le côté franchement horrible, à la limite du gore (et donc volontairement ridicule) de quelques scènes, la narration logique et la réalisation finalement sans fioritures, nous semble plus tenir d’un certain classicisme que d’une volonté d’outrance.
On sent incontestablement qu’en bons fanatiques du genre et de l’objet à connotation, Fabrice Lambot, tout comme son producteur Jean-Pierre Putters ont par tous les moyens tentés de créer des personnages « vrais ».
On trouvera donc tout un petit paquet de scènes à l’ancienne (avec un livreur de pizzas, un fourgueur de flingues, etc) sans liens directs avec le scénario, mais rendant l’objet cinématographique plus pensé qu’on ne pourrait le croire.
En cela, l’apport de Lance Henriksen est certainement majeur, ceux d’Agathe de la Boulaye et de James Horan très sympa, mais c’est aussi de tous les seconds rôles dont on devrait parleret tout particulièrement un ou deux rôles féminins extras.

Film de genre, Monster Movie pas totalement loufoque, « Dying God » est avant tout et surtout une belle aventure qu’un site comme la Yozone ne pouvait que saluer et encourager avec grand plaisir.

DYING GOD : DIX DVD À GAGNER SUR LA YOZONE !
(dont deux dédicacés par le réalisateur et le producteur)

FICHE TECHNIQUE

Pays : France, Argentine, 2007
Langues : Anglais + piste de commentaires en Français (Fabrice Lambot, Jean-Pierre Putters & Jean Depelley)
Sous-titres : Français
Chapitres : 12
Format son : Dolby Digital 2.0 et audiocom Dolby Digital 2.0 pour « Kurupi » (cf. bonus)
Format image : 16/9 compatible 1.77
Durée : 1h 25mn
Production : Metaluna Productions en association avec Buenos Aires Rojo Shocking
Edition : Néo Publishing
Distribution : Zylo
Référence DVD : EDV 1436
Prix de vente conseillé : 14, 90€

BONUS

Commentaire audio : le réalisateur Fabrice Lambot, le producteur Jean-Pierre Putters et le co-scénariste Jean Depelley. Exercice toujours plus intéressant sur des petites productions que sur les grosses machines où les discours sont souvent très convenus.
Deux scènes coupées (34s et 17s) : la première, un peu gore sur l’assassinat de la première prostitué n’avait pas sa place, la seconde, sur le passé du flic aurait pu s’insérer dans le scénario sans en rompre la narration.
Making of (passages en VF et en VOST, format 4/3, 37 min) : extraits du tournage, auto interviews des acteurs, séquences déconnes, séances de maquillages, etc. Pas de commentaires particuliers mais une bonne idée, rendue brut de décoffrage, du tournage.
« Kurupi » (13mn 45s) : Interview de Fabrice Lambot (réalisateur), Jean-Pierre Putters (producteur) et Jean Depelley (coscénariste) : le passé des uns et des autres, la genèse du projet, le scénario, etc. Intéressant et sincère.
Film Annonce (16/9, VOST, 2mn 12) : la BA du film qui ne ment pas sur la marchandise bien qu’accentuant le côté un peu sexe et thriller de ce « Dying God ».
Diaporama (4mn 55 en automatique) : photos du film, du tournage, dessins de productions, fiesta finale et arrosée de fin de tournage (on suppose).

INTERNET
Le site officiel : http://www.myspace.com/dyinggod-movie


Stéphane Pons
1er juillet 2008






JPEG - 18.5 ko



JPEG - 6.9 ko



JPEG - 7.1 ko



JPEG - 7.3 ko



JPEG - 7.6 ko



JPEG - 4.8 ko



WebAnalytics