YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




666 La malédiction
Edition simple
7 décembre 2006


A vrai dire, nous n’attendions pas grand-chose en zone YO de ce remake apparemment opportuniste du classique de Richard Donner. Son unique attrait semblait résider dans la coïncidence marketing de sa date de sortie, le 6 juin 2006 (6/6/6), avec le nombre de la bête, et ne laissait présager rien de bon sur la qualité du produit final.

Mais c’était sans compter sur la personnalité de John Moore qui, sans être un cinéaste visionnaire, aime le travail bien fait. Il avait déjà fait montre de ses talents de refaiseur avec le remake du « Vol du Phénix » de Robert Aldrich et récidive avec une version moderne de « La malédiction » qui s’offre à la fois comme une relecture du roman de David Seltzer et comme un hommage au film original, ainsi qu’au cinéma d’épouvante de la fin des années 60.

Je sais, le long-métrage de Richard Donner date de 1976, mais comment ne pas penser à « L’exorciste » ou « Rosemary’s Baby » en voyant débarquer Mia Farrow (Rosemary dans le film de Polanski) en nounou démoniaque dans cette diablerie à l’ambiance résolument crépusculaire.

Certes, « 666 La malédiction » ne boxe pas dans la même catégorie (il ne s’agit que d’un remake), mais se révèle, en lieu et place du hold-up envisagé, comme un thriller satanique correctement joué et mis en scène, ponctué de séquences chocs très efficaces.

Outre le film dans son montage cinéma (cf : la critique de Stéphane Pons lors de sa sortie en salle), l’édition simple de « 666 La malédiction » comprend le désormais sacro-saint commentaire audio du réalisateur, dans lequel John Moore (réalisateur), Glenn Williamson (producteur) et Dan Zimmerman (monteur) décortiquent le jeu des acteurs (tous très bons) et expliquent comment les progrès techniques leur ont permis de dynamiser certaines séquences perfectibles de la version de Richard Donner (commentaires avec lesquels, au risque de faire hurler les fans du réalisateur de « L’arme fatale », je suis assez d’accord), le making-of (« Maléfictions »), ainsi que deux reportages : « Apocalypse 666 » et « Abbey Road Sessions » qui nous présentent respectivement les origines du mythe et le travail de Marco Beltrami, le compositeur de la musique du film.

FICHE TECHNIQUE
666, La malédiction (édition simple)
Critique cinéma yozone
Titre original : The Omen
Genre : Diablerie
Durée : 1h 45’17« (film : 1h 41’33 »)
Pays : USA
Année de production : 2006
Réalisation : John Moore
Scénario : « The Omen » de David Seltzer
Sortie cinéma : 6 juin 2006
Sortie DVD : 7 décembre 2006
Édition : 20th Century Fox Home Entertainement
Distribution : Fox Pathé Europa

Prix conseillé : 19,99€

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
Pal, Zone 2, couleurs, simple face, double couche (6,77 Go)
démarrage : Clip antipiratage (48’’) + bandes annonces (The Sentinel, Stay, La colline a des yeux)
Navigation : “Démarrer le film”, “Les chapitres”, “Bonus” et “Langues” (versions et ST)
Versions : Anglais 5.1 et Français 5.1 DTS
Sous-titres : Anglais, Français, Arabes et sans sous-titres
Format : DVD9 format 1.85 (16/9 compatible 4/3)

BONUS
(VO avec les options de sous-titres)
« Maléficton » (37’15’’) : making-of du film comprenant interviews, témoignages et extraits de tournage.
« Abbey Road Sessions » (10’14’’) : making-of de la BO compilant interviews, réunions de travail et enregistrement de la musique du film dans le légendaire studio d’Abbey Road (celui des Beatles).
« Apocalypse 666 » (22’06’’) : Enquête sur le nombre de la bête.
2 scènes intégrales et une fin alternative.

APPRÉCIATION GLOBALE
Loin du simple produit marketing pressenti, « 666 La malédiction » se révèle comme un remake inspiré. Une nouvelle version qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire mais dont les indéniables qualités (décors, photographie, interprétation, mise en scène) lui permettent de ne pas avoir à souffrir de la comparaison avec son modèle.


Bruno Paul
17 janvier 2007






JPEG - 22.3 ko



WebAnalytics