YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Blade Runner (Director’s Cut)
Édition Simple DVD Warner Home Video
8 novembre 2006

ATTENTION CHEF D’OEUVRE !



La Bande Annonce en zone Yo : ici

Fait avéré, incontestable et incontesté, « Blade Runner » est un des plus grand film de SF de ces cinquante dernières années, si ce n’est le plus grand.

Ridley Scott qui venait de livrer avec « Alien, le Huitième Passager », le maître étalon du Monster Movie récidivait de plus belle avec « Blade Runner », adaptation très libre du roman « Les Androïdes rêvent-ils de Moutons Électriques » de Philip K. Dick.

Au moment de sa sortie, le film souffrit passagèrement de quelques critiques déceptives (gnagnagna « pas vraiment le bouquin », re gnagnagna « ça aurait dû être mieux », etc.) et d’un acharnement de la production à en changer sa fin, sombre et noire. D’où l’inclusion, à la rapidos, d’images issues du « Shining » (!) de Stanley Kubrick pour un happy end que Ridley Scott n’accepta vraiment jamais !

Bref, entre les deux épisodes de « Star Wars », il n’était pas bienvenu de transformer Harrison Ford en privé veule et plutôt lâche... C’est que « Blade Runner » navigue heureusement entre l’hommage au film noir (période 40/50) et la plus pure anticipation, précédant l’avènement du genre cyberpunk et fondant les bases d’une esthétique futuriste que l’on retrouvera partout ensuite (jusqu’aux caisses volantes du « Cinquième Élément » de Luc Besson, par exemple). Mais « Blade Runner » est aussi inscrit dans le passé du cinéma, distribuant des tonnes de clins d’œils volontaires au « Metropolis » de Fritz Lang.
Beaucoup de références, me direz-vous. Et oui, mais pas une qui n’envahit cette enquête policière made in 2019 et n’embrume le scénario.

Soit l’histoire du détective Rick Deckard (Harrison Ford) chargé de retirer de la circulation (en clair, dégommer) quatre replicants -des androïdes récalcitrants- derniers survivants d’une révolte aux visées politiques émancipatrices.
Le résultat final est un pur miracle cinématographique, doublé d’une distribution au sommet : Harrison Ford fragile et excellent, Rutger Haueur somptueux et grandiose, Sean Young troublante et diaphane et last but no least, Daryl Hannah échevelée et tonitruante (NdReC : sans oulbier la somptueuse Johanna Cassidy dans le rôle trop court de la charmeuse de serpent), annonçant tout une future vague d’héroïnes SF ciné et TV. Les décors et les effets spéciaux sont une pure merveille, les costumes intemporels, tous les éléments s’additionnant pour créer un climat inédit et époustouflant.

Warner Home Video a l’excellente idée de mettre sur les étals une version “Director’s Cut” (avec la bonne fin !) entièrement remasterisée (quelques drops néanmoins) qui eut peut-être mérité une légère saturation supplémentaire des couleurs (goûts personnels). Pas de bonus non plus mais...
Évidemment, on attend toujours avec impatience la fameuse « Final Cut » dirigée par Ridley Scott, gavée de bonus et comprenant, au minimum les 6 fins et montages sortis à travers le monde. Il paraîtrait que 2007 serait la bonne année... Espérons.

En attendant, inutile de préciser ici que l’obtention du DVD est impérative s’il n’est pas déjà dans votre DVDthèque.
L’achat du mois.
Petit Papa Noël, si tu es un réplicant convenablement programmé, n’oublie pas mon cadeau !

FICHE TECHNIQUE
Blade Runner
Interdit au moins de 12 ans
Durée : 1h 51’47« (version DVD »Director’s Cut")
Film américain de Ridley Scott (1982)
Sortie en salle : 15/09/1982
Scénario : Hampton Fancher, David Peoples, Roland Kibee _ D’après le roman : « Les Androïdes Rêvent-ils de Moutons Électriques » de Philip K.Dick.
Musique : Vangelis
Sortie en DVD : 08 novembre 2006
Édition-distribution : Warner Home Video
Édition simple DVD
Sites Internet : Blade Runner & Warner Home Video
Prix : 16,99€

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
Pal, Zone 2, couleur, simple face, double couche (5,16 Go)
Menu d’entrée DVD : 51 langues dont le Français (!)
Clip anti-piratage : 48"
Navigation : “Démarrer le film”, “Les chapitres” (36), “Les Langues” (versions et ST)
Versions : Anglais, Français et Italien en Dolby Digital 2.0
Sous-titres : Anglais, Espagnol, Français, Italien, Néerlandais et Italien pour malentendants
Format cinéma : 2.4:1 (16/9 compatible avec tous les écrans TV)
Bonus : néant

APPRÉCIATION GLOBALE
Un chef d’œuvre absolu dans une version « Director’s Cut » approuvée par le réalisateur et entièrement remasterisée.
Impératif, si ce n’est déjà fait.

BLADE RUNNER est une marque déposée de Blade Runner Partnership. Blade Runner : The Director’s Cut © 1991 The Blade Runner Partnership. TM & © 2006 Warner Bros. Entertainment Inc. Tous droits réservés.


Stéphane Pons
15 décembre 2006






JPEG - 18.5 ko



JPEG - 15.7 ko



WebAnalytics