YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Hammer, la maison de tous les cauchemars (volume 3 et 4)
Volume 3 (3 épisodes) - Volume 4 (4 épisodes)
Sortie le 4 août 2004


Genre : Fantastique (série TV)
Durée : Volume 3 (170 minutes), Volume 4 (220 minutes).

Distribution : changeante à chaque épisode mais avec, entre autres, Denhom Elliot, Diana Dors, Pierce Brosnam, etc,.

Universal Pictures Video et Studio Canal (avec le soutien de la chaîne « 13ème Rue ») viennent de mettre enfin le clap final à la réédition de l’intégralité de la série TV produite par la célèbre Hammer Films et intitulée « Hammer House of Horror » !

De cette maison de production mythique à qui l’on doit quelques fleurons du cinéma fantastique et la découverte d’acteurs emblématiques (Christopher Lee et cie), on connaît mal en France, toute l’influence créatrice qu’elle put avoir sur nombres de réalisateurs.

La réédition en 4 volumes de cette série TV comprenant 13 épisodes, diffusée sur le réseau anglais ITC en 1980, est le résultat d’une soudaine et brève résurrection de la Hammer Films. D’un changement d’orientation également, les derniers efforts cinématographiques de cette vénérable maison de production n’étant pas parvenus à équilibrer les budgets, la décision fut prise de réorienter l’activité vers la production de shows TV.

Le premier DVD réédité comprenait les épisodes 5, 7 et 12, le second, les épisodes 1, 11 et 13 et les troisièmes et quatrièmes volumes dont nous vous entretenons aujourd’hui contiennent respectivement, les épisodes 3, 6, 8 et 2,9,10 et 4.

On ne glosera pas éternellement sur le fait d’éditer tout cela dans le désordre le plus apparent, par contre, l’absence totale de vo-st énervera passablement le passionné.

Le volume 3 traite la thématique des prémonitions et des fantômes (« Un étrange réveil »), de la sorcellerie et du Vaudou (« Charly Boy ») et des loups-garous (« Les enfants de la pleine Lune »). Le volume 4 aborde quant à lui les sujets du cannibalisme (« La treizième réunion »), d’une serial killer sous influences meurtrières diverses et variées (« L’aigle des Carpathes »), du satanisme (« Le gardien des abysses ») et enfin de la possession (« Souffrances »).

En somme, une panoplie bien complète du fantastique télévisuel à l’usage de l’amateur d’émotions fortes. En ancrant profondément ces petites histoires d’une cinquantaine de minutes dans des situations on ne peut plus réelles ou le fantastique n’intervient que comme un élément moteur du dérapage vers l’horreur, il faut bien avouer que malgré des moyens parfois sommaires, la Hammer Films ne rechignait pas à effleurer le coté gore de la force et à verser régulièrement quelques sacs d’hémoglobines sur ses téléspectateurs.

Il y a bien sûr le coté très eighties et british des costumes (vraiment une autre planète !), ces effets petits budgets attachant (peu de moyens et beaucoup d’imagination) mais par-dessus tout, prime la véritable implication des acteurs et un érotisme permanent dans le choix des rôles féminins principaux ou secondaires. On imagine sans peine le nombre d’adolescents ayant truandé leurs parents afin de fantasmer fiévreusement en regardant cette série.

De l’utilisation classique de la caméra, on retiendra cet art de filmer l’horreur à travers les regards. Une succession de plans séquences se terminant invariablement par une série de cadrages en forme de gros plans sur les yeux de la victime et du tortionnaire. Les regards enflammés des uns répondant aux regards terrifiés des autres dans un curieux ping-pong de l’effroi...

L’horreur est ainsi. D’abord observée à travers les yeux des autres pour être enfin dévoilée aux téléspectateurs dans toute sa splendeur en guise d’épilogue ou en forme d’apothéose sanglante archétypale du bon vieux temps où tout finissait mal.

La parution de ces 4 DVD à prix très modiques (aux alentours des 15 euros maxi) rendant l’achat de la série complète tout à fait possible à moindre frais, on ne saurait trop conseiller l’investissement à tous les amateurs du fantastique télévisuel.

FICHE TECHNIQUE :

Titre original : Hammer House of Horror

DVD 3 :

Un étrange Réveil (Rude Awakening, N°3)
Ecrit par : Gerald Savroy (scénario)
Réalisation : Peter Sasdy.

Charlie Boy (Charlie Boy, N°6).
Ecrit par : Bernie Cooper Francis Megahi
Réalisation : Robert Young.

Les Enfants de la Pleine Lune (Children of the Full Moon, N°8).
Ecrit par : Murray Smith.
Réalisation : Tom Clegg.

DVD 4 :

La treizième réunion (The Thirteen Reunion, N°2).
Ecrit par : Anthony Read
Réalisation : Don Leaver.

L’Aigle des Carphates (The Carpathian Eagle, N°9)
Ecrit par : Bernie Cooper Francis Megahy
Réalisation : Francis Megahy

Le Gardien des Abysses (Guardian of the Abyss, N°10)
Ecrit par : David Fisher
Réalisation : Don Sharp

Souffrances (Growing Pains, N°4)
Ecrit par : Nicholas Palmer
Réalisation : Francis Megahy

Producteur : Roy Skeggs
Producteur exécutif : Brian Lawrence David Reid
Coproducteurs : Jack Gill Presentation for Chips Productions LTD

Photographie : Frank Watts, Norman Warwick, BSC
Musique : Paul Patterson, John McCabe, Wilfred Josephs
Costumes : Daphe Volmer, Laura Nightingale
Effets Spéciaux : Ian Scoones
Maquillages :
Eddie Knight, Alan Brownie, GBFE

Production : Cinema Arts International Production Hammer Films. Carlton et Studio Canal pour l’édition DVD France
Distribution : ITC Entertainment. Universal Pictures Video (France) pour l’édition DVD
Tous droits réservés : WE Co/optimale (2004).

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Format image-Vidéo : Plein écran, 4/3 (DVD 5, Pal, zone 2)
Format Son : Version Française 2.0 (pas de VOST)
Durée : DVD 3 (3 épisodes) : 170 minutes. DVD 4 (4 épisodes) 220 minutes

Bonus :

DVD 3 DVD 4 : Bande annonce (extraits des 13 épisodes la série) et galerie photos des épisodes du DVD.

Appréciation globale : Un travail de mise à plat numérique sur DVD correct venant sans doute de masters TV quasi sans défauts (quelques scintillements très rares). Pas de chapitres indiqués et accessibles directement via le menu mais bien présents via les touches correspondantes de votre télécommande et ce, à chaque épisode (4 en moyennes mais très aléatoires en terme de minutage cependant). Les couleurs ont ce léger coté artificiel et « studio » qui fait tout le charme de cette série. A noter, les maquillages féminins (effet années 80 ?) assez marqués et pulpeux. L’absence de VOST est plutôt énervante quand même. On aurait aimé pouvoir redécouvrir ces petits bijoux dans leurs versions totalement so british...

Au finish et question rapport qualité/prix, 3 ou 4 épisodes par DVD pour moins de 15 euros rendent la pilule très agréable à avaler.

Site Internet :

Nous vous conseillons un site de spécialiste de la Hammer Films remarquable à l’adresse suivante :

http://www.thehammercollection.net

Un excellent travail réalisé par Daniel Frenette (incontournable pour qui souhaiterait en savoir plus sur la Hammer Films) que l’on peut contacter par courriel à l’adresse suivante :

danielfrenette@thehammercollection.net


Stéphane Pons
9 septembre 2004






JPEG - 11.9 ko



WebAnalytics