YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Metropolis
Film allemand de Fritz Lang (1926)
Coffret 2 DVD mk2, sortie : avril-mai 2004


Inscrit au registre Mémoire du Monde de l’Unesco

Genre : Science Fiction (muet, chef d’œuvre en NB)
Durée : 1h59

Avec:Alfred Abel (Joh Fredersen), Gustave Frödlich (Freder, le fils de Joh Fredersen), Rudolf Klein-Rogge (Rotwanf, l’inventeur), Brigitte Helm (Maria/la machine à forme humaine), Fritz Rasp (Le grand échalas), Theodore Loos (Josaphat/Joseph), Erwin Biswanger (Georgy, n°11811), Heinrich George Grot (Le gardien de la machine centrale), Olaf Storm (Jan), Hanns Leo Reich (Marinus), Heinrich Gotho (Maître de Cérémonie), Fritz Alberti (L’homme créateur), Georg (John), etc,...

Il y eut les 15000 spectateurs berlinois qui découvrirent la seule version intégrale jamais projetée en janvier 1927. Puis il y eut les années d’oublis, de guerre et de charcutage cinématographique avant que les passionnés du 7ème art ne rendent ses lettres de noblesse à ce chef d’œuvre. Les affres du temps et les aléas de l’histoire avaient entre temps défiguré le «  Metropolis  » de Fritz Lang. Scènes coupées, perdues, remontées, abîmées, les différentes versions projetées en salles ou sorties dans le circuit des vidéos clubs étaient toutes tronquées et imparfaites. Aujourd’hui, la persévérance et le sérieux de la société mk2 offrent sous la forme d’un coffret 2 DVD, la version restaurée la plus complète jamais proposée à ce jour.

Premier grand film de Science Fiction de tous les temps, le «  Metropolis  » de Fritz Lang n’est pas en soit une œuvre visionnaire (au sens où certaines créations de Verne ou Welles purent le devenir). Il est par contre précurseur d’un siècle de cinéma. Plus grand budget de son époque, équivalent à 30 millions d’euros actuels, accoucheur de technologies de trucages inédites mises au point pour sa réalisation, «  Metropolis  » ne connut pas le succès escompté lors de sa première exploitation en salle (d’où ses seuls 15000 spectateurs d’origine). Très vite retiré de l’affiche et remonté dans une version plus courte destinée au marché européen dans un premier temps, transformé et partiellement défiguré à l’attention du marché américain dans un second temps, une étrange malédiction s’acharnait sur ce film. Pour tout dire, même Fritz Lang s’avérait à la fin de sa vie incapable d’expliquer et de décrire précisément ce qu’était la version originale de plus de 2h33 de 1927... Quand on sait que cette version n’existât que durant quelques mois, on imagine sans peine l’ampleur de la tâche réservée aux historiens du cinéma. Il fallut donc un travail phénoménal de suiveurs de pistes, qui s’appuya autant sur les descriptions heureusement accolées aux partitions de la musique originale de Gottfried Huppertz, que sur les comptes rendus et minutages de scènes des divers comités de censure, pour reconstituer la version présentée aujourd’hui. Ne parlons même pas des travaux de restaurations, tout bonnement effarants et colossaux, effectués en parallèle.

«  Metropolis  », c’est l’histoire d’une fabuleuse ville du futur, l’action se déroule en 2026, organisée selon un système de castes. Ouvriers travaillant dans les souterrains, Technocrates s’assurant du fonctionnement de la société dans les hauteurs intermédiaires de la cité et Hommes Libres s’enivrant du bonheur créé par cette organisation au sommet des buildings. Mais voilà, cette perfection inhumaine engendrera la création d’un androïde qui mènera les ouvriers à la révolte. D’une vision assez surréaliste du Moloch, la machine allégorique et toute puissante qui écrase l’humanité, en passant par l’imagerie naïve des scènes du paradis artificiel des Hommes Libres, «  Metropolis  » transcende les genres, explose les références esthétiques et marque le spectateur d’une multitude d’images inoubliables. Clin d’œil facétieux du cinéaste et du destin, c’est en fille de l’oppression et de la technologie que naîtra finalement le salut de l’humanité. Chez Fritz Lang comme chez le poète Aragon, « la femme sera l’avenir de l’homme ».

On le comprend aisément, «  Metropolis  » installa quantités des thèmes récurrents des films de SF (mégalopoles verticales et futuristes, systèmes politiques dictatoriaux, asservissement puis naissance de la conscience chez les robots, science aventureuse au service d’un pouvoir absolutiste, mysticismes et religions libératrices du futur, etc,.). Le tout étant accompagné d’une mise en scène souvent avant-gardiste, d’innovations technologiques étonnantes (parfois plus de 30 expositions simultanées de la pellicule pour créer un trucage final de quelques secondes) et une direction d’acteurs souvent emblématiques -telle Brigitte Helm que l’on retrouvera plus tard dans « L’Atlantide » de Pabst.

«  Metropolis  » est aussi l’un des premiers films accompagné par une musique originale et symphonique créée spécialement à cet effet. La partition de G. Huppertz est par ailleurs, du point de vue strictement musical, une véritable création qui se classe d’emblée parmi les œuvres importantes du 20ème siècle naissant. On notera à ce propos l’originalité de F. Lang qui réalisera plus tard avec «  M le maudit  », le premier film sans musique.

On ne peut donc que conseiller la vision attentive de ce film qui influença à la fois des réalisateurs comme Ridley Scott pour son «  Blade Runner  », Giorgo Moroder pour une adaptation musicale et moderne, le Japonais Rintaro pour son manga et des milliers d’artistes pour des pans plus ou moins importants de leurs œuvres.

En un mot comme en cent, vous qui entrer dans «  Metropolis  » aujourd’hui, perdez tout espoir de visionner un film de SF sans y penser très fort plus tard !

S’il n’y avait qu’un coffret DVD à acheter cette année, ce serait celui là.

FICHE TECHNIQUE

Titre original : Metropolis.

Réalisation : Fritz Lang.
Scénario : Thea von Harbou d’après son roman éponyme (1926).

Format original : 35 mm, noir et blanc, muet avec accompagnement orchestral.

Producteur : Erich Pommer.
Directeur de la Production : Rudi George.

Musique originale : Gottfried Huppertz.
Caméra : Karl Freund, Günther Rittau.
Trucages photos : Günther Rittau.
Effets Combinés : Eugen Schüfftan.
Décors : Otto Hunte, Erich Kettelhut, Karl Vollbrecht.
Costumes : Aenne Willkomm.
Photographe : Horts von Harbou.

Production : Universum-Film AG (UFA), Berlin.
Distribution : Parufamet.

Quelques dates et chiffres révélateurs :

Durée du tournage : 22 mai 1925 - été 1926
Longueur originale : 4189 m (2h33)
Versions raccourcies : août 1927, 3241m (Allemagne), 3100 m (version américaine modifiée)
Avant Première (version intégrale) : 10 janvier 1927, Ufa-Palast an Zoo (Berlin)
Première Américaine (version modifiée) : 5 mars 1927 (New-York)
Première Allemande (version raccourcie) : 25 août 1927 (Stuttgart Munich)

Metropolis (édition double DVD)

Mk2

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

DVD 1 : DVD 9 - PAL - ZONE 2

Menu d’accueil en allemand, anglais, français, espagnol et italien, écrans animés, 33 chapitres pour le film.

Metropolis : le film (version de 119’).
Format image :
TV 4/3.
Sous Titres film : Anglais, Français, Espagnol, Italien sans sous-titre (intertitres originaux en Allemand).
Format Son : Musique originale (film muet avec intertitres) en DD 5.1 et Dolby Digital Stéréo. Film disponible avec les commentaires de l’historien cinématographique, Enno Patalas en allemand ou en Anglais avec possibilité de sous-titrage en allemand, anglais, français, espagnol, italien et sans sous-titres. Musique originale entièrement réenregistrée et interprétée par l’Orchestre Symphonique de Sarrebrück.

DISQUE 2 : DVD 5 - PAL - ZONE 2

Menu d’accueil en Allemand, Anglais, Français, Espagnol et Italien, écrans animés, 12 chapitres.

Format image : 4/3 et écrans animés.
Format Son : DD 5.1 et Dolby Digital Stéréo.
« Le cas Metropolis » : un documentaire de 44 minutes vital à la compréhension de l’œuvre. Un très beau travail également sur la genèse du cinéma allemand en général et Fritz Lang en particuliers (audio en Allemand et Anglais, sous-titres en Allemand, Anglais, Français, Espagnol, Italien et sans ST).
« La restauration » : un doc de 9’ passionnant et donnant les principales clefs du formidable travail entrepris (audio en Allemand, sous-titres en Allemand, Anglais, Français, Espagnol, Italien et sans ST).
« Galeries de Photos » : genèse du film, scènes disparues, esquisses architecturales, ébauches des costumes, affiches.
Biographie (textes en français) : les principaux protagonistes de « Metropolis » (réalisateur, scénariste, acteurs, compositeur de la musique originale, etc,.).
Générique(textes en français) : Fiche technique complète de « Metropolis » (équipe technique et distribution).

APPRECIATION GLOBALE :

Film immense. Réédition DVD parfaite. On ne peut reprocher à cette version de contenir quelques rares passages où la pellicule est partiellement détériorée. Le pourquoi du comment étant expliqué dans le second DVD. Tout au plus, les parties comprenant des écrans « textes » sur le DVD2 auraient-elles mérité des corps ou des polices un peu plus adaptées à la lecture sur un écran TV classique (le fond rouge est-il idéal ?). Un minuscule détail cependant. Coffret indispensable. L’achat de l’année.


Stéphane Pons
10 septembre 2004






JPEG - 11.3 ko



JPEG - 6.7 ko



JPEG - 4.4 ko



JPEG - 3.7 ko



JPEG - 4.1 ko



JPEG - 3.9 ko



JPEG - 4.1 ko



WebAnalytics