YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




King Kong
Édition Simple DVD Universal Pictures Vidéo
1er août 2006


Nous ne reviendrons pas sur l’enthousiasme de notre critique originelle lors de la sortie du film en salle même si notre dithyrambe avait déplu à quelques uns.
Peter Jackson souhaitait depuis sa plus tendre enfance réaliser son « King Kong », le succès de la trilogie du « Seigneur des Anneaux », sur laquelle personne ne voulait miser un centime au démarrage du projet, lui a permis de réaliser son rêve.
Bien lui en a pris, il livre trois heures de divertissement total, intelligent, spectaculaire et non dénué de multiples allusions à l’histoire du cinéma.

D’une part, il reprend le montage du « King Kong » mythique plan par plan plusieurs fois mais tourne également les scène disparues ou non réalisées -par manque de moyens financiers à l’époque. Le résultat est époustouflant en tout point même si les perfectionnistes regretteront l’aspect “cartoonesque” (volontaire) de certaines scènes (la cavalcade avec les Diplodocus en particuliers).

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le propos de Jackson n’était pas de supplanter l’original, qui reste et restera un chef d’œuvre absolu du cinéma jusqu’à la fin des temps, mais de lui rendre un hommage sincère. Partant de ce postulat, on ne juge pas l’un par rapport à l’autre, question d’époque de contexte, mais on peut quand même remarquer que les motivations principales (distraire, étonner) sont similaires.
Démarrant son récit par une reconstitution parfaite et émouvante du New-York des années trente, il enchaîne ensuite sur plusieurs grands moments de bravoure. Certains effrayants (l’arrivée à Skull Island, la bataille avec les insectes géants), d’autres carrément tordants (Naomi Watts et son numéro de Music Hall pour King Kong, la même poursuivie par les T.Rex) ou émouvants (la dernière partie du film dans son ensemble).
La distribution est épatante et on comprend pourquoi Naomi Watts hypnotise la grosse bête à l’égale de Fay Wray ! Depuis sa découverte et la confirmation apportée par David Lynch dans son tumultueux (et génial -avis personnel) « Mulholland Drive », cette actrice attire justement la caméra et tous les regards.

L’édition simple DVD se concentre justement sur le film afin de lui offrir le meilleur taux de compression possible, de fait l’image et le son de la VO sont époustouflants. Néanmoins, il est fort possible que des lecteurs bas de gamme (ou d’entrée) souffrent un peu par instants (effets de pixelisation et pause/blocage au changement de couches). Les fans pourront s’orienter sur l’édition double DVD (pas vue, snif), visiblement truffée de bonus inédits jusqu’à la gueule sur la seconde galette.

Bref, le « King Kong » de Peter Jackson renvoie tous les ersatz (le John Guillermin de 1976 étant le plus supportable grâce à Jessica Lange) produits par l’histoire du cinéma au rang d’œuvrettes mal fagottées et au finish, il n’en restera que deux.
L’original de Merian C. Cooper et Ernest B.Shoedsack (1933) et le sien !

FICHE TECHNIQUE
Film américan de Peter Jackson (2005)
D’après le classique de : Merian C. Cooper et Ernest B.Shoedsack (1933)
Durée du film : 2h 59’36’’
Critique cinéma Yozone lors de la sortie en salle : ici
Dossier yozone spécial King Kong sortie DVD : ici
Production originale : Wingnut Films Production
Site internet : http://www.kingkong.com
Édition : Universal Pictures (France)
Presse : Universal (France)
Références : EDV 764 - 824 151-2 - Asin
Prix : 14,99 €

CARACTÉRISTIQUE TECHNIQUES
DVD9, Zone 2, Pal, Couleur
Menu d’entrée : Français et Anglais
Clip anti piratage (48’’) & anti copie (20’’)
Menu d’accueil sur fond de scènes du film avec la musique originale en fond sonore
Navigation via les items “Le Film”, “Les Chapitres”, “Audio” et “Les Sous-Titres”.
Son : Anglais et Français en Dolby Digital 5.1. Bien que la VF soit très correcte, on privilégie la VO, percutante et ample à souhait (attention à vos basses ou à votre caisson quand King Kong se met à respirer, ça dépote !).
Sous-titres : Anglais (pour sourds et malentendants) et Français.
Image : 2.35 :1, format cinéma.
Chapitres : 50 (!). l’intégration d’un chapitre toutes les 6 à 8 minutes permet de multiples visionnages, quasiment séquences par séquences. Parfait pour les perfectionnistes.
Durée : 2h 59’36’’(film) + 48’’ + 20’’ (clips) + 2’03 + 1’06 (clip pub et BA).

Une édition double DVD, limitée et numérotée, est effectivement l’achat à privilégier pour ceux qui veulent tout savoir sur ce film. Peter Jackson livrant une fois de plus une version numérique gavée de bonus à l’image de ce qu’il avait déjà fait avec la trilogie du « Seigneur des Anneaux ».
L’édition DVD simple se consacre uniquement au film afin de lui faire bénéficier du meilleur taux de compression possible.

BONUS
The Volkswagen Touareg & King Kong (2’03) : séquence sur le tournage de la publicité et clip publicitaire recyclant une séquence new-yorkaise de King Kong (VO anglaise et options de sous-titres). Anecdotique.

Découvrez encore mieux NYC dans « Si Seulement Vous étiez Là » (1’06) : bande annonce du film « Wish You Were Here » (diffusion en VO anglaise avec options de sous-titres). On s’en serait fort bien passé !

APPRÉCIATION GLOBALE
Le rêve de Peter Jackson est un formidable moment “d’entertainment” cinématographique.
Immanquable, inévitable. Édition simple ou double, faites votre choix.
Perso, on en a reçu une et on va acheter l’autre !

À voir


  • la Bande Annonce

    Quelques extraits :

  • Time Square
  • Empire State Building
  • T-Rex 1
  • T-Rex 2

  • Stéphane Pons
    24 août 2006






    JPEG - 15.5 ko



    JPEG - 11.2 ko
    Une édition double DVD, tirage limité et numéroté (Universal)



    JPEG - 9 ko
    Deux DVD pour le « Journal du Tournage » paru fin 2005 (Universal)



    WebAnalytics