Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Sayonara Miniskirt (T2)
Aio Makino
Soleil manga

Quoi qu’il arrive, les idols sourient toujours à la télévision. Voilà pourquoi Nina voulait en devenir une en intégrant le Pure Club, le meilleur groupe d’idols en minijupe. Elle aime donner du plaisir à ses fans, les voir sourire, jusqu’au jour où tout bascule. Un type avec une capuche l’agresse au couteau et s’enfuit. Elle ne voit pas son visage mais remarque trois grains de beauté alignés sur le flanc. Elle reprend le cours de sa vie en retournant au collège sous son vrai nom avec une apparence plus masculine en coupant ses beaux cheveux longs et en portant l’uniforme masculin. Encore traumatisée, elle a du mal à faire confiance, surtout aux garçons.



Hikaru découvre sa véritable identité, elle lui ouvre son cœur et se rend compte qu’il se gratte l’oreille de la même façon que son agresseur. Elle décide tout de même de lui faire confiance en l’emmenant dans la première salle de concert du groupe. Elle lui parle de ses peurs, il l’écoute et enlève sa chemise pour lui démontrer qu’il n’est pas son agresseur. Elle craque dans ses bras en se souvenant de toutes les méchancetés gratuites entendues « pas étonnant qu’elles suscitent des désirs de vengeance, à charmer les mecs pour se faire du pognon ! Si ça ne lui plaisait pas, elle n’avait qu’à pas choisir ce métier ». Les gros plans sur les visages sont puissants, la pression monte.

PNG - 419.8 ko

Après un premier tome fort, “Sayonara Miniskirt” continue à être un bon mélange entre thriller et dénonciation de violences faites aux femmes. Nina commence à se reconstruire en découvrant la confiance aux autres. Elle s’ouvre et s’attache à Hiraku qui veut l’aider. Aoi Makino nous a fait croire à la fin du tome précédent qu’il était l’agresseur, mais ça aurait été un peu trop facile. Le suspense est bien gardé puisque son identité n’est pas dévoilée. On le voit de temps à autre, le visage caché par sa capuche et une haine sans limite pour Nina. Qui est ce type dangereux ? Je n’en ai aucune idée, j’ai hâte de le découvrir. Aoi Makino nous fait passer des messages, ce qui est tout de même rare dans un shojo. Elle exprime de manière claire le harcèlement sexuel. Les femmes ont le droit de vouloir plaire en s’habillant avec les tenues de leur choix sans passer pour des aguicheuses, voire des objets sexuels. Nina est traumatisée, va t-elle pouvoir s’en sortir et vivre une vie normale ? Va t-elle vouloir redevenir une idol ? Les paris sont ouverts, l’essentiel est qu’elle s’en sorte au mieux.

Vite la suite !


Sayonara Miniskirt (T1)
- Auteur : Aoi Makino
- Traducteur  : Sophie Piauger
- Éditeur français : Soleil Manga
- Collection : Shojo
- Format : 130 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 176 pages
- Date de parution : 13 janvier 2021
- Numérotation ISBN : 9782302090392
- Prix : 6,99 €


A lire sur la Yozone :
- Sayonara Miniskirt (T1)


© Soleil Manga-Tous droits réservés



Anne Schnebelen
8 février 2021




PNG - 142.2 ko



PNG - 70.2 ko



PNG - 57.1 ko



PNG - 41.9 ko



Chargement...
WebAnalytics