Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Dossiers du Voile (Les)
Adrien Tomas
Fleurus, roman (France), polar / fantastique, 424 pages, janvier 2021, 16,90€

Il y a le monde que vous connaissez, et il y a le Voile : toutes les créatures magiques qui vivent en secret à nos côtés, fées, mages, trolls, garous, vampires...
A Paris, Tia Morcese, fille de la Grande Enchanteresse, est aussi flic, la seule de la Brigade spéciale de la Police Nationale chargée d’enquêter en cas d’implication de créature magique. Premier mot d’ordre : les gens non-méta, les « normaux », ne doivent pas savoir.
Elle n’est pas à la fête : un druide vient d’être retrouvé mort, tous accuse les nécromanciens. Puis c’est un nécromancien assassiné, probablement par des druides... Les tensions entre vampires et loups-garous sont au plus haut... Les fées diffusent une nouvelle drogue qu’elles sécrètent, empiétant sur les plates-bandes des cartels trolls... Tout semble prêt à exploser, et pour calmer le jeu Tia n’a que quelques talents cachés, un collègue de labo et un vieux Kangoo...



Plutôt adepte de la fantasy pure, Adrien Tomas avait ouvert les portes de son univers dans deux nouvelles publiées en 2015 dans des anthos de festival : “Troll, licorne et bolognaise” (Trolls & Licornes, Mnémos) et “Le troll de sa vie” (Trolls & légendes, ActuSF), deux enquêtes de Tia Morcese, jeune femme flic à la crinière rousse et pas commode. Las, ces deux histoires manquaient un peu de place. Les 400 et quelques pages de ce volume sont un peu plus confortables, pour nous donner à voir la présence des créatures du Voile dans la société française, et notamment parisienne. Au passage, on adorerait une nouvelle « en province », en avoir plus, mais ces « Dossiers du Voile » s’annoncent pour l’instant comme un one-shot...

L’univers a déjà été largement défriché en littérature adulte, où cette cohabitation entre humains et paranormaux, volontaire ou pas, sue ou pas, nous a donné de belles lectures (entre autres la série « Navarre » / « Testament » de Jeanne-A Debats, « Le protectorat de l’ombrelle » de Gail Carriger, la trilogie « Nightwatch » de Sergei Lukyanenko, et j’en oublie...) Côté jeunesse, on pensera à Olivier Gay, avec ses mages du « Noir est ma couleur » ou ceux de la « Magie de Paris »...

La bonne idée d’Adrien Tomas est de doubler cette coexistence d’une dimension de polar bien sentie, flirtant parfois avec les images d’Epinal pour mieux immerger le lecteur dans des repères qu’en plus de la littérature, les séries TV et les comics ont rendus familiers. Adrien Tomas joue avec ce terreau initial, en reprend des codes, le rythme... pour produire un roman pour grand ados à la fois très accessible aux non-férus d’imaginaire, et recelant quelques agréables surprises aux autres.

En lecteur plus chevronné, j’ai donc un peu tiqué sur certains personnages ou situations en apparence un peu faciles, déjà vus... avant de me délecter d’y voir plus de substance et de nuances, une fois le temps d’installation passé. Ainsi, Charles n’est pas un énième clone du laborantin / expert en occultisme, qui reste dans son antre quand sa collègue va sur le terrain. Leur capitaine, initié au Voile depuis peu, va également démontrer plus d’épaisseur que la boule de nerf qui nous est présentée, et le collègue bourrin dévoilera des océans de tolérance et de compréhension. Idem pour les créatures magiques : l’aperçu qu’on aura des vampires nuance grandement leur vision de prédateurs.
On regrettera de ne pas être en littérature adulte, on sent toutes les possibilités de l’auteur à... tomber dans le piège de refaire ce que a déjà été fait. Donc, au contraire, il nous offre un vrai polar, aux accents de thriller ésotérique, déboussolant son héroïne avec une avalanche de crimes entre méta-humains et la menace d’un conflit ouvert, aux yeux de tous, une déchirure du Voile.

En parallèle, il nous immerge dans la famille pas facile de Tia, la narration suivant en alternance (Desde)Mona, sa petite sœur encore au lycée, copine avec un djinn et une louve-garou. Agressée par des vampires (c’était une erreur), Mona est sauvée par Axel (dans un très bel exemple d’intervention anti-importuneurs de rue), un garçon timide, mais plutôt malin, qui en a découvert long sur le Voile. Plutôt que le dénoncer à sa grande sœur, qui lui aurait fait effacer la mémoire, Mona revoit Axel, qui l’alerte sur un groupe étrange, paramilitaire, qui pourrait bien avoir un lien avec les crimes récents. Les deux sœurs se retrouvent à mener leur enquête en parallèle, jusqu’à ce que les événements, rapides et violents, permettent enfin à leurs fils de se croiser.

Tia étant doublement impliquée dans cette histoire, en tant que flic et fille de magicienne, sa famille va se retrouver au cœur de la tourmente, et c’est à elle, l’aînée, de gérer, mettant à contribution les talents plus ou moins utiles de toute sa fratrie, d’Edwin qui deale en loucedé, aux jumeaux dangereusement bricoleurs... Là encore, un peu de déjà-vu nécessaire pour remplir cette galerie de sept, dont certains restent un peu négligés, mais aucun inutile. On découvrira aussi le passé de Tia, son petit truc qui la rend si particulière et si justement efficace pour ce boulot.

Enfin, on appréciera énormément le fond de l’intrigue, les accents de vérité du Grand Méchant, qui dessilleront les plus jeunes sur ce qui nous sautait aux yeux depuis le début, une thématique forte en jeunesse, qui tempère la fascination pour les pouvoirs surnaturels et les conséquences de leur abondance. Je n’en dis pas plus, et vous renvoie à d’autres romans sur la même ligne, notamment le « Power Club » d’Alain Gagnol.

Adrien Tomas, qu’on sait capable depuis ses débuts (et son prix Imaginales) de produire des pavés ultra-denses, réussit là un tour très agréable : jouer et se jouer des clichés en place sur un univers mêlant humains et surnaturel, des codes narratifs des séries actuelles, pour épurer son texte du superflu, se concentrer sur les rouages de son intrigue, huilée à la goutte près, le réalisme de ses personnages et de leurs interactions.
Cela donne un roman en apparence complexe, mais très actuel et très accessible, dans lequel on se laisse entraîner, qui se dévore comme un vrai thriller (ou se binge-watch comme une série), intelligent, mené tambour battant, idéal pour initier au fantastique.

Et on en voudrait encore !


Titre : Les Dossiers du Voile
Auteur : Adrien Tomas
Couverture : Noémie Chevalier
Éditeur : Fleurus
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 424
Format (en cm) :
Dépôt légal : janvier 2021
ISBN : 9782215174424
Prix : 16,90 €



Nicolas Soffray
2 janvier 2021


JPEG - 36.2 ko



Chargement...
WebAnalytics