YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Les Prédateurs/The Hunger saison 1
Édition Digipack 4 DVD, 22 épisodes, Opening-GCTHV
26 mai 2006


Début 1996, profitant du succès critique et populaire de l’excellent film érotico-fantastique « Les Prédateurs » (1983) du gars Tony, les frères Scott (Ridley « Alien »-« Blade Runner » + Tony « Les Prédateurs ») dénichent un financement, principalement américain, pour lancer une série fantastique. Le résultat débarque sur les écrans US dès 1997 et le show connaîtra deux saisons complètes. Dès le départ, « Les Prédateurs-The Hunger » est destinée à surfer sur trois principes télévisuels non négligeables outre-atlantique.

1. Proposer des petites histoires, souvent sanglantes, dans un format de 26 minutes rappelant la mythique épopée des « Contes de la Crypte ».

2. Ambiancer le tout d’une esthétique chic, class et mode so eighties avec moult bas résilles et draps de soie.

3. Trousser chaque épisode à la hussarde (montage branché quasi épileptique par moments, cf. le générique) en pimentant le tout de quelques scènes assez sexe (pour l’époque).

Bon, restons calmes, la vision de quelques donzelles pas farouches et de représentants bien bâtis du sexe fort (tu parles, ils morflent sévère au finish !), n’est pas en soi répréhensible et donne souvent de jolis résultats (« Jeux d’Épées », « Ménage à Trois », « La Maudite », etc.)

Diversité des histoires dont certaines sont issues de la plus classique des littératures (T. Gauthier, G. Masterton, B. Lumley, E. A. Poe, R. Bloch, etc.), réalisateurs différents à chaque épisode, casting changeant, seul un Monsieur Loyal (Terence Stamp pour la saison 1, David Bowie pour la 2) font office de liens narratifs.
Bref, ce postulat anthologique n’était pas plus bête qu’un autre et revient à la mode aujourd’hui avec la sublime série « Masters of Horror » dont on conseille par avance la vision à tous (parution DVD de la Saison 1 chez Universal en octobre 2006).

En soi, le show des frères Scott n’est pas indécent et propose même quelques moments très agréables. Décors et costumes classieux, éclairages remarquablement travaillés, concourent à donner un cachet original à l’ensemble. Malheureusement, la série s’épuise un peu sur la distance, peinant à sortir d’un canevas prévisible. En somme : une intrigue, quelques scènes érotiques, une conclusion déplaisante pour le héros.
Bref, l’exercice plutôt risqué en 1997, a pris un petit coup de vieux et c’est finalement Terence Stamp qui accumule les lauriers, multipliant les interventions-présentations les plus loufoques ou surréalistes.

Néanmoins, dire qu’aujourd’hui on s’ennuie à la vision de l’ensemble serait y aller un peu fort. D’abord parce que certains épisodes méritent le voyage et d’autre part, parce qu’il y a une vraie ligne conductrice et créatrice sur la série. C’est juste qu’en 10 ans de production télévisuelle, il s’en est passé des choses !
Plus désagréable sur la longueur, les tics un peu fatigants de Tony (apothéose contemporaine du genre durant les 20 premières minutes de son dernier « Domino ») s’imposent en force alors que le sens certain de l’épique, versant Ridley, est beaucoup moins détectable.

L’édition DVD déçoit par contre un brin. Rayon bonus : néant ! Rayon VO : niet ! Une VF en stéréo 2.O et ciao les gars ! Le rendu de l’image bénéficie cependant d’un travail de transfert très correct (élimination des pétouilles et copie très propre, éclairages nickels y compris sur les ambiances sombres).

Bilan mitigé pour cette saison 1 de « Les Prédateurs - The Hunger », une série pas forcément indispensable mais pas inutile non plus. Le petit prix de lancement (34,50 €) pouvant emporter une décision d’achat car après tout, sur 22 épisodes en 4 DVD, le fan d’émotions fantastiques trouvera aussi quelques pépites qui valent le visionnage.
En fait, on attend la parution de la saison 2 (prévue pour octobre) en se souvenant qu’elle avait laissé une empreinte plus consistante sur nos neurones 4/3 via une première diffusion intégrale assurée en France par la chaîne 13ème Rue (TPS reprennant le flambeau cet été à partir du mois d’août 2006).

Si l’on veut bien nous mettre une VO-ST sur la saison 2 (et quelques bonus), promis, on sortira même 10 euros de plus de notre portefeuille et on n’en dira que du bien !

FICHE TECHNIQUE
Titre : The Hunger - Les Prédateurs
Interdit aux moins de 16 ans (hum, pas de quoi fouetter un chat néanmoins, 12 ans paraît plus approprié)
Fiche série Yozone : Les Prédateurs - The Hunger
Production originale : USA, Canada, Royaume-Uni , 1997.
Diffusion US : Showtime
Producteurs : Scott Free Productions, Telescene Film Group Productions, The Movie Network
Créateur de la série : Jeff Fazio
Èdition DVD : Opening (Euromédiane Group)
Distribution : Gaumont Columbia TriStar Home Video
Coffret : 4 DVD, 22 épisodes de 26 minutes (durée approx.), digipack.
Presse : Blanche Aurore Duault & Stéphane Ribola (Miam Agence de Communication)
Références : EDV 701 - Asin B000EZ7UWM
Parution : 23 mai 2006
Prix indicatif : 34,50 €

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
4 DVD9, Pal, Zone 2, couleur.
Menus d’accueil et d’entrée en Français.
Navigation via les items “Démarrer” et “Accéder aux Épisodes”.
Format image : 1.33 (TV 4/3)
Format son : Français en stéréo 2.O
Chapitres : 3 par épisodes (pas d’accès direct mais via la télécommande en cours de visionnage).
Durée totale : 572 minutes (approx.)

DVD 1 : Jeux d’Épées - Ménage à Trois - Necros - Le Visage de l’Inconnu - Obsession - Passion Dévorante
DVD 2 : Voleurs d’Âmes - Chambre 17 - Secret de Cuisine - Haute Couture - La Maudite
DVD 3 : La Suite Nuptiale - Tel Père, Tel Fils - Au Nord-Ouest de Nulle Part - Question de Talent - L’Objet du Désir.
DVD 4 : La Robe de l’Ombre - Le Sauveur des Ténèbres - Jeux de Pouvoir - Un Phare dans la Nuit - La Rivière de la Rédemption - Double Maléfique.

BONUS
Néant

APPRÉCIATION GLOBALE
Esthétique érotico-soft et fantastique, montage speedé, décors, costumes et éclairages classieux, cette première saison de « The Hunger-Les Prédateurs » s’épuise un peu sur la longueur. Pas totalement convaincant mais pas inintéressant non plus.
Édition DVD frustrante (pas de bonus, pas de vo) même si les aspects techniques (image et rendu son) apparaissent très correctement gérés.
La saison 2 est prévue à l’édition pour octobre et suscite un intérêt plus appuyé ne serait-ce que pour la présence de David Bowie. Ceci dit, l’excellent Terence Stamp est parfait lors de cette première saison et vaut, à lui seul, le déplacement.


Stéphane Pons
14 juillet 2006






JPEG - 13.7 ko
Une édition 4 DVD Digipack à se mettre sous la dent



JPEG - 10.5 ko
Malgré l’absence de Bonus et de VO-ST (Menu d’accueil light)



JPEG - 5.6 ko
Rien que pour Terence Stamp



JPEG - 11.3 ko
Et, soyons francs, pour quelques jolies donzelles de rêves !



WebAnalytics