Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Étoile du Nord (L’)
D. B. John
Pocket, Thriller, roman traduit de l’anglais, Thriller/espionnage, 624 pages, juillet 2020, 8,70€

"Elle est espionne. Sa sœur jumelle a disparu.
Il est général.
Elle est criminelle.
Leur point commun : un geste, un mot, et c’est la mort."

Voilà texto le résumé du quatrième de couverture !
Est-ce censé être accrocheur ? Est-ce un bref aperçu audacieux du contenu ? Est-ce seulement fidèle ? Et pire, est-ce que cela peut donner envie de lire cet épais ouvrage de 624 pages ?
Après lecture, ces formules ne sont pas forcément plus claires, il est dommage que ce quatrième de couverture ne rende de loin pas justice à ce thriller d’espionnage de haut vol.



En 2010, Jenna est approchée par la CIA pour ses connaissances sur la Corée du Nord. Ce pays ne lui est pas étranger, car sa mère en est justement originaire. La disparition de sa sœur jumelle Soo-min une dizaine d’années plus tôt la meurtrit toujours. Soit disant qu’elle se serait noyée près des côtes nord-coréennes, mais la révélation d’enlèvements orchestrés par le régime nord-coréen lui offre une bouffée d’espoir. Et si Soo-min vivait toujours ?
La Corée du Nord vit à l’ombre de son leader bien aimé, son peuple lui voue un culte immodéré. Tout est fait pour qu’il en soit ainsi, alors que la misère prime. Tout écart est sévèrement puni et chacun vit, du moins survit, comme il le peut. La vieille Moon qui a déjà été internée en camp de travail se lance dans la restauration sur un marché dans le nord du pays. Il faut graisser des pattes et, même si les affaires marchent bien, il n’en faut pas beaucoup pour que tout bascule.
Pour le lieutenant-colonel Cho, la voie dorée semble tout tracée : une promotion au grade de colonel, puis l’envoi aux États-Unis pour négocier avec les Américains inquiets des essais de tests balistiques orchestrés par Pyongyang. Il en revient grand vainqueur, auréolé de gloire, mais il se sent surveillé, comme si quelque chose clochait. Il sait que plus on monte dans la hiérarchie du pouvoir, plus la chute est rude.
Lors de son passage à New York, il a rencontré Jenna qui lui a posé des questions sur un mystérieux camp 22 dont il ignore tout. Les deux sont appelés à se revoir...

La Corée du Nord est sûrement le pays le plus fermé du monde et ce roman fort documenté permet au lecteur de mieux appréhender la triste réalité qui y sévit. La famine, la peur, le culte de la personnalité, la surveillance constante... autant de paramètres avec lesquels il faut vivre au jour le jour, tant l’avenir y est incertain. Une chape de plomb règne sur le pays et chacun doit vivre sur le qui-vive, sachant que quelle que soit sa position il peut tout perdre du jour au lendemain. Les destins de Moon et de Cho montrent à quel point ce constat est terrible, comment il est possible de tomber encore plus bas pour des fautes non commises. C’est dur, étouffant et D. B. John explique qu’il colle assez aux faits avérés.
Le titre « L’Étoile du Nord » n’est autre que le nom du train à bord duquel se déplace Kim Jong-il alors dirigeant suprême du pays, celui qui brise son peuple pour mieux profiter de la richesse, davantage assoir son pouvoir, sa mainmise sur chacun.

Le lecteur ne peut que s’attacher aux personnages : Jenna qui cherche à connaître la vérité sur Soo-min, Cho qui est bien obligé d’ouvrir les yeux sur le régime dictatorial et Moon qui fait preuve d’une grande force de caractère. Ce roman est passionnant et éprouvant à la fois, il trouve dans la Corée du Nord le vecteur idéal pour renouer avec l’espionnage qui n’est plus très fréquent. Les rebondissements pour la plupart inattendus s’enchaînent sans coup férir, alimentant sans cesse l’intérêt du récit jusqu’à son terme. Une happy end est-il seulement possible ?

D. B. John signe là un grand roman, une plongée sans complaisance dans la réalité de la Corée du Nord. Les personnages sont broyés par un régime sans pitié, par une dictature inhumaine. Passionnant du début à la fin, « L’Étoile du Nord » marque les lecteurs par son déroulement alimenté par des faits avérés comme s’en explique l’auteur en fin d’ouvrage. Ce livre mérite vraiment d’être lu, car il met en lumière une face somme toute ignorée de la géopolitique, il brise de très belle manière le silence autour de la Corée du Nord dont le commun des mortels ne sait pas grand-chose finalement.
Une très belle révélation, un récit enlevé, rythmé, haletant et diablement instructif.


Titre : L’Étoile du Nord (Star of the North, 2018)
Autrice : D. B. John
Traduction de l’anglais : Antoine Chainas
Couverture : Tangui Morin
Éditeur : Pocket (1ère édition : Les Arênes, 2019)
Collection : Thriller
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 624
Format (en cm) : 10,8 x 17,7
Dépôt légal : juillet 2020
ISBN : 9782266300056
Prix : 8,70€


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
25 juillet 2020


JPEG - 13.8 ko



Chargement...
WebAnalytics