Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Parasites amoureux (T1)
Sugaru Miaki et Yuki Hotate
Delcourt Tonkam

Kengo Kôsaka est un jeune chômeur qui ne trouve pas sa place dans la société. Son obsession pour l’hygiène l’isole, il porte en permanence un masque et des gants. Trois mois plus tôt, lors de l’été 2011, ce passionné d’informatique s’est mis en tête de programmer un malware. Ce fameux virus, appelé « silent-night » a été conçu pour priver les japonais de tout moyen de communication et ce, le … 24 décembre à 17h00 !



Un soir d’hiver, il reçoit la visite d’un inconnu qui lui fait du chantage. Il est au courant de ce qu’il a fait et lui propose un marché. Il ne le dénonce pas en échange d’une étrange mission. Il doit se rendre au parc de Mizushima le lendemain à 19 heures et devenir ami avec Hujiri Sanagi, qui sera au bord du lac en train de nourrir les cygnes. Cet étrange inconnu lui remet une enveloppe pour ce travail que Kengo accepte, sans avoir le choix. Il découvre une lycéenne différente qui n’a pas la langue dans sa poche. Elle ne va plus en cours, il doit en découvrir la raison. Au fil du temps, ces deux personnes atypiques vont se rapprocher.

PNG - 339.4 ko

Parasites “amoureux” de Sugaru Miaki est une série manga en trois tomes, parue dans la nouvelle collection Moonlight de Delcourt Tonkam, qui fait la part belle à des titres touchants, mélancoliques et oniriques. Cette collection se détache de l’éternelle classification des mangas (shojo, shonen, seinen…) pour s’organiser en émotions. On se recentre sur les individus en prenant le temps de les observer, de sonder leurs faiblesses, leurs doutes mais aussi leurs espoirs. Trois titres de Sugaru Miaki sont sortis simultanément : “Le Prix du reste de ma vie”, “Derrière le ciel gris” et ce fameux “Parasites amoureux”, sorti également en light novel.

PNG - 267.9 ko

Ce magnifique manga met le doigt sur la difficulté de se réinsérer dans la société suite à une exclusion volontaire. Trouver l’amour est peut-être la meilleure des réponses. Kengo et Hijiri en font l’expérience, ils finissent par tomber amoureux l’un de l’autre. Mais leur bonheur est éphémère, ils ne sont que des marionnettes, manipulées par des « insectes ». Sugaru Miaki explique la signification de ces parasites fictionnels au cœur de l’intrigue. L’insecte est en fait une métaphore de ce qui contrôle nos vies et qui a une forte emprise sur notre cœur. La jaquette sur papier lustré et vernis est magnifique et donne envie de se plonger dans la vie d’Hijiri au regard triste. Le trait net et précis de Yuki Hotate reflète parfaitement la mélancolie de nos personnages soignés.

Kengo et Hijiri m’ont beaucoup touché, “Parasites amoureux” est un grand coup de cœur. Kengo porte un masque et des gants pour sortir de chez lui… au vu de l’actualité avec la pandémie de coronavirus, son comportement ne choque finalement pas. Tant d’interrogations restent en suspens, j’ai hâte de continuer à suivre leur aventure amoureuse compliquée.


Parasites amoureux (T1)
- Scénario : Sugaru Miaki
- Dessins : Yuki Hotate
- Traducteur  : Studio Charon
- Éditeur français : Delcourt Tonkam
- Collection : Moonlight Manga
- Format : 130 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 5 février 2020
- Numérotation ISBN : 9782413023968
- Prix : 7,99 €


© Delcourt Tonkam-Tous droits réservés
© SUGARU MIAKI 2018 © YUKI HOTATE 2018 © SHION 2018 / KADOKAWA CORPORATION



Anne Schnebelen
23 mars 2020




PNG - 127.4 ko



PNG - 107.2 ko



PNG - 112.3 ko



PNG - 118 ko



PNG - 137 ko



Chargement...
WebAnalytics