Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Danganronpa (T1)
Takashi Tsukimi
Mana Books

Ecole privée Kibôgamine.
Cette école reconnue officiellement par le gouvernement, recrute les meilleurs lycéens dans tous les domaines, les fameux « ultimes ». Son but est d’éduquer les jeunes espoirs qui vont bâtir le futur du pays, d’où son surnom d’école de l’espoir. Makoto Naegi est un des privilégiés, recruté personnellement par cette école prestigieuse. Enthousiaste le jour de sa rentrée, il se retrouve seul dans sa salle de classe. Perplexe, il se rend au gymnase où il retrouve 14 autres lycéens « ultimes » qu’il avait déjà vus sur internet. Monokuma, le proviseur, débarque : il s’agit en fait d’un nounours qui parle ! Les jeunes espoirs sont déstabilisés. Monokuma leur explique qu’ils vont tous devoir vivre ensemble dans cette école pour toute leur vie. Les sorties sont scellées, ils sont coupés de l’extérieur. La seule façon de sortir de cette école est d’obtenir son diplôme en tuant un camarade sans se faire démasquer...



Le hasard n’existe pas : seuls les meilleurs sont choisis pour intégrer l’école privée Kibôgamine. Élu, Makoto Naegi déchante de suite. Il est pris au piège par un proviseur diabolique et déjanté qui n’est autre qu’un ours en peluche cinglé qui les contraint à participer contre leur gré à un obscur jeu de la mort.

PNG - 415.2 ko

“Danganronpa” est la première adaptation française du jeu vidéo Danganropa : Trigger Happy Havoc, visual novel crée par Spike Chunsoft en 2010. Très populaire au Japon, le visual novel est un genre hybride interactif entre jeu vidéo et littérature. Les éditions Mana Books nous font découvrir le monde de “Danganronpa” en 4 tomes. Le lecteur est de suite dans le vif du sujet, pas de blablas inutiles. Les 14 autres élèves sont de suite présentés, chacun avec son talent ultime et son look particulier. Et il y a surtout ce fameux proviseur givré, amusant de prime abord et surtout dangereux et effrayant. Il s’amuse à imaginer ses élèves en tuant d’autres, pour son plus grand plaisir. Le jeu mortel démarre sur les chapeaux de roues avec le premier meurtre qui accuse Makoto. Les élèves récupèrent les différents indices en vue du tribunal de classe.

Takashi Tsukimi m’a captivé dès l’ouverture du manga. L’histoire est bien conçue avec ce proviseur inattendu qui tient ses élus avec un chantage bien ficelé. Mais qui est-il vraiment ? S’agit-il d’un ours téléguidé ou d’un être venu d’ailleurs ? Je suis intriguée par cet ours noir et blanc tout mignon (de loin). Les dessins sont fidèles au design du jeu, les personnages ont chacun une particularité qui donne un résultat efficace. La couverture est de bonne facture et donne envie d’ouvrir ce manga, avec des couleurs bien choisies, avec en prime, les 4 premières pages en couleurs.

L’ambiance du huis clos est oppressante à souhait dans cette version manga de “Danganronpa” qui démarre bien. Vivement la suite !


Danganronpa (T1)
- Auteur : Takashi Tsukimi, d’après le jeu de Spike Chunsoft
- Traducteur  : Teddy Dumont
- Éditeur : Mana books
- Format : 130 x 180 mm
- Pagination : 192 pages, sens de lecture original
- Dépôt légal : 7 février 2019
- Numéro ISBN : 9791035500870
- Prix public : 7,90 €


© Mana books - Tous droits réservés



Anne Schnebelen
16 mars 2019




PNG - 101.2 ko



PNG - 86.3 ko



PNG - 41.8 ko



PNG - 67.9 ko



Chargement...
WebAnalytics