Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Atom Agency (T1) Les bijoux de la Bégum
Yann et Schwartz
Dupuis

En plein été 1949, un vol fait les grands titres de tous les journaux. L’épouse de l’homme le plus riche du monde, le sultan Aga Khan III, a été délestée de ses bijoux d’une valeur de plus de 200 millions de francs. Atom Vercorian voit cette affaire comme un tremplin pour que son agence de détectives décolle enfin. Il va cuisiner son père, commissaire au 36 quai des orfèvres, et ses adjoints, ses oncles Simoun et Javel, pour en apprendre le maximum sur ce vol. Puis, avec son associée Mimi, une fan de catch, direction la Canebière... et les ennuis.



JPEG - 58 ko

Yann part d’un fait réel, le vol des bijoux de la Bégum à la fin des années 40, comme point de départ de son scénario. Il s’agit d’une plongée dans le temps, d’un retour vers un passé aujourd’hui bien loin : pas de ceintures de sécurité dans les véhicules, cigarettes aux lèvres au boulot, façon de parler, l’après-guerre... Les personnages principaux sont pour la plupart Arméniens, d’où des prénoms particulièrement peu usités : Atom, Simoun, Tigran... Pour Atom, le chemin est tout tracé, il doit épouser une Arménienne, c’est ainsi. Son paternel le voit d’un mauvais œil fréquenter Mimi, même si c’est dans le cadre d’un boulot qu’il n’estime guère sérieux, soit dit en passant. Pour muscler leur équipe, Mimi recrute une vieille connaissance, Jojo la toupie, un véritable colosse, ancien catcheur. L’équipe est formée, il leur reste à résoudre l’affaire pour toucher l’argent de l’assurance et enfin sortir du rouge.

JPEG - 95.7 ko

Le dessin de Schwartz relève de la ligne claire, il est lumineux, riche en détails et se révèle parfaitement adapté au récit. Au premier regard, les personnages se reconnaissent, à l’exemple d’Atom et de son improbable paire de sourcils noirs. Jojo possède la carrure d’une armoire, les méchants arborent le visage de l’emploi, la femme fatale apparaît dans toute sa splendeur... Le côté désuet de cet album est assumé, ce qui le rend d’autant plus sympathique. Son humour décalé permet bien des péripéties qui font vibrer les lecteurs, avides de la grande aventure, sans craindre pour la vie des héros.

JPEG - 97.4 ko

Le premier tome de la série, “Atom Agency”, fait montre d’une belle fraîcheur. La ligne claire colle bien au sujet, les personnages se révèlent sympathiques et bien différents les uns des autres. Le choix de la nationalité arménienne pour le protagoniste principal offre un cadre intéressant et surprenant, permettant au passage d’évoquer la famille Aznavourian. “Les bijoux de la Bégum” séduira sans problème les nostalgiques de la BD franco-belge, mais aussi les amateurs de bonnes bandes dessinées tout simplement.

Yann et Schwartz livrent là une très belle évasion visuelle et scénaristique. Atom, Mimi et Jojo n’ont sûrement pas fini de nous transporter vers un passé révolu sur fond d’enquêtes passionnantes et rythmées.


(T1) Les bijoux de la Bégum
- Série : Atom Agency
- Scénario : Yann
- Dessin : Olivier Schwartz
- Couleurs : Hubert
- Éditeur : Dupuis
- Collection : Grand Public
- Dépôt légal : 19 octobre 2018
- Pagination : 54 pages couleurs
- Format (en cm) : 24 x 32
- ISBN : 9782800173948
- Prix public : 15,95 €


Illustrations © Schwartz, Hubert et Dupuis (2018)



François Schnebelen
25 février 2019




JPEG - 27.5 ko



JPEG - 22.6 ko



JPEG - 21.6 ko



JPEG - 23.3 ko



JPEG - 26 ko



JPEG - 20.4 ko



JPEG - 34.2 ko



Chargement...
WebAnalytics