YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Alerte à Paris !
Édition Simple TF1 Vidéo
4 mai 2006


Des rats, des milliers de rats, des millions de rats ! Profitant d’une grève prolongée des éboueurs parisiens, les grosses bêtes à poils gris envahissent la capitale.
Bon, en plus, il s’agit d’une race mutante particulièrement agressive et porteuse d’un virus inconnu... Pas de quoi rigoler surtout quand les malades commencent à submerger les hôpitaux et les rats, les appartements.

Diffusée le lundi 24 avril à 20h50 sur TF1, cette adaptation de la production allemande « Ratten, Sie Werden Dich Kriegen » de Alexander M. Rumelin, elle-même fortement influencée par la trilogie horrifique de James Herbert (« Les Rats ») récemment rééditée par les éditions du Fleuve Noir, est un téléfilm intéressant à plusieurs niveaux.

D’une part, il s’agit d’une des rares plongées de notre bien frileuse production hexagonale dans le domaine du fantastique horrifique et, d’autre part, le résultat final est un excellent exemple des défauts et qualités du made in France.

Parlons tout d’abord des sujets qui fâchent !
La réalisation de « Alerte à Paris ! », très classique, révèle les manques actuels de nos productions : tout est trop clean, trop parfait...
Les actrices sont maquillées comme si elles sortaient de chez l’esthéticienne et habillées comme dans un catalogue de prêt-à-porter -au point que l’on se demande s’il faut absolument coller aussi près du sacro-saint dogme de la ménagère de 30 à 50 ans (RATissons large !).
Look de baroudeurs de l’extrême (barbe de deux jours, et bronzage aux UV compris), les principaux rôles masculins souffrent des mêmes défauts. Les personnages censés représenter les autorités politiques, policières ou militaires sont si caricaturaux que l’on finit par supposer qu’il s’agit d’agiter volontairement un populisme télévisuel plutôt facile.
Autre aspect déplaisant de la distribution, si vous êtes un peu enveloppé, trop maigre, chauve, black ou beur, bref, typé et avec une gueule, expatriez-vous ou renoncez à une carrière télévisuelle, ce n’est pas le moment ! Il faut rentrer dans un moule assez sélectif : beau et blanc de préférence, donner l’impression de pouvoir habiter un agréable quartier bobo parisien et être tiré à quatre épingles...
Quant au suspense principal de l’intrigue (trouver un remède à la maladie et éliminer les rats -pas rien quand même), il est démonté en 30 secondes (zut !) dans une scène où il faut avoir moins de 10 ans pour ne pas comprendre où se trouve la solution.
Décors et photographie globale sont à l’avenant. Pas une lézarde sur les murs, peintures nickels, poussière invisible (des parkings souterrains où l’on mangerait presque par terre) et même les poubelles semblent sorties de l’usine dans laquelle elles sont fabriquées... Le tout est une esthétique assez incroyable et pas crédible, tant on est certain que tout cela n’existerait jamais dans la vraie vie.
Ultime concession à l’absence relative de prise de risque, surtout si l’on s’attache au jeu des comparaisons avec la moindre production HBO (le must actuel) ou même avec une série allemande comme « L’Empreinte du Crime » qui a tout compris, pas ou peu de gros plans, tout est cadré au mieux à hauteur des épaules ou de la taille et la caméra ne semble connaître que deux angles de visions : l’horizontalité et la verticalité !
Et toujours ces éternelles scènes qui ne servent à rien mais se la jouent « vie de tous les jours »... En gros, et vas-y que je te passe 5 minutes à me laver les dents, à ouvrir une portière de voiture ou à marcher sans raison dans les rues ou dans un couloir. Perte de rythme, manque de nerf.
Action ! Action ! s’écrie-t-on mentalement durant le visionnage.

Bref, le constat est sévère mais comment voulez-vous ficher convenablement la trouille au spectateur moyen s’il ne croit pas à tout cela durant plus d’une minute ?
Dommage car le sujet se prêtait à une exploitation populaire, au bon sens du terme, de l’histoire. Les rats sont des animaux globalement détestés et redoutés, le postulat de départ est plus que crédible et pourrait fort bien nous tomber dessus beaucoup plus vite que la grippe aviaire, les effets spéciaux numériques sont quasi parfaits (sauf dans la séquence explosive finale) et l’utilisation de vrais rats frôle la perfection (félicitations à Pierre Cadeac).
Venons-en au trio d’acteurs. Claire Borotra est charmante, Thierry Neuvic très convaincant et David Brécourt aurait peut-être mérité un rôle moins caricatural et un peu plus déjanté. Dans l’ensemble, la distribution tire le maximum (avec un grand sérieux) d’un scénario qui aurait mérité d’être plus étoffé. Deux épisodes d’une heure trente avec un cliffhanger haletant intermédiaire aurait sans doute permis de mieux tenir l’intrigue tout en donnant un peu plus de consistance aux personnages.

On sent bien que Charlotte Bränström (réalisation) s’est lâchée discrètement une fois ou deux (une séquence bien fun dans les douches féminines d’une piscine, une scène limite gore vers la fin) mais pour le reste, s’il fallait secouer le client, il ne fallait pas non plus prendre le risque qu’il zappe sur une autre chaîne...
Faute d’aller au bout de ses idées, « Alerte à Paris ! » ne dépasse pas le stade de la petite anticipation agréable à regarder.

L’édition DVD est plus que correcte (accès par chapitres, bonus) avec enfin un vraie image 16/9 accompagnée d’une photographie très propre et d’un son DD 5.1 qui exploite parfaitement les capacités sonores des enceintes latérales. Finalement, c’est le petit making of centré sur les rats (dressage, utilisation et effets spéciaux) qui est particulièrement intéressant et arrache le morceau.

Une production qui respecte le spectateur et dont on ne discute que les choix artistiques. Un téléfilm distrayant qui procure quelques frissons mais ne vous fera pas faire de cauchemars.

FICHE TECHNIQUE
Alerte à Paris !
Téléfilm Français de Charlotte Bränström (2005)
Durée : 1h 30
Production originale : TF1 - Alma Productions - Fontana - RTL-TVI
Réalisation : Charlotte Bränström
Scénario, dialogues et adaptation : Bruno Dega
D’après le scénario original du téléfilm « Ratten, Sie Werden Dich Kriegen » de Alexander M. Rümelin
Entraînement des rats : Pierre Cadeac
Productrice : Caroline Hertman
Avec : Claire Borotra (Laurence Renoux), Thierry Neuvic (Alex Cirelli),, David Brécourt (Jacques Cortot), etc.
Édition DVD : TF1 Vidéo
Presse : 7 à Voir Prod. (Nathalie Chambon assistée de Tamara Bruchet, Aubervilliers).
Références DVD : EDV 1035 - DIV 526 - ASIN
Prix : 19,99 €

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
DVD 9, simple face et double couche (6,57 Go), Zone 2, Pal.
Menu d’accueil en français
Navigation via les items Film, Chapitre, Audio, Making of et Internet
Format d’image : 16/9 TV compatible 4/3
Son : Français en Dolby Digital 5.1 et Dolby Digital 2.0 (5.1 efficace et très clair, le 2.0 est pratique pour les moins équipés en hautes technologies)
Sous-titres : néant (rien pour les sourds et les malentendants).
Chapitres : 12
Durée : 1h 30’ 12’’ (film) + 16’58 (making of)

BONUS
Making of (16’58) : un excellent petit documentaire, centré sur les rats : effets spéciaux, numériques, scènes ardues, dressage des bêtes, tout y est. Mention spéciale au dresseur. À ne pas rater !

Internet : lien vers http://www.tf1video.fr via un lecteur de DVD Rom connecté à internet.

APPRÉCIATION GLOBALE
Édition DVD au dessus de la moyenne et plus que correcte (belle image en 16/9 et son DD 5.1 efficace) avec un petit Making Of très intéressant. Malheureusement, « Alerte à Paris ! » ne dépasse pas le stade du téléfilm à la française, volontairement très sage. Malgré un casting plutôt sympa et une remarquable utilisation des rats, on en reste au stade du divertissement agréable qui renonce à toutes les possibles velléités horrifiques. Dommage !


Stéphane Pons
19 mai 2006






JPEG - 19.4 ko



JPEG - 19.9 ko



JPEG - 10.6 ko



WebAnalytics