Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Gardiens de la comète (Les), tomes 1 & 2 : Une fille venue des étoiles / L’attaque des Pilleurs
Olivier Gay
Rageot, roman (France), fantastique, mars 2018, 120 pages, 9,90€

Ils sont quatre ados : Emma, la bricoleuse timide, Hugo, le grand brun effacé qui dessine des mangas, Nathan sportif et toujours la blague aux lèvres. Et Océane, la fille la plus populaire du lycée, fille du député. Les trois premiers, copains de toujours, se retrouvent en forêt alors qu’un bout de météorite vient de tomber, pas loin de la chez la quatrième.
Mais ce n’est pas un bout de caillou qui est tombé du ciel, mais une capsule, avec une fille dedans ! une fille évanescente, encore sous le choc, qui leur donne de fabuleux pouvoirs pour qu’ils la protègent, et leur monde aussi, des Pilleurs à ses trousses.
Les Pilleurs, des monstres qui encouragent les émotions négatives pour s’en nourrir, jusqu’à conduire les mondes à s’auto-détruire...



Olivier Gay a écrit du polar et de la fantasy pour les adultes, mais aussi une multitude de séries fantastiques pour la jeunesse, dont les 5 tomes du Noir est ma Couleur, également chez Rageot, dans lequel il déploie une connaissance fine de la psychologie des adolescents. « Les Gardiens de la Comète » met en scène des héros un peu plus jeunes, 12-13 ans, avec des préoccupations un peu différentes. La série s’adresse même à des lecteurs un cran plus jeunes (8-10 ans), et on y retrouve la fluidité de l’écriture de l’auteur, qui sait nous immerger dans ses histoires avec réalisme et sans fioritures superflues.

Ces deux premiers tomes sont d’une structure très classique. Le premier met en place les personnages, la situation initiale (leur rencontre avec Céleste, comme ils baptisent cette « Fille tombée du ciel ») et leur découverte, souvent dans le feu de l’action et/ou à leur grande surprise, de leur pouvoir. En fait, Céleste n’a fait qu’amplifier, décupler, leurs aptitudes naturelles Si pour Nathan cela se traduit simplement par des capacités physiques dignes de Superman (enfin, il ne vole pas), Océane la belle parleuse est désormais capable de convaincre n’importe qui de n’importe quoi, ce qui va leur faciliter la vie dans les heures qui suivent pour empêcher leurs parents de s’inquiéter de leur absence. Hugo peut donner vie à ses dessins, mais c’est épuisant. Enfin, Emma réalise des inventions phénoménales avec des bouts de ficelle, notamment un pistolet anti-Pilleurs... un peu lent à la détente.

On voit aussi s’esquisser un carré amoureux (plus qu’un triangle), puisque Hugo en pince pour Emma qui craque sur Nathan qui n’est pas insensible au charme d’Océane (qui pour l’instant n’aime qu’elle-même). La râleuse du groupe, la pièce rapportée, s’avèrera une pauvre petite fille riche, délaissée par son père et prisonnière de son rôle de fille « populaire » au collège, tandis que les trois autres ont une étiquette de losers. Comme à son habitude, Olivier Gay nuance très bien les archétypes sur lesquels sont bâtis ses héros, et les humanise avec talent.

Dans « l’Attaque des Pilleurs », on passe à la vitesse supérieure. Emma bricole des lunettes pour reconnaître les monstres qui peuvent prendre forme humaine. Ils se préparent, comme ils peuvent, à les affronter, mais leur principal souci est surtout de ne pas attirer l’attention, et ils doivent retourner au collège. Eh oui, on a beau avoir des pouvoirs, c’est pas en étant collé en retenue ou privé de sortie dans sa chambre qu’on pourra sauver le monde. S’il y a bien un domaine où Olivier Gay excelle, c’est le réalisme. Du « Noir est ma Couleur » à « La Magie de Paris », il n’oublie jamais que ses personnages sont mineurs et donc pas totalement libres de leurs allers et venues !
Ces épreuves, comme dans tout roman d’apprentissage, permettront aux héros, notamment Hugo et Emma, de dépasser leurs faiblesses, leur timidité, pour oser s’affirmer, décider... Parfois avec succès, parfois... Et le pouvoir de l’ennemi, un poil Côté Obscur, exacerbe les pulsions négatives, les peurs, les hésitations. Il faut donc leur opposer la confiance en ses amis, la détermination à ne pas les abandonner, des valeurs positives à consolider.

Je regrette de ne plus avoir 10 ans, et d’avoir dévoré en deux heures ces deux premiers tomes de 120 pages écrits gros et agréablement illustrés de planches pleine page signées Oriol Vidal, du plus bel effet, tout comme la typo en couverture.
Hâte de poursuivre avec « Seuls contre l’imposteur » !
D’ici là, on cherchera les multiples allusions et références très contemporaines (ou moins, l’auteur aura 40 ans cette année, qui le croirait ?) qui parsèment le texte. Je suspecte que les titres des chapitres du second tome renvoient à la série « Friends » (ça nous rajeunit pas non plus) mais je peux me tromper... car le vocabulaire et la syntaxe, notamment des dialogues, est très contemporaine, et dénote là aussi une solide observation, quasi anthropologique, des jeunes d’aujourd’hui (« trop stylé ! »).


Titre : Une fille venue des étoiles ; L’attaque des Pilleurs
Série : Les gardiens de la comète, tomes 1 & 2
Auteur : Olivier Gay
Couverture et illustrations : Oriol Vidal
Éditeur : Rageot
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 120
Format (en cm) : 21 x 14,5 x 1
Dépôt légal : mars 2018
ISBN : tome 1 : 9782700256338 / tome 2 : 9782700256345
Prix : 9,90 € chaque tome



Nicolas Soffray
26 janvier 2019


JPEG - 43.8 ko



JPEG - 37.7 ko



Chargement...
WebAnalytics