Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ayako, intégrale - Édition prestige
Osamu Tezuka
Delcourt Tonkam

Yokohama, 13 janvier 1949.
Les familles viennent accueillir les soldats au port qui est noir de monde. Jiro Tengé est devenu agent secret au service des Américains et fait partie de ces soldats rapatriés. Son retour est plutôt mal vu par son père qui aurait préféré qu’il meure pour sa patrie. Il retrouve sa famille dont les liens se sont dénaturés. Il fait la connaissance d’une nouvelle petite sœur adorable de 4 ans, Ayako, petite préférée du père. Elle ressemble étrangement à la femme de son frère aîné Ichiro avec la même tâche de naissance dans la nuque.

PNG - 86.2 ko

Sa sœur Naoko, membre du Parti Populaire des Travailleurs est également rejetée par son père. C’est lorsque les supérieurs de Jiro lui demandent de mettre un cadavre sur les voies du chemin de fer que le vrai drame commence…



Sans le vouloir, Ayako assiste à une terrible scène qui va changer le cours de sa vie. Le conseil de famille décide d’enfermer Ayako dans la resserre jusqu’à ce que l’affaire s’étouffe d’elle-même. Une séquestration qui va durer 23 ans !

PNG - 182.4 ko

Prépublié dans la revue Big Comic des éditions Shôgakukan entre janvier 1972 et juin 1973 au Japon, “Ayako” est l’un des récits majeurs de Osamu Tezuka. Il faudra attendre 2003 pour découvrir ce chef-d’oeuvre en France. Les rebondissements ne cessent tout au long de l’histoire et font de “Ayako” un manga passionnant qui n’a pas pris une ride et, surtout, d’intérêt. Les membres de la famille Tengé ont un fort caractère, Osamu Tezuka prend le soin de développer la psychologie de chacun. Les femmes sont brimées, violées, le paternel décide de tout. Tous les hommes Tengé sont des criminels obsédés par le sexe, la richesse ou le pouvoir, tandis que les femmes sont présentées comme leurs victimes. Ayako est le fruit d’une relation adultérine entre le père et la femme de son fils, un fils donnant sa femme en pâture en contrepartie d’une promesse d’héritage. Ignoble ! Tout le monde le sait, mais personne ne dit rien, le sujet est tabou. Ayako est une victime innocente de la folie collective des membres de sa famille. Aimée de tous, sans de doute même de trop puisqu’en grandissant elle vivra une histoire d’amour avec son frère.

PNG - 145.7 ko

À travers les membres de cette famille hypocrite, la société japonaise d’après-guerre est pointée du doigt avec la critique de la guerre sur fond d’espionnage. Osamu Tezuka se fonde également sur des réalités historiques : le vrai patron des chemins de fer japonais a péri de la même manière que le personnage du manga.
Surnommé le « dieu du manga », Osamu Tezuka a révolutionné la culture japonaise de son temps avec 700 titres... ça parait inimaginable. Un acharné de travail avec des dessins dynamiques qui ne vieillissent pas.

PNG - 153.4 ko

Dans cette superbe réédition intégrale d’“Ayako” (pour la première fois dans son sens de lecture original), on découvre une fin alternative inédite, initialement publiée au Japon. Il y a donc deux fins proposées au lecteur, l’idée est bonne, j’ai fait mon choix. Delcourt nous gâte en rééditant en même temps une autre série incontournable de Osamu Tezuka : “L’histoire des 3 Adolf”, un des premiers mangas à parler de la Shoah au milieu des années 1980.

“Ayako” est un chef d’oeuvre qu’il ne faut louper sous aucun prétexte !


Ayako - Edition prestige
- Scénario : Osamu Tezuka
- Éditeur : Delcourt Tonkam
- Collection : Delcourt Tonkam Seinen
- Format : 15,7 x 21,6 cm ????
- Pagination : 728 pages noir et blanc, sens de lecture original
- Dépôt légal : 20 juin 2018
- Numéro IBSN : 9782413005025
- Prix public : 29,99 €


AYAKO © by Tezuka Productions
Illustrations © Osamu Tezuka et Editions Delcourt Tonkam (2018)



Anne Schnebelen
4 janvier 2019




PNG - 38.4 ko



PNG - 52.2 ko



PNG - 50.8 ko



PNG - 88.2 ko



PNG - 62.6 ko



PNG - 63.9 ko



Chargement...
WebAnalytics