Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




6 nouvelles
Ray Bradbury
Gallimard, Folio+ collège, n°48, roman traduit de l’anglais (États-Unis), science-fiction, 220 pages, septembre 2018, 4,90€

Avec son numéro 48, la collection Folio+ collège publie de la science-fiction avec une sélection de 6 nouvelles de Ray Bradbury, dont deux extraites des « Chroniques martiennes ». Un excellent choix, car cet écrivain est connu pour la qualité de sa prose et se révèle accessible pour le public visé.



La première “Ylla” transporte les lecteurs sur Mars avec une autochtone rêvant de l’arrivée de la première expédition terrienne. Dans une maison qui nous est des plus étrangères, son mari accepte mal ses songes, car il a peur qu’un fond de vérité ne s’y cache.
“Viendront de douces pluies” montre l’agonie d’une maison automatisée sur une Terre moribonde, abandonnée par ses habitants.
Il s’agit là de la seconde et de l’avant-dernière nouvelles du recueil / fix-up « Chroniques martiennes » ; un important laps de temps sépare les deux situations, laissant une vaste zone d’ombre sur l’évolution de notre planète depuis la première expédition humaine vers la planète rouge. Bizarrement, entre deux versions de “Viendront de douces pluies” (la présente et celle du recueil du premier trimestre 1977), la datation n’est pas du tout la même : 2057 et 2026 !
Le gap temporel prête à l’interrogation pour combler le vide ou pour suggérer la lecture du recueil, ce qui est une bonne idée.

“La brousse” dénonce les dérives causées par ces maisons où tout est automatisé, faisant tout à la place de ses locataires. Les enfants acceptent cet état de fait, cette facilité offerte par le confort et s’en passer leur est inconcevable.

Les automates remplaçant les humains figurent au cœur de “Automates, société anonyme” et “Châtiment sans crime”. Recourir à cette solution revient à emprunter la voie de la facilité plutôt que d’affronter le problème à bras-le-corps. Payer s’avère plus simple qu’une explication, peut-être génératrice de conflit.

Dans “L’enfant de demain”, la défaillance d’une machine entraîne la naissance d’un bébé dans une autre dimension. Découvrir sa progéniture sous la forme d’une pyramide bleue avec des tentacules peut surprendre... Comment est-elle considérée ? Son apparence supplante-elle ce qu’elle est réellement ? Difficile cas de conscience pour les parents.

La condition humaine est abordée à travers ces six nouvelles dans lesquelles le progrès scientifique se révèle sournois. En effet, beaucoup y voient matière à changer la réalité, à la rendre plus belle en la contournant sans s’attaquer à la vraie source du problème : la maison qui s’occupe de l’éducation des enfants, se faire remplacer par un automate auprès des sa femme envahissante, déverser sa haine sur un automate au statut flou, la création mécanique de l’homme lui survivant...
Les nouvelles de Ray Bradbury sont une belle porte d’entrée dans la science-fiction qui se plaît à imaginer le futur, tout en poussant les lecteurs à s’interroger sur le présent. Le fait qu’elles datent tout de même n’est pas gênant en soi, le choix est judicieux, car la prose de Bradbury est soignée et ses thématiques facilement abordables.

Cet ouvrage est bien loin de se résumer aux seules nouvelles, un important dossier monté par Marianne Chomienne, agrégée de lettres modernes, l’étaye sur plus de cent pages. Il débute par une phase de découverte abordant les personnages, les thèmes, l’époque où les nouvelles ont été écrites, parlant notamment des pulps... ce qui situe le contexte, avant d’analyser plus avant les œuvres (construction, caractérisation des personnages, intentions de l’auteur...). Il suggère aussi d’entamer le dialogue autour des thèmes décrits et dresse une liste de quelques livres susceptibles d’intéresser les lecteurs.
Les différents articles ne sont jamais trop longs, souvent complétés par des questions pour donner plus d’interactivité et pousser le lecteur à mener sa propre réflexion autour de ce qu’il a parcouru.

Consacrer un ouvrage de Folio+ collège, donc à destination des troisièmes, à la science-fiction relève de la bonne initiative, car ce genre a tant à offrir. Il pousse à l’interrogation, à voir le présent et l’avenir sous un œil plus critique. Il développe aussi l’imagination et choisir six nouvelles de Ray Bradbury est un bon choix.
Espérons que la curiosité poussera les adolescents à franchir le pas, à vouloir connaître les événements entre “Ylla” et “Viendront de douces pluies” en se procurant les « Chroniques martiennes ». Tout un monde s’ouvrira alors à eux...


Titre : 6 nouvelles
Auteur : Ray Bradbury
Composition et traduction de l’anglais (États-Unis) : “L’enfant de demain”, Jane Fillion ; “Châtiment sans crime”, Roland Delouya et Henri Robillot ; “Ylla” et “Viendront de douces pluies”, Jacques Chambon et Henri Robillot ; “La brousse” et “Automates, société anonyme”, Constantin Andronikof
Dossier : Marianne Chomienne
Couverture : Deux habitants de la Lune observent à l’aide d’une longue vue l’Europe embrasée par la Première Guerre mondiale (détail). Illustration d’Auguste Roubille pour la revue « La Baïonnette » en 1918
Éditeur : Gallimard
Collection : Folio+ collège
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 220
Format (en cm) : 12,5 x 17,8
Dépôt légal : septembre 2018
ISBN : 9782072769900
Prix : 4,90 €


Ray Bradbury sur la Yozone :
- « Le Zen dans l’art de l’écriture »
- « La Foire des ténèbres »
- « Un Remède à la mélancolie »

Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
16 octobre 2018


JPEG - 1.8 Mo



WebAnalytics