YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Noise (T1)
Tetsuya Tsutsui
Ki-oon Seinen

Le village de Shishikari était comme les autres petits villages ruraux trop près des grandes villes : en train de se dépeupler peu à peu. Mais grâce à Keita Izumi et sa production de figues noires, une nouvelle gloire arriva sans prévenir. Les caisses de la ville se remplirent à nouveau et même les journalistes locaux vinrent faire la promotion du jeune agriculteur. S’il y a vraiment un profiteur dans l’histoire, c’est bien l’adjoint au maire, qui utilisa l’argent pour rénover la mairie et construire une grande bibliothèque. Keita aurait préféré que soit construite une école pour sa fille, ce qui aurait peut-être empêché sa femme de faire ses valises pour Nagoya et qu’il se retrouve à devoir se battre pour la garde d’Erina. C’est alors que sa vie était déjà compliquée qu’arriva un homme des plus louches. Il disait s’appeler Mutsuo Suzuki. Dès les premiers instants, l’homme lui fut antipathique, et pas seulement parce qu’il s’apprêtait à manger à l’œil des figues en piquant dans la caisse.



L’homme raconta venir de Nagoya et vouloir quitter la folie de la ville pour le calme de la campagne. Et même s’il n’était pas vraiment un habitué de la vie agricole, il était costaud et prêt à accepter n’importe quel boulot. L’instinct et la méfiance de son ami Jun poussèrent Keita à ne pas donner immédiatement une réponse et la suite allait lui donner raison. Une petite enquête sur le net mena les deux amis sur le profil d’un homme coupable de viol et d’avoir découpé sa victime, un certain Mutsuo Komisaka dont la photo était le portrait craché de Suzuki. Impossible que cela ne soit qu’une coïncidence malgré la différence de nom. A Nagoya, l’inspecteur Hatakeyama reçoit la déposition d’une femme inquiète de la disparition de son père. Ce dernier aidait à la réinsertion d’anciens prisonniers et depuis une semaine, elle n’a plus de nouvelles de lui. En poussant son interrogatoire, Hatakeyama découvre que le disparu avait été jusqu’à donner son nom à un de ses derniers pensionnaires pour l’aider dans la vie, faisant du dénommé Mutsuo Komisaka un Mutsuo Suzuki...

JPEG - 69 ko

Après “Prophecy” et sa séquelle moins réussie, Tetsuya Tsutsui revient avec un thriller vous prenant aux tripes : “Noise”. Tout commence dans une campagne tranquille japonaise, dans un petit village qui bénéficie des retombées économiques d’une culture de figues noires. Bien évidemment, ce portrait idyllique cache de nombreuses zones d’ombres, le fameux producteur de figues, le jeune Keita, traversant un moment très compliqué : un divorce. Et pour ne rien arranger à la situation, il doit se battre pour obtenir la garde de sa fille. Encore une fois, Tetsuya Tsutsui nous entraîne dans la vie de gens qui pourraient être nos amis, nos voisins, leur vie faisant naturellement écho à des souvenirs ou des moments que le lecteur a également vécu. Mais pour que tout vire au cauchemar, il faut un vrai méchant, un personnage tellement antipathique qu’il sera détesté à la première image par le lecteur. Mutsuo est le sale type par excellence et le mangaka ne va pas cacher sa véritable identité car là n’est pas le cœur du suspense que va créer Tetsuya Tsutsui.

Violeur et tueur de sa victime, tueur sadique qui n’hésitera pas à la découper en morceaux. Le contexte est posé et la perversion de Mutsuo transpire à chaque case où il apparaît. Le dessin hyper réaliste de Tetsuya Tsutsui génère une tension palpable, le mangaka parvenant à révéler un sentiment, une pensée sordide par un regard, une expression. Le talent de Tetsuya Tsutsui explose dans chaque planche, son scénario étant digne d’un film ou plutôt d’une excellente série policière vu que l’histoire demandera plusieurs tomes. La confrontation entre les habitants et le tueur sera d’abord aimable avant de dégénérer, mais je vous laisse découvrir l’événement qui sera à l’origine du suspense dont je parlais. Evidemment je meurs d’envie d’en parler car Tetsuya Tsutsui va nous surprendre et nous emmener sur un terrain assez inattendu mais délectable au niveau de l’intérêt de la série. Et évidemment je tiendrai ma langue ou plutôt je retiendrai mes doigts de taper le mot de trop.

Encore une fois, Tetsuya Tsutsui nous offre un petit bijou, un seinen de très haut niveau qui démontre l’incroyable talent de ce mangaka. Mais quelqu’un en doutait-il un seul instant ?


Noise (T1)
- Auteur : Tetsuya Tsutsui
- Traducteur  : David Le Quéré
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 198 pages
- Date de parution : 6 septembre 2018
- Numéro ISBN  : 979-10-327-0311-3
- Prix : 7,90 €


A lire sur la Yozone :
Prophecy, la bande annonce
Tetsuya Tsutsui à la Japan Expo
Prophecy (T1)
Prophecy (T2)
Prophecy (T3)
Prophecy, The Copycat (T1)
Prophecy, The Copycat (T2 et 3)


© Tetsuya Tsutsui / Ki-oon


Frédéric Leray
7 octobre 2018






JPEG - 26 ko



JPEG - 18.9 ko



JPEG - 29 ko



JPEG - 29.1 ko



WebAnalytics