Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Malenfer, tome 1 : La Forêt des Ténèbres
Cassandra O’Donnell
Flammarion Jeunesse, roman (France) fantasy, 215 pages, octobre 2014, 10€

Les parents de Gabriel et Zoé sont partis chercher un sorcier, s’il en reste un dans ce monde, pour contrer le mal qui menace leur ville : la forêt de Malenfer se cesse de croître, nul ne peut couper les arbres et ceux qui s’approchent trop disparaissent. Les deux enfants,respectivement âgés de douze et dix ans, se débrouillent seuls à la maison. A leur école, un élève a disparu, et les choses semblent bizarres. Zoé, affecté d’un don de vision qui lui provoque d’étranges rêves, découvre que l’équipe scolaire est composée de créatures magiques !



Le directeur est un loup-garou, sa prof une troll, celui de Gabriel est un walligow, l’infirmière est une sorcière, la surveillante une elfe et le gardien bougon, un nain. Les créatures magiques sont mal vues, et du haut de ses dix ans, Zoé comprend qu’elle doit taire sa découverte.
Cassandra O’Donnell propose avec « Malenfer » une fantasy jeunesse à la fois accessible aux plus jeunes et riche en questionnements. Si l’univers est marqué par la magie, celle-ci n’est pas forcément bien vue : la forêt de Malenfer s’étend sans qu’on puisse l’arrêter, les mages sont rares et rejetés. Les parents de Gabriel et Zoé, qui étudient la magie, vivent à l’écart du village, et n’ont rien dit de leur projet d’aller chercher un mage à la rescousse, de crainte qu’on les en empêche.
Les professeurs cachent leur identité secrète, conscients qu’ils seraient immédiatement pointés du doigt, désignés boucs émissaires par la population. Ils préfèrent agir dans l’ombre, comme ils vont le faire pour résoudre cette disparition d’élève.

C’est sans compter sur Gabriel, Thomas, Ezéchiel et la jolie Morgane, qui cherchent à comprendre ce qui est arrivé au disparu. Première piste, le lac noir, à côté de l’école, duquel il est interdit de s’approcher... S’improvisant détectives, ils surprennent leurs profs en expédition, et ils vont les suivre, au mépris du danger.
Avec son groupe de pré-ados, l’autrice renverse les stéréotypes genrés : Morgane est la plus déterminée, tandis que Thomas, un peu moqueur au début, se révèle le plus craintif. Gabriel, qu’on suit de plus près, tente de dissimuler ses peurs, dans cette aventure comme à la maison, car il est l’aîné et doit prendre soin de sa sœur. Mais Zoé, avec son pouvoir, apparaît tantôt comme une enfant de 10 dépassée par un surnaturel qu’elle ne maîtrise pas, tantôt comme une jeune fille posée et réfléchie, apte à utiliser son savoir magique de son mieux, pour le bien de tous, même si cela signifie parfois se taire ou mentir.

Le gros point fort de « La Forêt des ténèbres » tient dans la psychologie des enfants, notamment Gabriel et Zoé, confrontés à des responsabilités qui ne sont pas de leur âge. Entre craintes légitimes et détermination à aider leurs amis, ils montrent toute la gamme d’émotions et de réactions dont sont capables les pré-ados. Chaque lecteur s’y retrouvera donc.

Face au dragon (parce qu’il y a un dragon, il est sur la couverture), le discours sur la peur de l’autre prend un autre tournant : les professeurs veulent tuer le monstre, oubliant qu’il est, comme eux, un être magique. Cassandra O’Donnell infuse ainsi un second degré de réflexion sur le racisme et met les adultes devant leurs contradictions.

Écrit avec la participation de deux classes de CM, qui ont fait remonter leurs souhaits de personnages et de monstres (dont « une forêt qui mange les gens »), « Malenfer » a tout pour satisfaire les jeunes lecteurs, et a reçu le prix Imaginales des Écoliers.
L’action est omniprésente, les rebondissements nombreux, les intrigues s’entrecroisent. En 200 pages, cela fait beaucoup. Gare à ne pas rater une ligne ou une phrase, car les descriptions sont rares, autant, et c’est dommage, que les magnifiques illustrations de Jérémie Fleury. Mais cette histoire ne s’adresse pas aux lecteurs aguerris friands de pavés potteresques.
Autre regret d’adulte, pour le moment : la forêt de Malenfer, malgré le titre de ce premier tome, ne reste qu’une menace diffuse. D’après les révélations du dernier chapitre, cela devrait changer.
A suivre donc, avec plaisir et curiosité.


Titre : La Forêt des ténèbres
Série : Malenfer
Auteur : Cassandra O’Donnell
Couverture : Jérémie Fleury
Éditeur : Flammarion
Collection : Jeunesse
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 214
Format (en cm) : 20 x 14,5 x 1
Dépôt légal : octobre 2014
ISBN : 9782081344327
Prix : 10 €



Nicolas Soffray
12 septembre 2018


JPEG - 33 ko



WebAnalytics