Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Mage de bataille, tome 1
Peter A. Flannery
Albin Michel Imaginaire, roman traduit de l’anglais (Écosse), Fantasy, 544 pages, octobre 2018, 24€

Dans le passé, les sept royaumes d’Ire pensaient avoir annihilé les Possédés, mais ces derniers se sont relevés et menacent à présent les différentes contrées. L’avancée de leurs armées est inexorable et la vaillance des combattants qui s’y opposent n’y fait rien. En effet, les armées des Possédés sont souvent accompagnées par un démon et la peur qu’il dégage tétanise littéralement ses adversaires qui ne connaîtront plus jamais le repos s’ils trépassent dans cet état. Ils vivront alors une éternité de souffrances.
Seul un mage de bataille peut les protéger de cette peur. Si ce dernier est accompagné d’un dragon, c’est encore mieux, car ensemble ils représentent une grande puissance de feu.
La ville de Caer Dour accueille avec joie Darius, fraîchement formé à ce rôle. Il les aidera à repousser les Possédés en approche, d’autant qu’ils sont accompagnés par un démon. Sous la protection de thaumaturges, il doit encore appeler son dragon, mais les événements dérapent...



Le résumé dresse grossièrement la toile de fond, mais ne dit rien des principaux protagonistes, en premier lieu Falco Danté, le héros de cette histoire. Son père était mage de bataille, mais quand son dragon est devenu noir, la folie l’a gagné. Personne n’a oublié cet épisode et, ce qui n’arrange rien, Falco est rachitique et d’une santé très fragile. Peter A. Flannery nous convie à son parcours, à son dépassement, à sa quête aux multiples visages : qu’est-il arrivé à son père ? comment peut-il se faire pardonner ses propres actes et réhabiliter son paternel ?
Heureusement il est bien entouré : Siméon lui-même ancien mage de bataille l’a recueilli et s’en occupe, bien aidé par sa gouvernante au cœur d’or, et Malaki, son grand ami, qui rêve de devenir chevalier, mais il est fils de forgeron, ce qui n’aide pas. Ce dernier accompagne Falco, les deux s’épaulant face aux épreuves. Rapidement, les lecteurs adopteront les deux amis et se passionneront pour leurs aventures.

« Mage de bataille » relève de la fantasy classique : le bien d’un côté, le mal de l’autre, des batailles opposant les deux camps, des jeunes gens s’élevant dans ce milieu pour sauver tout le monde, des pouvoirs rendant certains plus forts, des dragons sont de la partie, sans qu’ils ne soient encore pleinement exploités... Pourtant il faut reconnaître que l’ensemble est très efficace. À aucun moment, je n’ai éprouvé de sensations de déjà-vu ou l’envie de comparer ce roman avec un autre.
Peter A. Flannery nous lance directement dans le vif du sujet avec la menace qui avance et qui pousse la population de Caer Dour à réagir. Il la rend d’autant plus tangible que combattre un démon ne revient pas seulement à s’exposer à la mort, mais aussi à une possible éternité de souffrances. À l’occasion, l’auteur dresse le programme des réjouissances en prévision qui rappellera l’enfer des religions et le lecteur comprend mieux le danger et le courage qu’il faut pour les affronter.
Il faut avouer que la première bataille en met plein la vue : une grosse dose d’action, du drame, de la tension, avant le retour du calme, prélude à d’autres affrontements. Le mage de bataille démontre son importance, la manière dont il protège et galvanise les troupes.
L’auteur ponctue le roman de nombreux moments importants qui changent la donne. Par exemple, l’arrivée de Darius au départ n’est qu’un trompe-l’œil, l’élément déclencheur à toute une succession d’événements qui conditionnent le récit.
Falco accompagne Malaki à la ville d’Ire et intègre les cadets. La reine et son émissaire espèrent de grandes choses de sa part, mais le chemin pour y parvenir est dur. Il lui faut se dépasser, vaincre sa faiblesse et s’opposer à tous ses détracteurs. La mystérieuse caste des thaumaturges, détentrice de bien des secrets, ne veut surtout pas le voir réussir. Pourquoi ? Seul l’un d’eux, et encore il ne l’est pas de plein droit, le soutient.

Ce premier tome de « Mage de bataille » est riche à tous points de vue. Du rythme, de l’action, des batailles, des personnages attachants qui se transcendent face à la menace, des secrets et motivations cachés qui titillent la curiosité, de l’amitié... il s’agit de fantasy redoutablement efficace, sans temps morts. Peter A. Flannery sait capter l’intérêt des lecteurs de la première à la dernière ligne. Il rappelle avec brio aux amateurs de fantasy pourquoi ils apprécient ce genre. Et même ceux qui en lisent épisodiquement, comme moi, y trouveront leur bonheur. Le destin de Falco Danté ne manque pas de grandeur et se révèle passionnant.
Une très bonne surprise dont on attendra avec impatience le second et dernier tome.

Avec le premier volet d’« Anatèm » de Neil Stephenson et « American Elsewhere » de Robert Jackson Bennett, « Mage de Bataille » est un des trois titres lançant la collection Albin Michel Imaginaire. Un début prometteur !


Titre : Mage de bataille, tome 1 (Battle Mage, 2017)
Auteur : Peter A. Flannery
Couverture : Alain Brion
Traduction de l’anglais (Écosse) : Patrice Louinet
Éditeur : Albin Michel
Collection : Albin Michel Imaginaire
Directeur de collection : Gilles Dumay
Sites Internet : Roman (site éditeur) ; le blog Albin Michel Imaginaire
Pages : 544
Format (en cm) : 14 x 20,5
Dépôt légal : octobre 2018
ISBN : 9782226435774
Prix : 24 €


Chronique faîte d’après les épreuves non corrigées

Pour écrire à l’auteur de cet article :
[email protected]


François Schnebelen
13 septembre 2018


JPEG - 37.6 ko



WebAnalytics