YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Chroniques de Zi (les), tome 2 : Nara
Jean-François Chabas
Nathan, roman (France), fantasy, juillet 2018, 234 pages, 15,95€

Nara est la princesse du Royaume des Trois Vagues. En visite chez ses voisins outremer, elle dévie de sa route et se perd dans les Monts Jaunes, le domaine de l’Ogre. La traque commence, et la princesse ne peut compter que sur elle-même, car elle est victime d’une malédiction depuis sa naissance : quiconque lui porte assistance provoquera sa mort immédiate ! Depuis toute petite, Nara se débrouille donc seule. D’abord surprotégée par ses parents, elle gagne peu à peu sa liberté de mouvement, devenant une sportive accomplie. Elle se révèle aussi très empathique, et s’attire l’affection de son peuple.
Mais voilà, la consigne est sue de tous : vouloir sauver la princesse, c’est la tuer à coup sûr. Aussi lorsqu’elle tombe sur deux nains, Fnill et Fnull, il lui faut ruser pour obtenir leur aide sans qu’ils n’en aient conscience. Elle leur fausse vite compagnie, avant de les mettre en danger, et fatiguée de leurs chamailleries, bien que leurs malheurs l’ait émue.
Mais dehors, l’Ogre rôde toujours. Et la traque l’amuse... Nara va faire d’autres rencontres, avec un dragon, puis une sorcière qui, sentant son lien avec les fées, va la libérer de son fardeau, en échange d’un autre...



Je ne serais pas aussi prolixe que pour « Phelan », les ingrédients sont les mêmes, et le résultat tout aussi excellent : une pointe d’humour, avec les nains et le duo de héros Phelan et Turi, du suspense, avec une traque très oppressante dans un décor forestier sombre et terrifiant, et du merveilleux dramatique savamment dosé. Si « Phelan » vous a plu, « Nara » vous emportera.

On s’était familiarisé avec le royaume des Mille Lacs, l’enfance de Nara nous fait découvre les Trois Vagues, sa société très tournée vers la mer. On pense rapidement à la Polynésie ou Hawaï, la toponymie aidant. Nara pratique un sport entre surf et ski nautique. Enfin, leurs monstres et démons sont essentiellement marins.
Le contraste est donc saisissant entre les souvenirs ensoleillés de Nara et sa situation actuelle, dans la forêt sombre des Monts Jaunes aux sapins immenses. Princesse d’un monde, fuyarde dans l’autre.

La jeune femme, bien que choyée et protégée, a toujours été solitaire. Elle est une autre figure féminine forte, après la sorcière qui ouvrait le premier tome. Sur la magnifique couverture de Guillaume Morellec, on notera aussi sa coupe afro, rappel explicite au physique de Nara, qui a tapé dans l’œil de Phelan : elle n’est pas une princesse aux longs cheveux blonds façon Raiponce. Si pour le grand nigaud sa beauté est exotique, pour le lecteur elle est surtout aux antipodes du cliché de la princesse de nos contes de fées européens (germaniques). Et son attitude, sa force, sa détermination rarement vacillante sont teintées de black power. Nara est une femme forte, émancipée, malgré ses devoirs de princesse. Malgré les épreuves. Car sa malédiction la prive de tout soutien. Jean-François Chabas exploite à merveille une facette du racisme, sans jamais le nommer. Mais toute l’histoire de l’exploitation des Noirs flotte autour de Nara. Et aussi bien sinon mieux que « Black Panther », elle nous montre qu’elle ne renonce pas et ne se laissera pas faire. Rien que pour cela, ce livre est à mettre entre toutes les mains.

Enfin, le dernier tiers est riche en révélations et en connexions, dont je tairai absolument tout ici. Sachez juste que l’auteur distille goutte à goutte ces petits frissons de compréhension et d’anticipation des rebondissements à venir, et ce juste quand on se croyait en sécurité. La tension ne retombe donc que très rarement, pas plus que Nara nous n’avons le temps de souffler.

Le prochain tome sera consacré à Turi, que désormais nous savons... ah, non, vous ne savez pas encore...

Si « Phelan » nous avait intrigué, « Nara » nous prend définitivement dans les filets de la dark fantasy de Jean-François Chabas. Le côté sombre et la qualité de l’écriture enchanteront les lecteurs les plus âgés (nous, les vieux, les adultes, quoi) et rappellent à tous que les contes sont avant tout destinés à faire peur. Les fées ne sont pas toutes gentilles, les nains non plus. Et les ogres mangent les gens, voire même les héros si leur armure brille trop.
On en redemande.


Titre : Nara
Série : Les Chroniques de Zi, tome 2
Auteur : Jean-François Chabas
Couverture : Guillaume Morellec
Éditeur : Nathan
Collection : Roman grand format
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 234
Format (en cm) : 20 x 13 x 1,5
Dépôt légal : juillet 2018
ISBN : 9782092574942
Prix : 15,95 €



Nicolas Soffray
26 juillet 2018






JPEG - 24.4 ko



WebAnalytics