YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Kepler 62, tome 1 : L’Appel
Timo Parvela, Bjorn Sortland, Pasi Pitkanen
Nathan, roman (Finlande), anticipation / SF, 120 pages, juillet 2018, 11,95€

La Terre s’épuise, les villes sont devenues des mégapoles écrasantes pour une population en surnombre. Ari et son petit frère Joni vivent comme ils peuvent en l’absence de leur mère, parti depuis longtemps à la recherche d’un emploi pour les nourrir. Ari vole un peu dans les supermarchés, mais sans grand succès. Il est donc surpris quand son petit frère exhibe une copie de Kepler 62, le dernier jeu vidéo dont tout le monde parle, quasi impossible à terminer et dont la fin recélerait un mystère. Les deux frères se plongent dans le jeu, en atteignent in extremis le dernier niveau à leur dernier essai, et découvrent... un monde vert, sans pollution... et une invitation.
Cela aurait-il un rapport avec cette expédition pour aller coloniser Kepler ? Son départ imminent agite toute la planète. Mais ce ne sont pas deux enfants pauvres comme eux qui vont y participer.
Et les choses se mettent à dérailler. Joni tombe malade, et la visite à l’hôpital est mouvementée, et se termine en course-poursuite. Leur mère réapparaît, mais ne semble plus elle-même... Que faire, alors ? Rester au milieu des adultes bizarres ou... aller voir ailleurs ?



JPEG - 80.1 ko

Le duo Timo Parvela / Bjorn Sortland, complété par l’illustrateur Pasi Pitkanen, nous propose avec « Kepler 62 » un format trop peu usité, un roman très illustré mais pas pour les plus jeunes, où l’image n’est pas là pour illustrer mais pour compléter le texte.
Ainsi, sur les 110 pages de ce premier tome, presque la moitié sont illustrées, et les images viennent combler des blancs de la narration, des changements de lieu, de temps, nous montrent des personnages, des scènes à peines esquissés dans le texte. L’ouvrage, entièrement en quadrichromie, sur papier glacé, surprend. Agréablement.

JPEG - 55.6 ko

C’est une expérience rare, et qui peut déstabiliser le lecteur habitué à trouver dans le texte seul tout le terreau nécessaire à son imaginaire. Ici, impossible de faire abstraction des illustrations sans manquer des passages complets. C’est une vraie narration par l’image, qu’on pourrait rapprocher d’autres média numériques, comme le jeu vidéo par exemple, qui de plus est ici au centre de l’intrigue.
Cet équilibre texte/image permet d’alléger la lecture de tout ce qui peut la rendre barbante aux yeux des plus jeunes, notamment les innombrables descriptions indispensables dans la construction d’un univers d’anticipation. Ici, la ville nous saute aux yeux, son gigantisme, sa crasse, un peu comme dans « Le 5e élément » de Luc Besson. Certains bastions de propreté demeurent (l’hôpital), mais la ville bien conçue est « usée » par les gens qui y vivent, par la société de consommation, etc. De la même manière, le contraste est flagrant entre les personnages restés humains, avec leurs imperfections, et les adultes au comportement aussi bizarre que ce reflet dans leurs yeux...

JPEG - 118.1 ko

Sur le fond, et avec son illustration sans concessions, « Kepler62 » ne s’adresse pas aux plus jeunes. Il faudra une certaines maturité pour aborder cette histoire, et un œil habitué à une lecture plus complexe, globale, du matériel proposé. Donc peut-être pas avant 10-11 ans. Les dévoreurs vont peut-être se sentir frustrés, car du coup ce premier tome se lit très vite. Mais on le conseillera d’autant plus aux jeunes moins attirés par la lecture, tant l’expérience est hybride et immersive.

« Le Compte à Rebours », second tome sur les 6 que compte la série, a été traduit et publié simultanément.


Titre : L’Appel
Série : Kepler62, tome 1/6
Auteurs : Timo Parvela, Bjorn Sortland
Traduction du finlandais : Johanna Kuningas
Couverture et illustrations : Pasi Pitkanen
Éditeur : Nathan
Collection : Le p’tit fernand
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 120
Format (en cm) :
Dépôt légal : juillet 2018
ISBN : 9782092576953
Prix : 11,95 €



Nicolas Soffray
24 juillet 2018






JPEG - 38.6 ko



WebAnalytics