YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Etherval n°12 - Erratum
Association des Plumes de l’Imaginaire
Fanzine, n°12, science-fiction/fantastique/fantasy, nouvelles-articles-détente, avril 2018, 70 pages, 8€

C’est l’administration et ses applications (pactes et contrats) qui font l’objet de ce douzième numéro d’« Etherval ».



Sur ce thème au premier abord aride, il s’est trouvé quelques auteurs pour imaginer quels bienfaits ou dérives joue l’administration dans des histoires de SFFF. Il apparaît que le sujet est vaste et offre une belle palette de traitements.

“Amboise le bienséant” de Julie Limoges aborde l’aspect tracassier de l’administration en narrant les mésaventures d’un gnome qui veut officialiser sa séparation d’avec son épouse, et même ajouter une petite clause assassine au document en question. Hélas, s’il ne lui manque pas de pièces justificatives, sa demande le renvoie d’un bureau qui se déclare incompétent à un autre. Les gnomes, trolls et autres elfes me laissent de glace, mais Julie Limoges parvient à décrire avec justesse une folle machine administrative qui finit par dévorer ses administrés.

Agnès Lamouroux se frotte au « Faust » de Goethe avec “Petit Démon”, texte dans lequel une jeune femme à la dérive passe un pacte avec un petit démon qui lui offre succès et fortune en échange bien entendu de son âme. Le sujet est éternel et son grand modèle a connu de multiples déclinaisons. En voici donc une autre, ni pire ni meilleure que les précédentes.

On passe au contrat avec “Ne signe pas ça, Chloé !” de Stéphane Croenne. Une nouvelle plutôt efficace, même si l’on anticipe aisément sa fin. Sa dynamique repose sur les échanges de mails entre les protagonistes qui apportent un rythme soutenu et tiennent en haleine le lecteur.

“Mauvaise blague” de Stéphane Lesaffre nous entraîne dans un univers où la magie est omniprésente. Un homme se fait dérober un objet précieux et l’auteur nous conte ses vicissitudes avec son assureur. La fin se termine par un jeu de mots. J’avoue ne pas avoir vraiment accroché avec ce texte.

La magie est encore présente dans “Ciré jaune” de Ina Siel, mais elle est traitée de manière plutôt inhabituelle. Le ciré jaune en question, un jeune homme, est une anomalie dans son monde fantastique. Toutes les créatures (sylphes...) qui l’entourent lui sont invisibles. Il se retrouve ainsi, après signature d’un contrat de location, avec une colocataire un peu particulière. Comme quoi il faut bien lire toutes les clauses ! Amusant.

On oublie enfin la fantasy, les mages et autres fées pour un texte pétillant et malicieux, “Ensemble”, signé Andréa Deslacs, grande prêtresse de la revue. Andréa Deslacs fait partie de la phalange de jeunes auteures talentueuses qui s’imposent peu à peu dans le paysage de la SFFF française, ce qui est tout à fait réjouissant. Ici, un extraterrestre peu recommandable – et on se glisse vraiment dans sa peau – se trouve piégé avec un humain - technocrate pur jus - dans une opération de piratage d’astronef. Une histoire bien construite avec beaucoup d’originalité. On en redemande.

Nous retombons – hélas – dans la fantasy avec “Le Prix du désir” de Coralie Avenel. Nous suivons avec un certain détachement les tracasseries d’une plume magique tombée miraculeusement du ciel et atterrissant entre les mains d’un mage peu talentueux. Cette plume va changer sa vie et lui insuffler les capacités qui lui manquaient. Le succès venant, le mage formera des disciples, et évidemment, dans le lot, un gros vilain qui liera par pacte la plume magique à son destin.

Enfin “Surcharge” de Tarik Kellou, sur le ton de l’humour, renoue avec les grands classiques de dévolution de l’âme au diable, mais en compliquant largement la tâche de ce dernier. Vivante et espiègle, cette nouvelle clôt agréablement ce numéro.

Dans la partie magazine, Catherine Loiseau et Rachel Fleurotte passent en revue quelques titres (livres et mangas) dans lesquels l’administration joue un rôle important tandis qu’Andréa Deslacs nous parle du guide de la SF et de la Fantasy de Karine Gobled paru chez ActuSF. Viennent “Les Missives” ... Mais que se passe-t-il ? Où est passé le ton potache de ces incomparables billets ?

Sur un thème peu commode, « Etherval » a tout de même réussi le pari de ne pas nous endormir en route. Soulignons une fois de plus le beau travail éditorial de l’équipe qui anime cette revue, impeccablement imprimée et agrémentée de nombreux dessins.


Titre : Etherval
Numéro : 12
Éditeur : Association des Plumes de l’Imaginaire
Directrice de publication et rédactrice en chef : Andréa Deslacs
Couverture : Sylvie Sabatier
Type : revue
Genre : Science-fiction, fantasy, fantastique
Site Internet : Etherval ; le numéro 12
Dépôt légal : avril 2018
Périodicité : semestrielle
ISSN : 2260-6025R
Dimensions(en cm) : 36 x 24
Pages : 70
Prix : 8 €



Didier Reboussin
12 juillet 2018






JPEG - 24.9 ko



WebAnalytics