Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Filles de la Pluie (Les)
Jérôme Leroy
Syros, Mini Syros +, roman (France), anticipation, 137 pages, mars 2018, €

Malika et Chloé n’ont jamais connu qu’un monde gris, perpétuellement pluvieux. C’est ainsi dans leur ville de béton, V-341, depuis le Grand Bouleversement. Une vie triste sans jamais voir le soleil. Malika en rêve pourtant, parfois. Sa grand-mère, qui vit dans une maison du Vieux Quartier, plutôt qu’un bloc d’habitation, et fait pousser ses propres légumes au lieu d’avaler le brouet gris qu’on sert aux lycéennes, lui parle parfois à mots couverts du monde d’avant. Mais attention, la Milice rôde, avec ses drones et ses mouchards dans les écrans et tablettes qui sont partout, et les curieux ont tôt fait de disparaître. D’ailleurs, ce garçon qui les suit depuis plusieurs jours, n’est-il pas de la Milice ? Va-t-il les dénoncer pour leurs propos ?



Depuis « Big Sister », on connait le goût et le talent de Jérôme Leroy pour les anticipations totalitaires. Pour cette très belle collection Mini Syros, il nous brosse un monde gris, entre « 1984 », « Soleil Vert », et pluvieux. Le ciel de ses héroïnes est bouché par un plafond de nuages qui s’éclaircit parfois mais ne disparaît jamais. On pensera à ce bref plan lumineux dans le 3e volet de « Matrix » qui tranche sur ces averses qui noient le monde numérique.

Les jours s’enchainent, entre leur Bloc d’Habitation Familial, le lycée tout aussi bétonné, et un avenir aussi gris que la pâtée alimentaire dont est nourrie la population. Tous triment pour les Tours, dont on ne sait plus trop qui elles habitent, les Dirigeants ou des dieux... Et la Milice veille, elle voit tout, avec ses drones, avec les écrans des tablettes omniprésentes. Ce monde est un cauchemar orwellien.
Et comme il se doit, Malika rêve de ce qu’elle n’a pas, du soleil. Est-ce à cause de ce que lui raconte sa grand-mère, résistante à sa façon avec sa maison remplie de souvenirs et sa serre abondante ? Le pouvoir la fera disparaître, comme toutes les preuves d’un passé différent du présent. D’un espoir que les choses changent, que le monde soit différent, plus égalitaire.

La bonne idée de l’auteur est de contrebalancer l’histoire de Malika et Chloé par celle de Samy, le garçon qui les suit. Il vient des Tours, il est aussi bronzé qu’elles sont pâles. Et il fait partie de la génération qui trouve injuste cette scission entre nantis et masses laborieuses.
Jérôme Leroy use d’un élément déterminant dans sa métaphore de la lutte des classes : les androïdes. Si dans un premier temps les pauvres Pluvieux pouvaient encore servir de domestiques dans les Tours (double ascension, sociale et géographique), le perfectionnement des androïdes a permis peu à peu de s’en passer. Mais c’est aussi la possibilité, à l’heure du récit, de robotiser toute la production alimentaire qui permet d’espérer la libération des Pluvieux de leur labeur. Et d’offrir un possible happy end à cette histoire.

Comme d’habitude, les plus grands lecteurs seront un peu frustrés par ces 137 pages (ils se consoleront à trouver toutes les allusions et références saupoudrées dedans), mais les plus jeunes, cible de la collection, y trouveront tous les éléments pour aborder ensuite les grands classiques cités plus haut, et réfléchir sur la notion d’égalité, des privilèges de la naissance, de l’empathie. Roman jeunesse oblige (?) la plupart des adultes ne sont pas dignes de confiance, toute incarnation de l’autorité s’avérant à la solde des Dirigeants. Il faudra attendre la dernière partie pour en douter. Néanmoins, c’est bien par la jeunesse, fougueuse, impulsive et imprudente, que s’accomplira la révolution.
Les questions écologiques ne sont pas loin non plus, mais on n’en saura guère sur le cataclysme. L’auteur escamote aussi dans sa conclusion les moyens de la réconciliation, mais signale cependant en épilogue que tout ne s’est fait d’un coup de baguette magique.

Bref, une aventure palpitante, une dystopie pas improbable, tout ce qu’on apprécie !


Titre : Les Filles de la Pluie
Auteur : Jérôme Leroy
Couverture : Prince Gigi
Éditeur : Syros
Collection : Mini Syros +
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 137
Format (en cm) : 16,5 x 11 x 1
Dépôt légal : mars 2018
ISBN : 9782748524789
Prix : 5,50 €



Nicolas Soffray
14 juin 2018


JPEG - 29.6 ko



WebAnalytics