Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Alex + Ada (T3)
Sarah Vaughn et Jonathan Luna
Delcourt Comics

Alex ne désirait pas d’androïde, pourtant sa grand-mère lui en a offert un de la gamme X5. Il est partagé sur Ada à la belle plastique, car il ne peut tenir de réelles conversations avec elle. Ada n’éprouve rien, elle obéit juste à une programmation, qu’il décide de faire sauter en la déverrouillant, ce qui est totalement illégal.
Depuis une tuerie, les androïdes sont montrés du doigt et la majorité des gens les craignent. Savoir que certains disposent de leur libre-arbitre, car ils ne sont plus bridés, alimente une psychose envers eux.
Alex a franchi la limite, ce qu’il ne regrette pas maintenant qu’il a appris à connaître la vraie Ada. Beaucoup n’y voient qu’une chose, un objet pour servir les hommes, alors que lui y voit la femme qu’il aime, sentiment qu’elle partage.



JPEG - 17.1 ko

Pour ce troisième et dernier tome de la trilogie “Alex + Ada”, l’entame replonge directement les lecteurs dans le graphisme minimaliste de Jonathan Luna. Découpage majoritairement en bandes symétriques sans aucune fantaisie, souvent le même dessin répété plusieurs fois sans que même des détails ne changent forcément, des expressions assez pauvres... Le dessin n’est pas vraiment la force de ce comics. Il s’en dégage une impression aseptisée, le sentiment de voir souvent la même chose et, en général, un coup d’œil suffit à appréhender une page.

JPEG - 18.7 ko

Heureusement, le scénario de Sarah Vaughn et Jonathan Luna permet de rapidement oublier la pauvreté visuelle de l’ensemble. En effet, à part les personnages, androïdes compris, et quelques gadgets plaçant le récit dans un cadre futuriste, cet avenir reste un inconnu. L’intérêt d’“Alex + Ada” réside dans le débat autour de la conscience des androïdes et donc de leur statut dans la société humaine. En présence d’Ada, les sentiments d’Alex changent, il sait qu’en la déverrouillant, elle pourrait accéder à la conscience et que sa personnalité se révélerait alors à lui. Il ne peut lui refuser ce droit, qui pourtant est totalement illégal. Un objet ne saurait avoir de conscience et puis, si des robots pouvaient en avoir une, ne risqueraient-ils pas de se rebeller contre l’homme qui les exploite ? Force physique, capacité de calcul... ne seraient-ils pas supérieurs à leur créateur, c’est-à-dire l’homme ? Voilà qui effraie et entraîne une nouvelle chasse aux sorcières.
C’est dans ce contexte qu’Alex et Ada s’aiment. Ils ne demandent rien de plus, mais tout le monde n’a pas la même ouverture d’esprit et leur vie tient à bien peu de choses...

JPEG - 34.9 ko

“Alex + Ada” s’avère d’une grande profondeur, cette trilogie alerte sur les conséquences de la technologie. À sans cesse aller plus loin, l’homme devra un jour s’interroger sur la condition de ses créations. Lorsqu’elles pourront accéder à la conscience, aura-t-il le droit de la leur refuser pour protéger jalousement ses acquis ? Ne vaudra-t-il pas mieux les accompagner tels des enfants qui ont tout à apprendre pour vivre en société en bonne intelligence ? D’ailleurs qu’est-ce qui caractérise l’humain ?
Concernant le débat sur la condition des androïdes, “Blade Runner” et la série télé “Real Humans” s’imposent d’emblée à l’esprit. Le comics “Alex + Ada” n’est pas en reste sur le sujet. Toutefois il est dommage que le graphisme soit si aseptisé, comme si Jonathan Luna voulait dénoncer une société future déshumanisée.

Cette série mérite surtout d’être lue pour son questionnement et bien sûr son histoire d’amour impossible.


Alex + Ada (T3)
- Scénario : Sarah Vaughn, Jonathan Luna
- Dessin et couleurs : Jonathan Luna
- Traduction : Arthur Clare
- Éditeur : Delcourt Comics
- Collection : Contrebande
- Dépôt légal : 7 février 2018
- Format : 17,4 x 26,4 cm
- Pagination : 128 pages couleurs
- Numéro ISBN : 9782756065335
- Prix public : 15,50 €


À lire sur la Yozone :
Alex + Ada (T1)
Alex + Ada (T2)

Lien utile :
Le site de Jonathan Luna


Illustrations © Jonathan Luna et Éditions Delcourt (2018)


François Schnebelen
9 mai 2018






JPEG - 23 ko



JPEG - 20 ko
Page 1



JPEG - 22.5 ko
Page 2



JPEG - 11.3 ko



JPEG - 13.5 ko



JPEG - 15.1 ko



WebAnalytics