Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Dame en rouge règle ses comptes (La)
Béatrice Bottet
Scrineo, Jeunesse, roman (France), fantastique / polar, 416 pages, avril 2018, 16,90€

Sous la coupe de madame Bouteloup et Ernest, Violette Baudoyer mène sa carrière de voyante dans le Paris huppé de la fin du XIXe siècle. Dans le milieu, elle est devenue une célébrité connue sous le nom de Madame Euryale, la dame toujours vêtue de rouge et qui en impose par son regard et sa prestance. Lors d’une consultation, elle entend parler de mademoiselle Anaël, une concurrente qui demande moins cher et qui converse avec les anges. Son amoureux Florimond la teste pour savoir si elle possède un quelconque don en la matière. C’est le début des ennuis pour lui.
Monsieur Baudoyer, le père de Violette, n’a pas abandonné l’espoir de la ramener dans le giron familial pour la marier à un industriel à qui il doit des sous. Il est persuadé que sa fille et Violette ne font qu’une.



Après « Le secret de la dame en rouge », Violette Baudoyer revient sur le devant de la scène. Elle possède un réel don de voyance, il lui suffit d’observer une surface d’eau pour savoir des choses sur une personne. Elle représente une véritable attraction dans les salons de la haute société. Si les dames l’admirent, elles craignent aussi celle qu’elles connaissent sous le nom de Madame Euryale, car elle en impose et ne leur dit pas forcément ce qu’elles veulent entendre.
Toutefois, Violette est toujours mineure et, à ce titre, sous la menace de son père qui veut à tout prix la marier pour éponger les dettes de sa société. Elle l’a fui et a trouvé refuge à la Faisandière. Depuis elle rembourse tout ce qu’elle doit à madame Bouteloup qui a beaucoup investi pour sa carrière. Malgré le stratagème imaginé par cette dernière et Ernest, elle n’est pas à l’abri de son père.
Et ce n’est pas mademoiselle Anaël qui l’inquiète, elle ne constitue pas une vraie concurrente. C’est plus Florimond qui doit la craindre.

« La dame en rouge règle ses comptes » démarre doucement, la première partie n’est guère rythmée, car elle décrit le contexte : situation de Violette, séances de consultations, découverte de mademoiselle Anaël... Elle permet de revenir sur Violette, ses capacités, sa vie, bref de se familiariser à nouveau avec les différents personnages et donc donner de la consistance au récit. Puis les choses s’accélèrent avec le début des ennuis : deux truands essaient d’enlever Violette de retour d’une soirée. Si elle était la seule à rencontrer des problèmes, Florimond pourrait veiller sur elle, mais lui aussi essuie les foudres de plusieurs personnes.
L’histoire prend vraiment une autre dimension et Violette doit montrer qu’elle a changé, qu’elle a grandi et est capable d’affronter une situation désespérée. Elle oublie qu’elle était autrefois une petite fille pour incarner son personnage : Madame Euryale, celle qui impose le respect. Béatrice Bottet régale les lecteurs de nombreux passages truculents, comme lorsque Violette va à la messe en grande tenue.
Face à une situation de crise, chacun des personnages doit se révéler, exploiter ses capacités pour se sortir de situations périlleuses. Heureusement de l’aide, quelle que soit sa forme, est toujours disponible. Le déroulement est très plaisant à suivre, l’auteure joue sur de nombreux tableaux, ne s’arrêtant de loin pas à la seule Violette.
Il y a aussi un grand changement de contexte en cours de récit, Paris ne restant pas son terrain privilégié. La grande ville et la campagne sont mises en compétition, ce qui permet à l’auteure de ne pas résumer la fin du XIXe siècle à la seule capitale, et de s’ouvrir à la France rurale.

« La dame en rouge règle ses comptes » poursuit avec brio « Le secret de la dame en rouge ». C’est avec plaisir que les lecteurs retrouvent la jeune Violette Baudoyer, devenue un personne public sous le nom de scène de Madame Euryale. Avant d’être une adulte devant la loi, elle est obligée de passer par de nombreuses épreuves pour enfin pouvoir assumer ses choix. Après la mise en place de l’intrigue, le roman se révèle vite passionnant quand deux des protagonistes sont pris à partie. Béatrice Bottet creuse son sujet et évite la facilité en ne se cantonnant pas à un seul personnage. Même si tous poursuivent le même but, chacun doit vaincre l’adversité qui se dresse sur sa route. Le danger affiche ici plusieurs facettes : perte de liberté, blessures graves... L’ensemble prend parfaitement et est d’une belle densité, capable de contenter les adolescents à qui « La dame en rouge règle ses comptes » s’adresse en priorité. Les adultes y trouveront bien sûr aussi leur compte, car les problématiques concernent tout le monde.
Violette Baudoyer est-elle appelée à revenir ? La fin ne va pas forcément dans ce sens.
En tout cas, Béatrice Bottet mérite d’être suivie.


Titre : La dame en rouge règle ses comptes
Auteur : Béatrice Bottet
Couverture : Noémie Chevalier
Éditeur : Scrineo
Collection : Jeunesse
Site Internet : fiche du roman
Pages : 416
Format (en cm) : 21 x 13,5
Dépôt légal : avril 2018
ISBN : 9782367405919
Prix : 16,90 €


Autre roman de Béatrice Bottet :
- « Le secret de la dame en rouge »

Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
12 mai 2018


JPEG - 35.8 ko



WebAnalytics