Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Fermé pour l’hiver
Jørn Lier Horst
Gallimard, Folio Policier, n°852, roman traduit du norvégien, policier, 440 pages, février 2018, 8,30€

Des chalets dans le sud de la Norvège sont cambriolés et le cadavre d’un homme cagoulé est retrouvé dans l’un d’eux. L’inspecteur de police criminelle de la ville de Larvik, William Wisting, est chargé de l’enquête. En quittant les lieux, il se fait voler sa voiture, sûrement par quelqu’un mêlé au meurtre. Voilà qui commence bien !
Les choses ne s’améliorent pas par la suite, car le mort disparaît avant d’arriver à la morgue pour son identification. Peu après, un second corps est trouvé par la fille de Wisting, partie se changer les idées dans le chalet familial. L’affaire est bien mal embarquée !
Il va falloir toute l’abnégation de Wisting et de ses collègues pour la mener à terme.



Jørn Lier Horst est un ancien officier de police et cette expérience professionnelle se ressent tout au long de « Fermé pour l’hiver », premier roman mettant en scène William Wisting. Simultanément à cette réédition poche est sorti « Les chiens de chasse » chez Gallimard Série Noire, seconde apparition du personnage principal.
L’auteur décrit avec minutie le déroulement de l’enquête, les différentes phases par lesquelles il faut passer, la collecte et le partage des données, la collaboration entre services... D’un côté, de la précision et du vécu s’en dégagent, mais de l’autre, cela n’avance par forcément beaucoup et peut sembler fastidieux par moments.
Il y a aussi un côté rigoriste qui donne des passages quasi surréalistes : l’identité du premier cadavre est longtemps inconnue, car personne ne lui a enlevé sa cagoule, avant qu’il ne soit dérobé sur le chemin de la morgue ! En effet, j’imagine que la procédure le voulait, sinon il n’y avait pas de raisons.
De plus, Wisting laisse sa fille se rendre à leur chalet isolé, tout de même assez proche de tous ceux qui ont été cambriolés et de la scène du crime. Par moments, certains détails sont pour le moins étonnants.

Il n’empêche que les petits faits s’accumulent et s’additionnent pour révéler une vue d’ensemble, à même de faire avancer l’enquête. Le drame initial s’avère bien plus complexe que l’on pourrait le penser de prime abord. Wisting n’est pas du genre à se contenter du minimum, il creuse l’affaire, n’hésitant pas à se rendre à l’étranger pour comprendre le fil des événements. Au passage, Jørn Lier Horst décrit une réalité : la Norvège est un pays riche qui suscite la convoitise de populations défavorisées. Les cambriolages obéissent à une certaine logique, celle de la simple survie, les plus pauvres choisissant de détrousser les plus riches, estimant que les dommages seront minimes.
Sa fille est une reportrice qui vit une rupture un peu douloureuse, mais elle est têtue comme son père et n’hésite pas à fouiner.
Pour l’instant, les rapports familiaux ne sont pas encore trop développés, mais l’auteur ne devrait pas manquer de le faire par la suite.

L’intérêt de « Fermé pour l’hiver » augmente au fil de la lecture, au rythme des découvertes permettant d’assembler les pièces. L’enquête est rigoureuse, ponctuée de réunions pour le partage des informations et des tâches. Avec Jørn Lier Horst, les lecteurs pénètrent le monde de la police et découvrent que labeur et patience vont de pair et qu’il ne faut pas brûler les étapes sous peine de manquer des indices importants.

Aux côtés, entre autres, de Harry Hall, personnage de Joe Nesbø, Varg Veum de Gunnar Staalesen, se rajoute désormais William Wisting de Jørn Lier Horst pour nous faire découvrir et apprécier le polar norvégien.


Titre : Fermé pour l’hiver (Vinterstengt, 2011)
Auteur : Jørn Lier Horst
Traduction du norvégien : Céline Romand-Monnier
Couverture : D’après photo © Sandra Jordan / Plainpicture.
Éditeur : Gallimard (1ère édition française : Gallimard Série Noire, 2017)
Collection : Folio Policier
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 440
Format (en cm) : 10,9 x 17,8
Dépôt légal : février 2018
ISBN : 9782072782398
Prix : 8,30 €


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
7 mai 2018


JPEG - 23.2 ko



WebAnalytics