Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




AOC n°47
Une publication du club Présences d’Esprits
Fanzine, n°47, SF - fantasy - fantastique, nouvelles, hiver 2018, 84 pages, 3,50€

Voilà un numéro d’« AOC » bien agréable à lire, où l’on retiendra encore la performance réalisée par de jeunes auteures dans le cadre du match d’écriture des Imaginales.



Les trois textes principaux qui sont publiés abordent eux des mondes fort différents, et c’est également tout l’intérêt de ce numéro.
Amria Jeanneret, avec “Fleur de Jade et le Chasseur-Fantôme” nous emporte au plus profond d’un Japon mythologique. Une sorcière invoque l’émissaire du dieu Vent afin de réaliser un sort puissant, mais elle est prise à son propre jeu et va découvrir depuis son exil un charme bien différent. Cette nouvelle, bien écrite, au rythme régulier, pose avec sûreté un décor et une ambiance qui devraient ravir les amateurs des îles du Soleil Levant.

Rupture complète avec “Je... je suis le sable” d’Elric Elbaze. Un gamin possède la capacité de voir le futur et ne peut communiquer qu’avec un médecin au travers de dessins. La réalisation de ses prévisions les a crédibilisées et ce qu’il voit au final attire l’attention des militaires. En effet un sort peu enviable attendrait l’humanité à court terme et il semblerait impossible à éviter. On retiendra de ce texte une excellente idée qui renouvelle le thème de l’extraterrestre.

“Speed Club” d’un dénommé Le Barde dans la machine (!) propose à son tour un univers bien différent des deux premiers textes, un rien déjanté, digne d’un bon « Mad Max ». On ne sait pas si l’action se situe dans un monde post-apocalyptique, mais elle s’appuie sur un contexte proche. Les valeurs qui ont cours sont la rapine, la violence et la vengeance qui est l’argument principal de l’histoire. L’écriture est enlevée, la peinture, par touches discrètes, évoque bien un monde en perdition. Bien vu.

Nous découvrons ensuite les lauréates du match d’écriture qui s’est tenu aux Imaginales à Epinal. Podium entièrement féminin.
“Un sac de bile” de Betty Piccioli parvient à brosser en quelques pages le décor d’un royaume autocratique où les caprices de la famille royale se transforment pour les gueux, affamés, en travaux forcés. Percutant et bien mené.
“Une passion dévorante” de Audrey Singh aborde un univers très éloigné du précédent, dans lequel le personnage principal, emporté par sa passion, se donnera tout entier, et peut-être pas forcément de son plein gré, à l’objet de la dite passion. Belle histoire en si peu de pages !
Enfin, un peu en retrait tout de même par rapport aux deux premiers textes, “Pour un bocal de souvenirs” de Bénédicte Coudière qui n’a pas choisi la facilité avec une histoire de retour en arrière et, quelque part, de rédemption.
Lorsque l’on connaît les conditions d’écriture de ce match (temps limité, thèmes imposés, contraintes) on ne peut qu’être stupéfait et admiratif devant la qualité de certaines réalisations.

Un bon numéro d’« AOC » donc, qui atteint pleinement son but : révéler des auteurs prometteurs.


Titre : AOC (Aventures Oniriques et Compagnie)
Numéro : 47
Directrice de la publication : Evelyne Beuzit
Rédacteur en chef : Olivier Bourdy
Couverture : Sandara
Type : fanzine
Genre : Science-fiction, fantasy, fantastique
Site Internet : le club Présences d’Esprits ; le numéro 47
Période : hiver 2018
Périodicité : trimestrielle
ISSN : 1772-3442
Dimensions (en cm) : 12,9 x 19,7
Pages : 84
Prix : 3,50 €



Didier Reboussin
22 avril 2018






JPEG - 34.1 ko



WebAnalytics